.
-

Chambord

Chambord est une commune du département du Loir-et-Cher, arrondissement de Blois, canton de Bracieux, sur le Cosson; 160 habitants. La commune de Chambord offre cette particularité, sans doute unique en France, d'être encore, comme l'était le village d'avant la Révolution, entièrement enfermée dans les limites murées du château qui porte son nom. A ce château, d'ailleurs, elle doit son existence même et toute sa raison d'être. 

Dès le XIIe siècle, les comtes de Blois avaient sur ce territoire, perdu au coeur de la forêt de Boulogne, une sorte de manoir ou de rendez-vous de chasse sur lequel on connaît plus de légendes que de faits réellement historiques. Bien que le lieu fût éloigné de toute ville et privé de voies de communication, ou peut-être à cause de ces raisons, François Ier le choisit pour y faire construire un des édifices les plus magnifiques que l'on pût concevoir à une époque où le luxe architectural ne connaissait pas de limites. On a vainement cherché, jusqu'ici, les motifs de cette préférence : qu'il s'agisse d'un pavillon de chasse ou d'une intrigue amoureuse, il est difficile d'admettre que François Ier ait patienté douze ans pour satisfaire la fantaisie qu'il avait rêvée, et l'on doit croire que la construction de Chambord fut simplement pour le vainqueur de Marignan un de ces caprices ruineux auxquels il ne résista jamais.

Dix-huit cents ouvriers y travaillèrent, sous la conduite de deux maîtres des oeuvres (on appelait encore ainsi les architectes) dont les noms ont été retrouvés : c'étaient Pierre Nepveu, dit Trinqueau, et Jacques Coqueau ou Coquereau, noms bien français et qui permettraient d'affirmer que l'art italien n'est pour rien dans la construction de Chambord si l'on était assuré que ces deux maîtres des oeuvres ont eux-mêmes dessiné les plans du château; mais cette certitude n'existe pas.

Les historiens de Chambord, entraînés par le désir de voir dans ce château une oeuvre exclusivement nationale, s'en sont tenus aux noms que l'on vient de lire : s'ils avaient poussé plus loin leurs investigations, ils eussent trouvé dans un extrait de comptes de bâtiments publiés par L. de Laborde (Les comptes des bâtiments du roi, Il, 504) la mention d'une somme de 900 livres allouée en 1530 à Dominique de Cortone dit le Boccador, pour ses plans des villes et châteaux de Tournay, Ardies et Chanbord.

Il est donc vraisemblable que l'architecte de l'ancien Hôtel de ville de Paris a au moins collaboré à celui du château de Chambord. Cette quasi-certitude n'infirme pas, au reste, la constatation, facile à faire, que Chambord reste différent, dans son architecture, des édifices élevés dans le goût de la Renaissance italienne et que son plan rappelle, par bien des ressemblances, la disposition des châteaux français du Moyen âge.
-

Château de Chambord.
Le Château de Chambord.

Ce plan est, en effet, un parallélogramme dont les quatre angles sont flanqués de tours rondes et sur l'un des côtés duquel s'adosse une construction, également rectangulaire, flanquée elle aussi de quatre tours rondes et dont la masse constitue le donjon des anciennes forteresses. Ce donjon est en réalité la partie principale du monument, celle à laquelle l'architecte a donné le plus de soins et de luxe.

Un escalier monumental en occupe le centre et dessert les quatre corps de logis que séparent quatre grandes salles de gardes se coupant en croix. L'escalier est construit de telle façon que deux personnes peuvent le gravir ou le descendre simultanément sans se rencontrer : il se compose, en effet, de deux rampes superposées en hélice au-dessus l'une de l'autre. Une pareille disposition aurait suffi à rendre le château célèbre et beaucoup de connaisseurs, à la vérité, l'apprécient surtout pour cela : il est juste pourtant de ne pas attribuer à l'architecte de Chambord le mérite de l'invention : nous avons signalé ailleurs (Entre Loir-et-Cher, 1884) l'existence à Paris dès le XVe siècle de deux escaliers construits de même façon. L'escalier de Chambord a un autre mérite : il est surmonté d'un édifice pyramidal, haut de trente-deux mètres et que couronne une fleur de lys en pierre. 

On accède presque, jusqu'au sommet par un escalier en simple vis et c'est du haut de ce belvédère que l'on peut contempler l'ensemble des bâtiments du château et la belle forêt au fond de laquelle il semble qu'on ait voulu le cacher. Le corps de logis principal que nous venons de décrire est enveloppé sur trois côtés par des constructions qui, à l'origines n'étaient uniformément élevées qu'à un étage, mais qu'on a surmontées de mansardes au XVIIe siècle. Cette disposition a le défaut de masquer les façades et de ne laisser apercevoir, du dehors, que les campaniles des escaliers. De la Saussaye, qui a écrit une excellente notice sur Chambord, a compté quatre cent quarante pièces dans le château, toutes pourvues de cheminées, et treize grands escaliers, de fond en comble. Aucune de ces pièces ne fut jamais meublée, suivant l'usage constant de l'ancien temps; quand le roi devait venir passer quelques jours au château, il se faisait précéder d'une équipe de tapissiers qui, en toute hâte, aménageaient les appartements indispensables de meubles, qui de là, étaient transportés dans une autre résidence. 

