.
-

 L'histoire de l'Asie
Histoire d'Israël

Dès 1917, une lettre du gouvernement britannique, connue sous le nom de déclaration Balfour, soutenait l'établissement d'un foyer national juif en Palestine. Pendant longtemps cela n'a correspondu qu'à une vue abstraite. Après le démantèlement de l'Empire Ottoman, la Palestine est passé, en 1920, sous mandat du Royaume Uni. S'ouvre alors une période durant laquelle les revendications pour la création d'un Etat juif gagnent du terrain, malgré les tensions avec les populations arabes locales. C'est finalement l'Holocauste qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale convainc les grandes puissances de crééer un Etat nouveau à l'intérieur duquel les Juifs auraient les moyens d'assurer leur sécurité.

L'AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies adopte le 29 novembre 1947 la rĂ©solution 181, qui prĂ©voit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe, avec JĂ©rusalem placĂ©e sous un rĂ©gime international spĂ©cial. Les dirigeants juifs acceptent le plan, mais les dirigeants arabes le rejettent. Le 14 mai 1948, David Ben Gourion, prĂ©sident de l'Agence juive, proclame de l'État d'IsraĂ«l. Le lendemain dĂ©bute  la guerre israĂ©lo-arabe, lorsque les armĂ©es de cinq États arabes (Égypte, Transjordanie, Syrie, Liban, et Irak) envahissent le nouvel État juif. IsraĂ«l parvient Ă  repousser les attaques et Ă  Ă©tendre son territoire au-delĂ  des frontières prĂ©vues par le plan de partage de l'ONU. Des armistices sont signĂ©s en 1949 avec l'Égypte, la Jordanie, le Liban et la Syrie. IsraĂ«l contrĂ´le environ 78 % du territoire de la Palestine mandataire. En 1950, la Knesset adopte la Loi du Retour, permettant Ă  tout Juif d'immigrer en IsraĂ«l et d'obtenir la citoyennetĂ©.

-
Le sionisme

Le sionisme est un mouvement politique et idĂ©ologique nĂ© Ă  la fin du XIXe siècle qui visait Ă  la crĂ©ation d'un État juif indĂ©pendant en Palestine, rĂ©gion historiquement associĂ©e aux Juifs. 

Le sionisme émerge en réponse à l'antisémitisme persistant et aux persécutions des Juifs en Europe. Le mouvement est également inspiré par les idées nationalistes en vogue à l'époque. Considéré comme le père fondateur du sionisme politique moderne, Herzl publie L'État juif en 1896, où il appelle à la création d'un État juif souverain. En 1897, il organise le premier congrès sioniste à Bâle, en Suisse, qui marque la fondation officielle du mouvement sioniste.

Le sionisme, tel qu'il est entendu par Herzl (sionisme politique) vise à encourager l'immigration juive en Palestine (alors sous domination ottomane) pour y établir un foyer national juif. Le but ultime est la création d'un État juif indépendant où les Juifs peuvent exercer leur droit à l'autodétermination.

Il existe aussi d'autres formes de sionisme : le sionisme culturel , promu par Ahad Ha'am, défend la renaissance culturelle juive et la revitalisation de la langue hébraïque; le sionisme socialiste combine les idéaux sionistes avec ceux du socialisme et préconise la création de communautés agricoles collectives (kibboutzim) et une société égalitaire; enfin, le sionisme religieux Insiste sur le lien spirituel et religieux des Juifs avec la Terre d'Israël, considérée comme la terre promise par Dieu.

En 1956, Israël, la France et le Royaume-Uni attaquent l'Égypte après la nationalisation du canal de Suez par Gamal Abdel Nasser (Crise de Suez). Israël occupe un moement le Sinaï mais se retire sous la pression internationale, en particulier des États-Unis et de l'URSS. Les années qui suivent sont marquées par une forte immigration, un développement économique et des tensions persistantes avec les pays arabes voisins. Les frontières sont souvent le théâtre d'incidents armés, et Israël fait face à une guérilla menée par des fedayins palestiniens.

