.
-

Le Collège de France

Le Collège de France, à Paris (Ve' arrondissement), se situe à l'angle de la rue saint-Jacques et de la rue des Ecoles. Cette institution fut  fondée par François Ier, en 1530, pour l'enseignement des langues hébraïque et grecque, des mathématiques, de la médecine, etc. Il eut pour premiers professeurs Pierre Danès, François Vatable, Martin Poblacion, Ramus, Oronce Finé, etc.

Henri II y ajouta une chaire de philosophie; Charles IX, une de chirurgie; Henri III, une de langue arabe; Henri IV, une d'anatomie et de botanique; Louis XIII, une de droit ecclésiastique; Louis XIV, une de langue syriaque et une de droit français; Louis XV, des chaires de mécanique, de langues turque et persane, de droit des gens, d'histoire naturelle, etc. Les matières enseignées n'on cessé de se multiplier depuis.

Les plus illustres professeurs qui ont enseigné dans cet établissement sont : Gassendi, Guy Patin, Rollin, Tournefort, Daubenton, Lalande, Darcet, Portal, Vauquelin, Cuvier, Ampère, Lacroix de Guignes, Delille, Andrieux, etc. 
-

Collège de France.
Statue de Budé, à l'entrée du Collège de France (rue Saint-jacques).

L'utilité du Collège de France était incontestable sous François Ier et ses successeurs, alors que les livres étaient rares, la science difficile à acquérir, l'enseignement tout oral: aussi les professeurs étaient-ils appelés lecteurs du roi, lecteurs publics. Avec le temps son caractère a changé, les cours n'ayant pas de but déterminé, ne formant pas un système d'enseignement, ne s'adressant qu'à un auditoire vague et passager.  Piganiol en 1750, déjà sévèrement cet établissement : « les études qu'on y fait ne menant à rien », disait-ils, ils semblent moins des voies d'instruction supérieure que des moyens de dotation pour quelques savants. Pourtant le grand mérite du Collège de France est d'abord dans son principe : celui de procurer à tous un accès libre à la connaissance.

Le Collège de France resta longtemps sans édifices pour ses cours, et les professeurs durent faire leurs lectures dans les colléges voisins de Cambrai, de Tréguier, de Lyon. 

« Les lecteurs du roi, écrivait Ramus à Catherine de Médicis, n'ont pas encore d'auditoire qui soit à eux; seulement ils se servent, par manière de prest, d'une salle ou plus tost d'une rue, les uns après les autres, encore sous telle condition que leurs leçons soient sujettes à être importunées et destourbies par le passage des crocheteurs et lavandières.-»
Ce ne fut que sous Louis XIII qu'on commença à construire, sur l'emplacement des anciens collèges de Tréguier et de Cambrai, le monument qui existe aujourd'hui : il n'a été terminé qu'en 1774 et a reçu en 1840 des agrandissement considérables, qui en ont fait l'un des plus remarquables édifices de Paris. (Th. L.).
-
Collège de France.
Le Collège de France (entrée principale, rue des Ecoles). © Photos : Serge Jodra, 2010.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.