François Ier vint souvent à Chambord; en 1539, il y reçut Charles-Quint qui, dit-on, l'admira « comme un abrégé de ce que peut effectuer l'industrie humaine ». Henri Il fit continuer les travaux du château, ainsi que l'attestent sa devise et son chiffre qui y sont çà et là sculptés, mais ni lui, ni ses successeurs immédiats ne l'achevèrent. Les Guerres de religion les retinrent ailleurs, puis Henri IV préféra résider à Paris ou à Saint-Germain. Louis XIII y vint parfois et c'est à Chambord qu'aurait eu lieu, si elle était vraie, cette scène ridicule où le roi prit des pincettes pour retirer du corsage de Mlle de Hautefort une lettre qu'elle y avait caché; mais il y a longtemps qu'on a fait justice de l'anecdote.
-

Château de Chambord.
Une autre vue du château de Chambord.

Il faut arriver à Louis XIV pour trouver le seul chapitre important des annales de Chambord, important moins par la présence du roi que par deux premières représentations célèbres qu'y donnèrent Molière et sa troupe : Monsieur de Pourceaugnac en septembre 1669, et le Bourgeois gentilhomme en octobre 1670. Les deux comédies les plus gaies de Molière eurent ainsi pour premier théâtre le lieu le plus triste et le plus mélancolique qui put être. Louis XIV fit travailler Mansard à Chambord : c'est cet architecte qui nous a valu la façade qui masque si malheureusement l'entrée du château, et aussi, dit-on, le premier essai des toits en mansardes, substitution également malheureuse à la couverture en terrasse. Les travaux ainsi exécutés ne coûtèrent pas moins de 1 225 701 livres.

Au XVIIIe siècle, Chambord fut successivement l'apanage du roi de Pologne, Stanislas Leczinski et du maréchal de Saxe. La Révolution en fit un domaine national et lui chercha, sans en trouver, un acquéreur. En 1809, Napoléon Ier le donna à Berthier, prince de Wagram, avec une dotation de 500 000 francs de rente. Louis XVIII ayant supprimé cette dotation, la veuve de Berthier sollicita comme une faveur de vendre un domaine dont la possession devenait si onéreuse. C'est alors, en 1820, qu'Adrien de Calonne eut la déplorable idée de proposer une souscription nationale permettant d'offrir Chambord au fils du duc de Berry, le duc de Bordeaux, qui venait de naître. En dépit des protestations qui, de bien des côtés, s'élevèrent contre cette idée, en dépit surtout du célèbre pamphlet de Courier, connu de tous, la souscription produisit 1 542 008 francs qui furent jugés suffisants pour la rachat. Chambord appartint dès lors à celui qui fut pendant plus d'un demi-siècle le représentant de la légitimité. A peine y vint-il deux fois et y fit-il faire les plus indispensables travaux de consolidation. A sa mort, en 1883, il l'a légué à deux princes étrangers appartenant à la maison de Bourbon, le prince de Parme et le duc de Bardi. Le château redeviendra propriété de l'Etat en 1932 et est aujourd'hui un des hauts-lieu du tourisme. (Fernand Bournon).
-

Château de Chambord.
Cheminées, lucarnes, flèches, clochetons sculptés du château de Chambord.
Photos : © Serge Jodra, 2010.


Dominic Hofbauer, Alain Borer, Chambord, Monum, Ed. du Patrimoine, 2006. - Depuis l'époque de sa construction, le château de Chambord éblouit, étonne, fascine ses visiteurs. Nombre d'entre eux - ambassadeurs, artistes, hommes de lettres, érudits, historiens - ont laissé des traces écrites de leurs impressions. Cet ouvrage donne un florilège de ces témoignages admiratifs, en contrepoint de deux regards actuels : celui de Dominic Hofbauer qui, pour avoir travaillé pendant des années dans le monument même, a su capter par ses photographies les multiples facettes de cette architecture labyrinthique; celui du romancier, essayiste et poète Alain Borer qui, à partir de ce portrait photographique éclaté de Chambord et de sa propre fréquentation du lieu, en propose une approche des plus imaginatives. Le tout s'offre non comme une visite guidée mais comme une errance poétique dans l'espace et le temps de ce qui fut le grand rêve du roi François Ier.  (couv).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2010. - Reproduction interdite.