Les 5-10 juin 1967,  IsraĂ«l mène une attaque prĂ©ventive (Guerre des Six Jours) contre l'Égypte, la Jordanie et la Syrie, s'emparant la Cisjordanie, de la bande de Gaza, du SinaĂŻ et le plateau du Golan. La RĂ©solution 242 de l'ONU appelle au retrait des forces armĂ©es israĂ©liennes des territoires occupĂ©s, mais laisse des ambiguĂŻtĂ©s sur l'ampleur de ce retrait. IsraĂ«l commence Ă  Ă©tablir des colonies dans les territoires occupĂ©s, ce qui provoque des tensions internationales et locales. Les territoires resteront un point central des conflits israĂ©lo-arabes futurs.

Entre 1968 et 1970, une guerre d'usure oppose Israël et l'Égypte le long du canal de Suez. En 1972,Les Jeux olympiques de Munich sont marqués par la prise d'otages et l'assassinat de 11 athlètes israéliens par le groupe terroriste palestinien Septembre Noir.

L'Égypte et la Syrie lancent  en 1973une attaque surprise contre IsraĂ«l pendant Yom Kippour,  , le jour le plus sacrĂ© du calendrier juif. Initialement en difficultĂ©, IsraĂ«l parvient Ă  repousser les attaquants et Ă  franchir le canal de Suez en Égypte et avancer sur le plateau du Golan. Cette guerre du Kippour (6-25 octobre 1973) entraĂ®ne un changement de perception international et mène Ă  une rĂ©Ă©valuation des politiques de sĂ©curitĂ© en IsraĂ«l.

Après la guerre du Kippour, les accords de désengagement sont signés en 1974 avec l'Égypte et la Syrie, conduisant au retrait israélien de certaines zones occupées. En 1977, pour la la première fois un gouvernement de droite prend le pouvoir en Israël à la suite de l'élection de Menahem Begin et du parti Likoud. Cette année voit également la visite historique du président égyptien Anouar el-Sadate en Israël, amorçant le processus de paix entre les deux pays.

En 1978, les Accords de Camp David, accords préliminaires établissant un cadre pour la paix sont signés par Israël et l'Égypte, sous la médiation du président américain Jimmy Carter. Le Traité de paix israélo-égyptien est signé l'année suivante. Israël accepte de restituer le Sinaï à l'Égypte en échange de la reconnaissance et de la normalisation des relations.

A partir de la fin des années 1970 et pendant plus d'une une dizaine d'années, une série d'opération sont lancées par Israel pour accueilir des milliers de Juifs éthiopiens (Falashas). Une opération permise par la Loi du Retour, qui a des motivations diverses. Certaines sont humanitaires, les Falashas en péril dans leur pays se voient offrir un refuge. D'autres sont plus politiques, et relèvent de préoccupations démographiques : Israël a besoin d'augmenter sa population juive, pour conserver la préminence de celle-ci dans un pays ou la composante arabe de la population s'accroît rapidement.

Israël envahit le Liban en 1982 (opération Paix en Galilée) pour expulser l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) de Beyrouth et mettre fin aux attaques transfrontalières. L'invasion conduit à une occupation prolongée du sud du Liban. En 1985, Israël se retire du Liban, tout en maintenant une « zone de sécurité » dans le sud du Liban, occupée par les Forces de défense israéliennes et leurs alliés de l'Armée du Sud-Liban.

La Première Intifada, un soulèvement palestinien dans les territoires occupés de la Cisjordanie et de Gaza contre l'occupation israélienne, débute en 1987. Ce conflit dure jusqu'en 1993 et entraîne une escalade de la violence et des tensions.

En 1988, le roi Hussein de Jordanie renonce à toute revendication sur la Cisjordanie, ouvrant la voie à une reconnaissance de l'OLP comme représentant du peuple palestinien. En 1991 se tient la Conférence de Madrid au cours de laquelle Israël et des représentants arabes se rencontrent pour des négociations de paix sous la médiation des États-Unis et de l'URSS. Deux ans plus tard, en 1993, Israël et l'OLP, représentée par Yasser Arafat, signent un accord de paix historique à Oslo. Israël reconnaît l'OLP comme représentant du peuple palestinien et accorde une autonomie limitée à certaines régions de la Cisjordanie et de Gaza.

