.
-

Bolivie
Republica de Bolivia

17 00 S, 65 00 W
La Bolivie est un Etat de l'Amérique du Sud, dans la partie centrale de la Cordillère des Andes, et enclavé entre le Pérou, le Brésil, le Paraguay, l'Argentine et le Chili. D'une superficie de 1,098,580 km² et peuplé de 9,8 millions d'habitants (2009), c'est une république, qui se définit dans sa nouvelle constitution (révision de janvier 2009) comme un Etat social unitaire. et qui est divisée en 9 départements (departamentos; singulier  : departamento) : Beni, Chuquisaca, Cochabamba, La Paz, Oruro, Pando, Potosi, Santa Cruz, Tarija. La capitale administrative est La Paz; la capitale constitutionnelle est Sucre. Les autres grandes villes sont Cochabamba, Santa Cruz et Oruro.
-
Bolivie : La Paz.
La Paz, capitale administrative de la Bolivie, est située à 3660 m.  C'est
 la capitale la plus haute du monde. Elle a été fondée en 1548 sous par les 
conquistadores espagnols. Source : The World Factbook.

Relief du sol.
Le territoire bolivien comprend deux parties principales, la région de la Cordillère ou région montagneuse qui est située à une grande altitude, et la plaine orientale qui s'étend du pied de la Cordillère jusqu'au Guaporé et au Paraguay

La Cordillère des Andes est un énorme massif de montagnes et de plateaux qui s'étend du Nord au Sud de l'Amérique en longeant l'océan Pacifique. Elle se divise en autant de parties qu'elle traverse d'Etats. Les Andes de Bolivie en sont la partie centrale, celle où le massif s'élargit le plus et forme le milieu de ce long môle qui affecte la forme d'un fuseau : entre Tacna et Santa Cruz elles mesurent environ 800 km de largeur. C'est aussi, dans l'ensemble, la plus haute; car les lacs Titicaca et Pampa Aullagas, qui occupent le fond de la cuvette du plateau, sont à l'altitude de 3820 et de 3700 m. Elles se composent du plateau même, qui est au centre, et des deux chaînes qui en constituent les talus latéraux, la Cordillère occidentale et la Cordillère orientale.

La Cordillère orientale.
La Cordillère occidentale de la Bolivie, qui n'est que la continuation de celle du Pérou, peut être considérée comme commençant au chemin de fer d'Arequipa qui traverse la crête à Crucero par 4470m d'altitude. Au Sud du défilé de Crucero sont les volcans voisins d'Arequipa, le Chacani, le Misti (6100 m), redoutable par ses éruptions, le Pichu pichu, puis le Tupupaca, le pic Tacora (6017 m) et, à ses pieds, la passe de Tacora (4170 m), avec le village du même nom qui est considéré comme le plus élevé du globe; cette passe est le chemin le plus fréquenté de la Bolivie à la côte de l'océan Pacifique. A 900 km au Sud sont le Sajama (6542 m), point culminant de la Bolivie, le Parinacota (6376 m), le Gualatieri (6000 m). La chaîne, dont l'orientation était jusque-là vers le Sud-Est, se dirige droit au Sud en formant tantôt un large plateau, tantôt une double crête non moins aride; mais cette partie, dans laquelle se trouvent de hauts volcans, l'Isluga (5200 m), le Mino, le Laboza (5960 m), le Llullaillaco (5170 m), est aujourd'hui la possession du Chili.

La Cordillère orientale.
La Cordillère orientale commence au massif d'Apolobamba (5310 m au pic Cootolo) qui est un des noeuds les plus importants des Andes et dont les rameaux s'étendent au loin entre le Beni et le Tambopata, dominant la grande savane dite Llanos de Apolobaniba. A ce massif se soude la longue et haute crête de la Cordillera real, ou Cordillère royale, ou encore chaîne de Sorata qui borde à l'Est le lac Titicaca et la vallée de La Paz; là sont les la plupart des plus hauts sommets de la Bolivie : l'Illampu ou Nevado de Sorata (du nom de la localité qu'il domine) qui a passé longtemps pour la plus haute montagne des deux Amériques et qui n'a "que" 6362 m, le Huayna Potosi (6184 m), l'Illimani (6410 m), le pic de Paris (6131 m), gravi en 1876 par Wiener. 

