.
-

Meyerbeer (Giacomo), né à Berlin en 1794, d'un riche banquier, mort en 1864; annonça de bonne heure les plus heureuses dispositions pour la musique; se lia à Darmstadt avec Weber, étudia avec lui l'harmonie sous la direction de l'abbé Vogler, organiste de la cathédrale, et composa plusieurs oratorios qui eurent un grand succès

Meyerbeer donna en 1812, à Munich, et en 1814, à Vienne, ses premiers opéras : le Voeu de Jephté et Abimélech auxquels on reprocha de manquer de chaleur et de mouvement; reçut alors de Salieri le conseil d'étudier Rossini et la musique italienne, et acquit dans la pratique de ces nouveaux modèles plusieurs des qualités qui lui manquaient. Romilda e Constanza (1817), Sémiramide (1819), Emma, Margarita (1820), l'Esulé di Grenata, I Crociato in Egitto (1825), operas joués en Italie, marquèrent dans son talent une nouvelle phase, qui ne fut pas la dernière. 

Après s'être recueilli plusieurs années, pendant lesquelles, sous le coup de malheurs de famille, il composa de la musique religieuse (Stabat, Miserere, Te Deum, Psaumes antiques), il donna une suite d'oeuvres remarquables où l'on retrouve les qualités de sa seconde manière avec plus de vigueur et d'originalité : Robert le Diable (1831), les Huguenots (1836), le Prophète (1849, l'Étoile du Nord (1854), l'Africaine (oeuvre posthume jouée en 1865).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.