IsraĂ«l et la Jordanie signent en 1994 un traitĂ© de paix, normalisant les relations entre les deux pays. Mais l'annĂ©e suivante,  le Premier ministre israĂ©lien Yitzhak Rabin est assassinĂ© par un extrĂ©miste juif opposĂ© au processus de paix. En 1996, Benjamin Netanyahou, du Likoud, est Ă©lu Premier ministre, et adopte une position plus sceptique vis-Ă -vis du processus de paix. En 2000 a lieu le sommet de Camp David II entre Ehud Barak, Premier ministre israĂ©lien, et Yasser Arafat, prĂ©sident de l'AutoritĂ© palestinienne, sous la mĂ©diation du prĂ©sident amĂ©ricain Bill Clinton. L'Ă©chec de ces nĂ©gociations contribue au dĂ©clenchement de la Seconde Intifada.

La Seconde Intifada éclate en septembre 2000 après la visite controversée d'Ariel Sharon sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. Cette période de violence intense entre Israéliens et Palestiniens dure plusieurs années. En 2002, Israël lance l'opération Rempart en Cisjordanie en réponse aux attentats-suicides palestiniens. Un mur de séparation est construite en Cisjordanie pour prévenir les attaques terroristes.

Les colonies juives dans les territoires palestiniens

Les colonies juives dans les territoires palestiniens sont un sujet central aux conflits israĂ©lo-palestiniens. Ces colonies, Ă©galement appelĂ©es implantations, sont des communautĂ©s juives construites dans les territoires occupĂ©s par IsraĂ«l lors de la guerre des Six Jours en 1967 (Cisjordanie, JĂ©rusalem-Est et le plateau du Golan). 

Certains Israéliens et gouvernements considèrent les colonies comme une barrière de sécurité pour protéger Israël contre des attaques potentielles. Les mouvements sionistes religieux voient quant à eux les territoires comme faisant partie intégrante de la Terre d'Israël, ancrée dans des promesses bibliques. Le développement des colonies est aussi perçu comme un moyen de renforcer la présence israélienne et de compliquer toute solution de partage territorial.

La plupart des colonies se trouvent en Cisjordanie, divisée en zones A, B et C selon les accords d'Oslo. La Zone C, sous contrôle israélien total, contient la majorité des colonies. Le Plateau du Golan, officiellement annexé par Israël en 1981, possède également des colines, et de quartiers quartiers juifs ont aussi été établis à Jérusalem-Est. Colonies notables :

• Ariel. - Une des plus grandes colonies de Cisjordanie, mentionnée pour son impact sur le territoire.

• Ma'ale Adumim. - Grande colonie proche de Jérusalem, considérée comme stratégique pour le maintien de Jérusalem sous contrôle israélien.

• Gush Etzion. - Bloc de colonies au sud de Jérusalem, symbolique pour les sionistes religieux.

La majorité de la communauté internationale considère les colonies comme illégales, en particulier la quatrième Convention de Genève qui interdit le transfert de population dans des territoires occupés. Israël conteste cette interprétation.

Les colonies sont devenues un obstacle majeur dans les négociations de paix. Les Palestiniens voient l'expansion des colonies comme une appropriation du territoire devant constituer leur futur État. Leur existence empêcherait dailleurs largement la viabilité de cet État. En attendant, les droits humains sont violés : les Palestiniens vivant en Cisjordanie font face à des restrictions de mouvement, des démolitions de maisons et des expropriations. Les infrastructures comme les routes et l'eau sont souvent contrôlées par les autorités israéliennes au profit des colonies.

