.
-

Duo

Duo. - Composition à deux voix ou à deux instruments. La diaphonie, l'organum, le déchant en présentent les premiers essais. Dans les oeuvres polyphoniques du XVe et du XVIe s. abondent les épisodes en duo, placés d'ordinaire, dans les messes, soit au Christe eleison,soit au deuxième Agnus Dei : tel est le cas pour la messe Mente tota de Fevin, réimprimée par Expert d'après l'édition de 1516. 

De grands recueils de duos ont été publiés en 1545 et 1590, sous le titre de Bicinia; par Rhau, de Wittenberg, et Phalèse, d'Anvers. Au XVIIe siècle, les airs à deux voix furent à la mode chez les amateurs de chant français; on les écrivait dans les formes les plus simples, souvent en contrepoint égal, avec une basse continue. Les maîtres italiens du même temps accrurent l'intérêt du duo de chambre ou d'église, en usant davantage de la forme dialoguée et en y introduisant des réponses canoniques et des dessins contrepointés. Steffani (1653-1728) se rendit célèbre par ses Duetti de camera, aussitôt imités et dont l'influence se fit sentir jusque chez les plus grands créateurs, tels que Haendel et Bach.

Les cantates à deux voix, en plusieurs mouvements, des musiciens du XVIIIe siècle en sont un écho moins direct. A l'époque suivante apparut, sous le titre de nocturne, un genre de duo de chambre, de proportions réduites, où les voix chantaient presque constamment ensemble et où prédominaient les suites de tierces et de sixtes, agréables à l'oreille. Un des derniers et des plus charmants exemples s'en trouve dans Béatrice et Bénédict, de Berlioz (1862). Le petit duo de chambre, ou lied à deux voix, fut abondamment cultivé en Allemagne par Mendelssohn, Küchen, Schumann, Brahms, etc. 

Dans l'opéra, le duo avait pris dès l'origine une place déterminée par l'action dramatique et qui devint plus grande à mesure que, par l'effet de la satiété, on réagissait contre le plan de l'ancien opéra italien, fait d'une succession d'airs stéréotypés. Quoique toutes les combinaisons de voix fussent admises, selon les situations à exprimer, c'est vers le duo d'amour pour ténor et soprano que se concentrèrent, pendant la période du "grand opéra", les soins des compositeurs et les préférences du public. Il suffit de rappeler les duo de Guillaume Tell, de Rossini (1829), des Huguenots, de Meyerbeer (1836), de Lohengrin, de Wagner (1854), des Troyens, de Berlioz (1863). 

Si Wagner a rompu avec la tradition en supprimant presque totalement les ensembles dans le 2e acte de Tristan et Isolde (1865), cette scène culminante de tout l'ouvrage n'en constitue pas moins un véritable duo, une suite, portée jusqu'à ses plus extrêmes développements, des traditions précédentes. Dans la musique instrumentale, le duo se plie à toutes les destinations, depuis le morceau d'étude, comme est la série des duos à 2 violons de Viotti, jusqu'aux pièces de virtuosité et de mode, comme furent les nombreux duos sur des thèmes d'opéras, composés pendant le XIXe s. pour un instrument solo avec piano. (M. Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.