C'est du lac Titicaca qu'on embrasse le panorama lointain de cette chaîne dentelée, blanche de neige, surmontée de l'Illampu qui se dresse comme un clocher; mais le spectateur, étant déjà à l'altitude de 3820 m, est loin de recevoir l'impression que lui feraient les mêmes montagnes, vues de la mer

-
Carte de la Bolivie.
Carte de la Bolivie. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Une coupure abrupte, par laquelle s'échappe le rio de La Paz au pied de l'Illimani, sépare cette chaîne de la Cordillère de Quimsacruz et de la Cordillère de Cochabamba, qui se font suite et prolongent leurs ramifications jusqu'à Santa Cruz; dans cette dernière Cordillère sont le cerro Tunari et le défilé de Columi (4920 m). D'autre part, la crête qui forme la ligne de partage des eaux continue vers le Sud en bordant le lac Pampa Aullagas et en divisant le plateau en deux versants; les principaux sommets de cette crête sont le Pabellon, le cerro Asanaque (5133 m), la Cordillère de los Frailes au Sud du lac, avec le Tacacolque (5300 m) et le cerro Cuzco (5454 m.). A l'Est de cette chaîne est le massif du Potosi (4688 m au cerro de Potosi et 4650 au cerro de Porco) qui forme un des noeuds principaux des Andes.

L'Altiplano bolivien.
Le Grand plateau de Bolivie (Altiplano), situé entre les deux Cordillères, ne mesure pas moins de 700,000 km². Il se divise en plusieurs bassins : Au Nord le bassin des lacs Titicaca et Pampa Aullagas s'étend du noeud de Vilcanota, par 14° de latitude Sud environ, jusqu'à l'extrémité méridionale de la Cordillère de Los Frailes, par 21°. Sur les bords de cette cuvette oblongue, le terrain se relève à plus de 4000 m et quelques sommets isolés dépassent 5000 m; dans le fond, comme nous l'avons dit, le niveau des lacs est à 3820 et de 3700 m. Le sol, couvert de dépôts pléistocènes, paraît avoir été le lit d'un lac d'une étendue d'environ 250,000 km². On y trouve également de grandes zones de dépôt de Sel, comme le Salar de Uyuni, qui offre également d'importantes réserves de lithium à l'exploitation prometteuse. Au Sud, l'altitude du plateau est en général supérieure à 4000 m et plusieurs sommets qui le surmontent dépassent 5900, surtout dans les Alturas de Lopez (5988 m au pic Lopez, 5907 au Todos Santos). C'est une région d'une aridité désolante; on désigne à juste titre une partie de la Puna de Jujuy sous le nom de Despoblado plato, le plateau désert. 

La plaine orientale.
La plaine orientale s'étend entre les Andes de Bolivie et le plateau de Mato Grosso. Le sol est presque nu et sillonné de quelques cours d'eau qui coulent, pour la plupart, un peu au-dessous du niveau de la plaine, entre des rives coupées en falaises. L'altitude générale paraît très médiocre, surtout quand on songe que les rivières sont à 1500 km, et plus de leur embouchure; même à la ligne de partage des eaux des bassins de l'Amazone et de la Plata, cette altitude est à peine de 300 m (297 m à San José). Le terrain est couvert, sur beaucoup de points, de marais dans la saison pluvieuse, et est aride dans la saison sèche.

