.
-

Potsdam

Potsdam est une ville d'Allemagne, chef-lieu du land du Brandebourg, sur la rive droite de la Havel élargie en lac, à 34 m d'altitude, dans la grande banlieue de Berlin. Population : 145.300 habitants. Elle comprend cinq quartiers et cinq faubourgs : Vieille Ville, Ville Neuve, Kiez, Friedriehstadt, quartier hollandais; faubourgs de Berlin, de Nauen, de Brandebourg et, sur la rive gauche de la Havel, faubourgs de Teltow et Jaeger, reliés à la ville par un pont de 196 m, appuyé sur l'île de l'Amitié. 

Le "Versailles prussien" a longtemps été une ville essentiellement officielle et militaire. Les principaux monuments sont les églises de la Garnison (1730-36) avec tour de 88 m, Nicolas (1830-1837), du Saint-Esprit (1728) avec, tour de 90 m, des Réformés français, l'hôtel de ville (1753), copié de celui d'Amsterdam, l'Orphelinat militaire, immense bâtisse de 430 m de façade, le Château royal, édifie de 1667 à 1704, le parc ou jardin, décoré de statues, de bustes et de canons. Tout autour de la ville, dans les bois et sur les collines des bords de la Havel, sont des palais et châteaux historiques des Hohenzollern. Enfin, sur les lacs de la Havel au Nord-Est et en amont de Klein-Glienicke, nous devons signaler aussi le bourg de Sakrow et l'île des Paons (château et jardin royal).

Le Château royal de Potsdam.
Ce château, situé sur la rive droite de la Havel, fut commencé en 1660 par Philippe de Chiese, continué par Menhard et Nehring, et achevé en 1701 par De Bodt. Il a trois étages, et forme un carré long. On y montre les appartements du grand Frédéric, tels qu'ils étaient de son temps. En avant du château se trouve le Lustgarlen, composé de deux parties la place de la Parade, entourée de colonnades construites en 1745 par Boumann; et le jardin, où l'on remarque un bassin, long de 113 m, large de 47, au milieu duquel se dresse un groupe colossal de Vénus et de Neptune entourés de Tritons.

Le château de sans-Souci.
Ce château a été construit de 1745 à 1747, sur les plans que donna Frédéric II lui-même, avec le secours de l'architecte Knobelsdorf. C'est un bâtiment à un étage, long de 97 m, profond de 16,33 m, et haut de 9,33 m; ses deux ailes, à deux étages, ont été reconstruites par Persius en 1841-1842, et servaient, l'une aux cuisines, l'autre aux hôtes étrangers et aux dames de la cour. Dans les appartements royaux on visite la bibliothèque de Frédéric II, sa chambre à coucher, le fauteuil où il est mort, diverses pièces ornées de tableaux de prix, et une salle circulaire soutenue par 16 colonnes monolithiques de marbre blanc. Dans la terrasse qui est en avant de la façade du château, Frédéric II avait fait creuser un caveau, où il voulait être enseveli, et il disait, en le montrant au marquis d'Argens :

" Quand je serai là, je serai sans souci."
Telle serait l'origine du nom de cette résidence. Au bas de cette terrasse est un grand bassin de marbre, de 43 m de diamètre, entouré de statues et de groupes mythologiques en marbre, et du milieu duquel jaillit un jet d'eau à une hauteur de 39 m. A la droite du château se trouve un édifice qui contient une galerie de tableaux, et, plus loin, le moulin à vent qui est devenu historique; à gauche, le Cavalierhaus, qui a servi tour à tour de théâtre et d'orangerie. Une colonnade de 88 colonnes corinthiennes se développe un demi-cercle par derrière le château. 
-
Potsdam : le palais de  Sans-Souci.
Sans-Souci, la résidence d'été de Frédéric II.

Vers le Nord, s'élève le Pfingstberg (belvédère) et, près d'un étang, le palais de marbre à toit de cuivre. De l'autre côté de cet étang (Heilige-See), entre ses eaux et celles de la Havel, s'allonge le faubourg de Brandebourg qu'un beau pont relie à Klein-Glienicke (châteaux des princes Charles, Frédéric-Léopold, parc, forêt de Potsdam). Entre Klein-Glienicke et le faubourg de Teltow s'élève la colline du Babelsberg (78 m). Au sud de Sans-Souci qui le domine, se trouve un vaste parc.

Le parc de Sans-Souci contient un autre château, dit Nouveau Palais, bâti de 1763 à 1769 d'après les dessins de Brüning, et dont la façade, longue de 227 m et percée de 322 fenêtres, se compose d'un corps de bâtiment principal et de quatre ailes. Il  renferme 200 chambres, parmi lesquelles la salle de Marbre, longue de 33 m, large de 20 m, haute de 13 m , et dont le plafond a été peint par Vanloo; derrière s'étend le Wildpark (15 km de circonférence). 

Dans le parc, entre la ville et le Nouveau palais, se trouvent également : le Mausoleum ou Temple des antiques, pastiche de la Rotonde ou Panthéon de de Rome, et qui renferme une belle statue de la reine Louise, en marbre, par Rauch; le Temple de l'Amitié, bâti en marbre, et contenant la statue de la margrave de Bayreuth, soeur de Frédéric II; une Maison japonaise; un Bain romain; le petit château de Charlottenhof  avec villa pompéienne, bâti en 1826 sur le modèle d'une villa italienne, et environné d'un jardin de roses; une Faisanderie; une Tour chinoise; le Ruinenberg (montagne des ruines), hauteur au sommet de laquelle on a construit des ruines artificielles, pour cacher le réservoir de 50 m de diamètre et de 4 m de profondeur, dont les eaux alimentent tous les jets d'eau et les bassins.

Histoire de la ville.
Potsdam est la ville slave de Poztupimi (ou Podstupim) acquise en 993 par l'abbé de Quedlinburg. Les Ascaniens bâtirent un château dans une île de la Havel. Une ville se forma qui obtint une charte au XIVe siècle. Mais sa prospérité date du XVIIe, lorsque le grand électeur y vint loger. Le 8 novembre 1685, il y signa l'édit de Potsdam, appelant dans ses Etats les huguenots français expulsés par Louis XIV. Frédéric-Guillaume Ier et Frédéric II embellirent Potsdam qui fut leur résidence préférée. 

Le 3 novembre 1805, fut signé à Potsdam le traité secret d'alliance entre la Prusse et la Russie. Du 17 juillet au 2 août 1945, une conférence, dite Conférence des Trois (Etats-Unis, Royaume-Uni et URSS),  s'est tenue à Potsdam entre les principaux dirigeants alliés, qui s'y sont s'accordés sur les modalités de l'occupation de l'Allemagne après la fin de la Seconde Guerre mondiale.
-

Potsdam : Cecilienhof.
Une partie du château de Cecilienhof où s'est tenue la conférence de Potsdam en 1945.
Images : The World Factbook.

De la fin de la Guerre à la réunification de l'Allemagne, Potsdam faisait partie de la République démocratique d'Allemagne (RDA ou Allemagne de l'Est). (A.-M. B. / B.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.