.
-

 
Les trouvères
Les trouvères étaient des poètes du nord de la France, qui du XIe au XVe siècle ont composé en wallon ou en langue d'oïl (le vieux français). Ils existaient en même temps que les Troubadours, et leur nom a le même sens (trouver, intenter). Mais, tandis que les Troubadours ont surtout brillé dans le genre lyrique, c'est à la poésie'épique que les Trouvères se sont livrés de préférence. Ils ont admirablement réussi et dans la grande épopée, qui a pris par excellence le nom de roman, et dans les fabliaux, qui sont souvent chez eux des chefs-d'oeuvre d'originalité, de naïveté, de gaieté. Les Trouvères ont aussi fait quelques poésies lyriques, tels que lais, virolais et ballades; enfin on leur doit les romans de chevalerie en prose.

Les plus connus d'entre eux sont Auboin de Sézanne, Huon de Villeneuve, Jean Bodel, Alexandre de Bernay, Lambert Ii Cors, Chrestien de Troyes, Wace, Marie de France, Rutebeuf, Guillaume de Lorris, Jean de Meung, Thibaut de Champagne. Leurs plus célèbres romans en vers sont le Brut d'Angleterre et le Rou de Wistace ou Wace; l'Alexandre de Lambert et Alexandre de Bernay (composé au XIIe s. en vers de 12 syllabes, qui depuis prirent le nom d'alexandrins); le Chevalier au Cygne, de Renaut et Gauder; Gérard de Nevers, par Gilbert de Montreuil; Garin le Loherain, par Jehan de Flagy. On leur doit aussi des compositions allégoriques, telles que le roman de la Rose, par Guillaume de Lorris et Jean de Meung dit Clopinel; le roman du Renart, le Dolopathos le Castoiement.

On confond parfois les trouvères et les ménestrels; mais il semble que ces derniers vivaient de l'exercice de leur art, tandis que les premiers appartenaient à de familles nobles et même princières.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.