Le régime des eaux.
Le centre du bassin intérieur est occupé par le lac Titicaca (6900 km²), dont la partie occidentale appartient au Pérou, et presque coupé en deux (lac Titicaca ou Chuquito au Nord et lac Unimarca au Sud) par la presqu'île Copacabana qui ne laisse qu'un chenal étroit entre deux murailles de roc. Il reçoit de tous les cotés un grand nombre de torrents qui descendent des montagnes. De son extrémité méridionale sort le rio Desaguadero (270 km), « canal d'écoulement », qui n'a guère qu'une quarantaine de mètres de largeur et qui emporte d'un cours lent, vers le Sud-Est, le trop-plein du lac dans le lac Pampa Aullagas (2800 km²). Un autre desaguadero y apporte aussi, mais d'une manière intermittente, les eaux du marais saumâtre dit Cienaga de Coiposa. 

Les eaux qui descendent de la Cordillère orientale divergent pour s'écouler, les unes dans le bassin de l'Amazone, les autres dans celui de la Plata. Le rio Mamoré, nommé aussi rio Grande ou Guapahy, descend, sous le nom de rio Misqui, des hauteurs qui avoisinent Cochabamba; il n'est plus qu'à une altitude de 450 m à Cabezas quand il entre dans la plaine au milieu de vastes et plantureux pâturages; c'est au confluent du Chaparé, descendu aussi de la Cordillère, qu'il prend le nom de Mamoré. Son principal affluent, le rio Beni (ou Veni), a sa source près de La Paz; celui-ci reçoit le rio de La Paz ou Choqueyapu, qui prend naissance, ainsi que le rio Caca, sur le plateau même, près du lac Titicaca, et traverse par un défilé la crête de la Cordillère pour en descendre ensuite la pente. Dans les vallées boliviennes coulent aussi l'Amarou-maynu (réunion du Teno et du Pigni-pigni), et l'Inambary qui se réunissent pour former le rio Madre de Dios, affluent du Veni; on a longtemps ignoré le véritable cours de cette rivière, qui reçoit le Madidi. 

Un des affluents du Paraguay, le Pilcomayo prend sa source sur le plateau bolivien, au Nord-Ouest de Potosi, reçoit au débouché des montagnes de nombreux affluents dont le principal est le Pilaya; c'est d'abord un torrent rapide, encaissé; puis, dans la plaine du Gran Chaco , un cours d'eau sinueux lent, bordé de saules et souvent de marécages, qui se dirige vers le sud-est. Le rio Bermejo, autre affluent du Paraguay, se forme aussi sur le talus du plateau bolivien par la réunion de plusieurs torrents et coule dans la plaine, parallèlement au Pilcomayo.

Le climat de la Bolivie.
Le climat de la Bolivie varie suivant l'altitude. Quoique la contrée soit située, par sa latitude, dans la zone tropicale, les sommets de la Cordillère qui ont plus de 4500 m portent des neiges perpétuelles. Sur le plateau, dans la région qu'on désigne sous le nom de Puna, les vents d'Est et de Sud-Est, continuation de l'alizé qui souffle dans la plaine de l'Amazone, se font sentir avec force. Ils alternent avec les vents froids de l'Ouest et du Sud-Ouest. De mai à octobre, le ciel est toujours pur, les nuits sont froides et il n'est pas rare que le thermomètre descende à 0 °C. La rareté de la pluie et la violence du vent interdisent presque les cultures arborescentes dans la Puna. La Sierra ou les Yungas, c. -à-d. les versants et les vallées de la Cordillère orientale situés entre 3400 et 2400 m, jouissent, en moyenne, d'une température de +15 °C la jour et de +5° la nuit pendant l'hiver ou saison des pluies, laquelle commence en octobre, et de +17° le jour et - 4 °C la nuit pendant l'été ou saison sèche, laquelle commence en mai. La pluie tombe en grande abondance et par orages dans cette région. Dans la plaine orientale le climat est continental; la sécheresse est très grande en hiver et l'été est très chaud, surtout dans le Gran Chaco. (GE).

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.