.
-

Roman de Brut

Le Roman de Brut est un poème composé par Wace, trouvère normand du XIIe siècle. C'est une chronique légendaire en 15 000 vers, de l'histoire bretonne, trouvée, dit-on, en Armorique par Walter ou Gualter, archidiacre d'Oxford, apportée par lui en Angleterre, communiquée à Geoffroi Arthur de Monmouth, bénédictin gallois, qui l'a traduite en latin à la prière de Robert de Caen, et que Wace mit en vers de huit syllabes. Il le présenta à la reine Éléonore de Guyenne en 1155. Layamon et Robert de Brune, poètes, l'un du XIIIe, l'autre du XIVe siècle, employèrent la version de Wace pour leur traduction en vers anglais; Rusticien de Pise s'en servit également pour la traduction en prose française qu'il fit paraître à la fin du XIIe siècle. Brut est une abréviation du titre original de la chronique, Bruty Brenhined, c.-à-d. Brutus de Bretagne. La prétention qu'avaient eue les Romains de descendre des Troyens s'était perpétuée parmi les peuples soumis à leur empire : ainsi, les auteurs de nos premières chroniques sont unanimes pour faire descendre la dysnastie mérovingienne d'un petit-fils de Priam. Le poème de Wace est un écho de ces traditions, fondées vraisemblablement sur le rapport fortuit du nom de Brutus avec celui de Britannia (Prydain), l'antique Bretagne. Voici le sujet du roman de Brut :

Après la destruction de Troie, Enée s'embarque avec son fils Ascane, et aborde en Italie, où il épouse Lavinia, fille du roi Latinus. II a de cette princesse un fils nommé Silvius, qui règne après la mort d'Ascane, et qui, n'ayant pas d'enfants, laisse le trône à un fils d'Ascane, portant aussi le nom de Silvius. Ce dernier séduit une fille de Lavinie, qui meurt en donnant le jour à Brutus. A l'âge de quinze ans, Brutus, grand amateur de chasse, frappe son père d'une flèche lancée contre un cerf, aux approches de la nuit. Forcé de s'exiler, il va délivrer en Grèce des Troyens captifs depuis la destruction de leur patrie; puis il se rend aux îles Armoriques, appelées depuis Bretagne, à cause de son nom Brutus, et en fait la conquête. Bientôt après, attaqué par un roi de Poitou et d'Aquitaine, dans les forêts duquel il avait chassé, il le bat près de la Loire, et fonde sur le lieu même la ville de Tours, ainsi nommée de son fils Turnus, qui a péri dans l'action.

Brutus enlève ensuite l'île d'Albion aux géants qui l'habitent, donne son nom au pays, fonde sur la Tamise une Troie nouvelle, qui est Londres, et règne tranquillement pendant 24 années. Le poète raconte les aventures des fils et descendants de Brutus, la fondation d'York, de Dumbarton, de Carlisle, de Winchester, de Canterbury, de Bath, de Leicester, etc. Au nombre des personnages figurent le roi Lear, héros d'une tragédie de Shakespeare, Cordélia, sa fille; les rois Belin et Brennus, qui se distinguent par leurs conquêtes en Gaule et en Italie, où ils défont les consuls Cabius et Porsenna, et s'emparent de Rome; Cassibelan, sous lequel arrive en Bretagne Jules César. Puis viennent les luttes avec les empereurs romains Claude, Vespasien, Septime Sévère, et les pirates qui infestent les côtes de Bretagne; une période pendant laquelle l'histoire bretonne se confond avec celles de Constant, de Constantin, de Maxence, de Maximien, de Valentinien et de Gratien; la lutte des Bretons contre les Saxons, et leur défaite par Hengist, chef de cette tribu.

Les événements qui suivent sont racontés dans le Roman d'Arthur. L'oeuvre de  Wace se termine par la formation de l'heptarchie anglo-saxonne, la conversion du pays au christianisme par le moine Augustin, et le tableau des derniers efforts de la nationalité bretonne contre l'invasion étrangère.

"C'est du roman de Brut, dit Roquefort, embelli par son traducteur, que sont sortis ceux du Roi Arthur, de l'Enchanteur Merlin, du Saint Graal, de Lancelot du Lac, de Tristan de Léonnois, de Perceval le Gallois, etc. C'est le premier livre dans lequel on trouve l'origine de la Table Ronde, de ses fêtes, de ses tournois, de ses chevaliers., On le lisait publiquement à la cour des rois anglo-normands qui le jugeaient très propre à inspirer l'enthousiasme à leurs guerriers; et les dames en allaient faire la lecture dans les infirmeries, pour calmer les douleurs des chevaliers blessés dans les tournois." T.



En bibliothèque - Le Roman de Brut a été publié par Leroux de Lincy, 1838, 2 vol. in-8°. - I. Arnold et M. Pelan, La partie arthurienne du Roman de Brut, Klicksieck, 2000.

En librairie - Claude Letellier et Denis Hüe, Le Roman de Brut, entre mythe et histoire, Paradigme publications universitaires, 2003. - Arthur dans le roman de Brut, de Wace, Klincksieck, 2002.

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.