Les Accords d'Oslo (1993-1995) ont Ă©tĂ© une tentative de crĂ©er un cadre pour la paix, incluant des dispositions sur le contrĂ´le des territoires, mais les colonies continuent de s'Ă©tendre. Les Accords d'Abraham (2020), qui traduisaient une normalisation entre IsraĂ«l et certains pays arabes (Émirats arabes unis, BahreĂŻn, Soudan, Maroc) n'ont pas abordĂ© directement la question des colonies, ce qui peut s'interprĂ©ter comme un dĂ©sintĂ©rĂŞt des pays arabes pour la question palestinienne. Cette situation a modifiĂ© la dynamique rĂ©gionale et locale. 

La solution Ă  deux États, prĂ´nĂ©e par de nombreux acteurs internationaux, prĂ©conise la crĂ©ation d'un État palestinien aux cĂ´tĂ©s d'IsraĂ«l, mais les colonies compliquent cette vision. L'idĂ©e d'un fĂ©dĂ©ration israelo-palestinienne, qui tiendrait compte des interdĂ©pendances entre les diffĂ©rentes composantes de la rĂ©gion,  est plus minoritaire et sans doute plus difficile encore Ă  rĂ©aliser. Certains plaident pour le dĂ©mantèlement des colonies dans le cadre d'un accord de paix, tandis que d'autres, notamment dans la droite israĂ©lienne, appellent Ă  l'annexion formelle de certaines parties de la Cisjordanie.

Yasser Arafat meurt en novembre 2004. Mahmoud Abbas lui succède Ă  la tĂŞte de l'AutoritĂ© palestinienne. L'annĂ©e suivante, IsraĂ«l se retire unilatĂ©ralement de la bande de Gaza, dĂ©mantelant les colonies et retirant ses forces militaires dans le cadre du plan de dĂ©sengagement de Sharon. Ce statut distinct pour la bande de Gaza et la Cisjordanie va bientĂ´t conduire Ă  une scission de fait dans la gouvernance palestinienne. l'AutoritĂ© palestinienne va garder la main sur la Cisjordanie et sombrer progessivement dans la corruption et l'inaction, tandis que dans la bande de Gaza, c'est un parti islamiste, le Hamas, qui s'installera et placera la population du territoire sous une dictature de fer. 

En 2006 Ă©clate un conflit entre IsraĂ«l et le parti-milice chiite Hezbollah au Liban (guerre de 33 jours), dĂ©clenchĂ© par l'enlèvement de deux soldats israĂ©liens par le Hezbollah. Ce conflit cause des destructions importantes au Liban et en IsraĂ«l. En 2008-2009,  IsraĂ«l mène Ă  Gaza une offensive contre le Hamas en rĂ©ponse aux tirs de roquettes sur le sud d'IsraĂ«l (OpĂ©ration Plomb), et une nouvelle fois en 2012 avec l'opĂ©ration OpĂ©ration Pilier de DĂ©fense. L'OpĂ©ration Bordure Protectrice, en 2014n sera un autre conflit majeur Ă©clate entre IsraĂ«l et le Hamas, qui entraĂ®ne des pertes humaines importantes des deux cĂ´tĂ©s et des destructions Ă  Gaza.

Benjamin Netanyahou est rĂ©Ă©lu Premier ministre en 2015. Son gouvernement adopte une position ferme contre l'accord sur le nuclĂ©aire iranien signĂ© par les grandes puissances mondiales. En 2018,  les États-Unis, sous la prĂ©sidence de Donald Trump, reconnaissent JĂ©rusalem comme capitale d'IsraĂ«l et transfèrent leur ambassade de Tel Aviv Ă  JĂ©rusalem, suscitant des rĂ©actions internationales et des violences Ă  Gaza. Deux ans plus tard, par les accords d'Abraham supervisĂ©s par les Etats-Unis, IsraĂ«l normalise ses relations diplomatiques avec les Émirats arabes unis, BahreĂŻn, le Soudan et le Maroc, ce qui marque un tournant significatif dans les relations israĂ©lo-arabes. Cependant, des tensions se font jour Ă  JĂ©rusalem et des affrontements ont lieu Ă  la mosquĂ©e Al-Aqsa, qui dĂ©clenchent une guerre de 11 jours entre IsraĂ«l et le Hamas, en mai 2021. 

