.
-

Appareil salivaire ou Glandes salivaires (anatomie). - L'appareil salivaire se compose chez les humains de six glandes, réparties par paires de chaque côté. 
Ce sont de petites masses charnues et molles sécrétant la salive :
1° les deux parotides  A sont situées sous la peau, un peu au-dessous et en avant du trou auditif. Elles ont la taille d'une grosse noisette (25 g.); chacune possède un gros canal excréteur, le canal de Sténon (a), de 3 mm de diamètre, qui se dirige en avant à la surface du muscle masséter, puis perce à angle droit le muscle buccinateur pour pénétrer dans la bouche, où il s'ouvre au voisinage de la deuxième grosse molaire supérieure.

2° Les deux glandes sous-maxillaires B1 sont situées en dedans et de
chaque côté de la mâchoire inférieure qu'elles touchent. Elles sont plus petites que les précédentes (6 g). Chacune possède un canal excréteur, le canal de Warthon (b) (2 mm de diamètre), qui s'ouvre sur le côté du frein de la langue, un peu en arrière des incisives inférieures, en b'.

3° Les deux sublinguales C sont situées un peu en dedans des précédentes; elle sont de la grosseur d'une petite noisette et subdivisées chacune en un certain nombre de petites masses secondaires (15 à 20), avec autant de petits canaux d'abord distincts (c) ; mais ceux-ci se réunissent un peu plus loin pour n'en plus former que cinq ou six par lesquels la salive s'écoule sur les côtés du frein de la langue, tout près des conduits de Warthon. Ils sont désignés sous les noms de canaux de Rivinus ou de Bartholin, qui les ont trouvés, le premier chez le mouton, l'autre chez le lion et l'ours.

Les glandes salivaires appartiennent à la catégorie des glandes en grappe, c'est-à-dire que leur canal excréteur se divise dans l'intérieur de la glande un très grand nombre de fois, d'abord en deux, puis chaque branche en deux autres et ainsi de suite, les dernières ramifications se terminent chacune par une petite ampoule microscopique ou acinus qui n'a pas plus de quelques centièmes de millimètre de diamètre.

Les parois de ces ampoules sont formées d'une couche de grandes cellules ovoïdes entourées extérieurement d'une couche de tissu conjonctif, riche en capillaires sanguins qui se dilatent par réflexe au moment des sécrétions.

Chaque cellule laisse échapper une gouttelette de salive qui tombe dans la cavité centrale de l'acinus, tandis que son noyau et son protoplasme persistent et élaborent une nouvelle gouttelette après une certaine période de repos; ce sont par conséquent des glandes mérocrines.

Glandes salivaires.


Les glandes salivaires (d'après L. Testut, Anatomie humaine). - A, parotide avec son canal de Sténon a. - B, sous-maxillaire avec son canal de Warthon b, et son orifice b'. - C, sublinguales avec leurs canaux c.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2008. - Reproduction interdite.