Entre 2019 et 2021, IsraĂ«l a connu une sĂ©rie de quatre Ă©lections lĂ©gislatives  en raison de l'instabilitĂ© politique et de l'incapacitĂ© Ă  former des coalitions durables. En 2021, Naftali Bennett (Yamina) et Yair Lapid (Yesh Atid) ont formĂ© un gouvernement de coalition diversifiĂ©, succĂ©dant Ă  Benjamin Netanyahou, après 12 ans de mandat. Ce gouvernement comprenait pour la première fois un parti arabe (Ra'am) au sein de la coalition. Après la chute du gouvernement Bennett-Lapid, en 2022, de nouvelles Ă©lections ont eu lieu, ramenant Benjamin Netanyahou et le Likoud au pouvoir avec une coalition incluant des partis d'extrĂŞme droite et des partis religieux orthodoxes. IsraĂ«l continuera pendant l'annĂ©e suivante de faire face Ă  des tensions internes, notamment sur des questions de rĂ©formes judiciaires controversĂ©es proposĂ©es par le gouvernement Netanyahou, impliquĂ© dans divers scandales, et qui suscitent des manifestations massives.

Une tragédie inédite, mais aussi un événement majeur dans l'histoire d'Israël s'est produite le 7 octobre 2023 quand le Hamas a lancé depuis la bande de Gazaz une attaque terroriste contre Israël, soit contre des villes et aussi contre un festival de musique. Les actes les plus ignobles sont commis. Hommes, femmes, enfants, bébés sont massacrés. Plus de 800 civils et près de 500 soldats israelens son tués, soit 1290 morts. 252 personnes sont prises en otage et emmenées dans la bande de Gaza. Malgré le contexte particulier de ce massacre, le terme de pogrom parfois utilisé pour désigner ce déchaînement de sauvagerie antisémite a le mérite de replacer l'événement dans une continuité historique plus large.

IsraĂ«l riposte aussitĂ´t en lançant l'opĂ©ration ÉpĂ©es de fer. La bande Gaza subit d'intenses bombardement, l'armĂ©e ientre dans le territoire.  L'objectif annoncĂ© est la libĂ©rations des otages (une partie seront libĂ©rĂ© par la suite en Ă©change de prisonniers palestiniens dĂ©tenus par IsraĂ«l), et l'Ă©radication totale du Hamas. L'Ă©limination d'un mouvement terroriste comme le Hamas est assurĂ©ment lĂ©gitime. Restent les moyens mis en oeuvre. Non seulement, pensent de nombreux observateurs, l'usage de la force risque bien s'ĂŞtre inefficace, voire contre-productif, mais aussi elle a un impact dramatique sur un population palestinienne, dĂ©jĂ  victime depuis des dĂ©cennies de la politique totalitaire du Hamas. Plusieurs milions de personnes sont dĂ©placĂ©es dans la bande Gaza. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont tuĂ©es lors des bombardements ou des affrontements terrestres. La famine menace. IsraĂ«l, qu'il conserve le soutien des Etats-Unis, se voit vertement reprocher son jusqu'au-boutisme. Le 25 mars 2024, une rĂ©solution du Conseil de sĂ©curitĂ© de l'ONU, qui a bĂ©nĂ©ficiĂ© de l'abstention des Etats-Unis, en appelle Ă  un cessez-le-feu humanitaire immĂ©diat. La guerre se poursuit et, Ă  ce jour (juillet 2024), elle donne l'impression de n'avoir d'autre perspective que sa perpĂ©tuation.

Le système politique israëlien.
Israël utilise un système électoral proportionnel, ce qui conduit souvent à la formation de gouvernements de coalition qui puise dans la grande diversité de partis politiques existants et qui refléte une large gamme d'opinions politiques, religieuses et sociales. Aucun parti n'a généralement suffisamment de sièges pour gouverner seul, nécessitant des alliances entre partis pour former une majorité à la Knesset (parlement israélien).
Voici un aperçu des principales forces politiques en Israël :

Partis politiques principaux-

• Likoud. -  Orientation : droite, nationaliste (Benjamin Netanyahou). - Le Likoud est le principal parti de droite en IsraĂ«l. Il est favorable Ă  une politique de sĂ©curitĂ© stricte, Ă  l'expansion des colonies en Cisjordanie et s'oppose gĂ©nĂ©ralement Ă  de grandes concessions territoriales pour la paix avec les Palestiniens.

• Yesh Atid. -  Centre (Yair Lapid). Yesh Atid se concentre sur des rĂ©formes socio-Ă©conomiques, la lutte contre la corruption, et une politique de sĂ©curitĂ© Ă©quilibrĂ©e. Le parti est favorable Ă  une solution Ă  deux États pour le conflit israĂ©lo-palestinien.

• Bleu et Blanc (Kahol Lavan). - Centre à centre-droit (Benny Gantz). Ce parti prône une approche centriste. Il met l'accent sur la sécurité nationale et la nécessité de négociations pour résoudre le conflit israélo-palestinien.

• Shas. - Droite, religieux sépharade (Aryeh Deri). Parti ultra-orthodoxe représentant les Juifs sépharades. Le Shas se concentre sur les questions religieuses et sociales, et sur le soutien aux institutions religieuses.

• United Torah Judaism (UTJ). - Droite, religieux ashkénaze (Moshe Gafni). Coalition de partis ultra-orthodoxes ashkénazes, UTJ se concentre sur la protection des intérêts des communautés ultra-orthodoxes, notamment en matière d'éducation et d'exemptions militaires.

• Yamina. - Droite (Naftali Bennett, usqu'à sa dissolution en 2022). Le Yamina est un parti nationaliste religieux prônant l'annexion de parties de la Cisjordanie et soutenant une politique de sécurité dure.

• Meretz. - Gauche (Nitzan Horowitz , jusqu'en 2022). -  Parti social-dĂ©mocrate et pacifiste, Meretz soutient une solution Ă  deux États, les droits des minoritĂ©s, et une sociĂ©tĂ© plus laĂŻque.

• Parti travailliste (Avoda). - Centre-gauche (Merav Michaeli). Le Parti travailliste soutient des politiques sociales progressistes, la paix avec les Palestiniens basée sur une solution à deux États, et des réformes économiques.

• Nouvel espoir (Tikva Hadasha). - Centre-droit (Gideon Sa'ar). Formé par d'anciens membres du Likoud, le New Hope se concentre sur les réformes gouvernementales et la sécurité nationale tout en restant sceptique vis-à-vis de concessions territoriales majeures.

• Joint List. - Gauche, principalement arabe (Ayman Odeh). Coalition de partis arabes israéliens et de partis communistes. La Joint List plaide pour les droits des citoyens arabes d'Israël, la fin de l'occupation des territoires palestiniens et l'égalité des droits.

Les noms donnés entre paraenthèses sont les noms des leaders des partis au moment de la mise en ligne de cette page et n'ont pas été actualisés.

Au cours des dernières annĂ©es (et parfois de longue date)  les principales thĂ©matiques qui ont animĂ© le dĂ©bat politique en Israel sont les suivantes :

• La question de la sécurité et des relations avec les Palestiniens reste centrale. Les opinions varient de la promotion de la solution à deux États à l'annexion de la Cisjordanie.

• Le rôle de la religion dans la société et l'État est un sujet de débat, avec des tensions entre les partis laïcs et religieux.

•Les inégalités sociales, les réformes économiques et la gestion de la pandémie de covid-19 sont également des questions importantes.

• Les relations d'Israël avec les États-Unis, les pays arabes, et la communauté internationale, ainsi que la gestion des accords d'Abraham, sont également des sujets de préoccupation.

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothčque]
[Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2024. - Reproduction interdite.