.
-

La Messénie

Région de Grèce, au Sud-Ouest du Peloponnèse, comprenant la plus occidentale des trois presqu'îles, la Messénie s'étend à l'Est jusqu'au Taygète; dans l'Antiquité sa limite Nord était le val de la Neda (auj. Buzi), et la ligne de partage des eaux entre les bassins du Pamisus et de l'Alphée. Actuellement s'étend au Nord jusqu'au Rouphia (Alphée), tandis qu'au Sud le versant occidental du Taygète a été annexé à la Laconie. Son chef-lieu est Kalamata

La Messénie comprend trois parties : la plaine septentrionale ou de Stenyclaros, la plaine méridionale ou maritime appelée Macaria, la presqu'île à laquelle on peut rattacher la côte Occidentale. Les deux premières plaines dépendent du bassin du Pamisus, le fleuve messénien, et constituent une des régions les plus fertiles de la Grèce, surtout la zone maritime où abondent les oliviers, mûriers, figuiers, vignes, cotonniers, abeilles, etc. Les plaines de Macaria et de Stenyclaros sont séparées par un contrefort du Taygète qui arrive jusqu'au fleuve, et auquel fait vis-à-vis le mont lthome (Vurkano), massif central de la Messénie. Au Nord, la plaine de Stenyclaros est dominée par les âpres montagnes qui la séparent des gorges de la Nada et des sources de l'Alphée; à l'Est par le mur du Taygète. A l'Ouest du mont lthome s'étend le mont Aegaleon (1220 m) qui longe la côte occidentale et se prolonge dans la presqu'île par le Mathra (Lykodimo, 957 m) jusqu'au cap Acritas (Hagios Dimitri, 516 m). Cette région montueuse renferme de belles prairies; au pied, l'on trouve sur la côte occidentale la baie de Pylos (Navarin), fermée par l'îlot de Sphactérie, et le cap Karyphasium; un peu au Nord sont l'îlot de Proté, le cap et la ville antique de Kyparissia. Au large du cap Acritas est l'île de Theganussa (Venetiko); plus à l'Ouest le groupe des îles Oenuses avec un bon port et des pâturages.

Le principal affluent du Pamisus est, dans la plaine septentrionale, le Balyra qui en arrose l'Ouest, et est lui-même grossi de l'Amphitus; au confluent de ces deux rivières est le double pont de Mavrozumeno où concourent les trois grandes routes du pays suivant les bissectrices des trois angles d'un triangle. A l'Est, du Pamisus est le petit bassin du Nedon qui finit à Pheres (Kalamata).

Les principales villes de l'ancienne Messénie étaient : dans la plaine de Stenyclaros, Andania, la capitale avant l'invasion dorienne; Oechalia, à un quart d'heure de marche; Ampheia, à la limite de l'Arcadie; Stenyclaros, sur la même frontière, capitale des Doriens; Messène au Sud, adossée au mont lthome; à l'Ouest, entre Andania et Kyparissia, Polichné et Dorium; enfin, dans le val de la Meda, la forte place d'Ira. Dans la plaine de Macaria, la ville principale était Phères, aujourd'hui Kalamata, à l'Est du Nedon, au bord de la mer; le val supérieur du Nedon renfermait la ville de Limnae, près de laquelle s'élevait le temple d'Artémis Limnatis, frontière de la Laconie et de la Messénie; ce district, dénommé campagne Deuthéliate, fut constamment disputé entre les deux pays. Sur le golfe de Messénie, étaient les deux villes de Corone et Asine, à l'Ouest, de la péninsule celle de Methone; au Nord de celle-ci, Pylos, puis Eratia et Kyparissia.

Histoire.
Le premier peuple signalé en Messénie est celui des Lélèges; on contait que Polycaon, fils de Lélex, roi de Laconie, avait épousé l'argienne Messène et occupé le pays où il fixa sa capitale à Andania. Cinq générations après vinrent des Eoliens conduits par Périérès; le fils de celui-ci, Aphareus, fonde Aréné et accueille Nélée, de même origine, venu de Thessalie; celui-ci fonde Pylos, et ses descendants règnent sur la côte occidentale, tandis qu'à l'extinction de la famille d'Aphareus, le bassin du Pamisus est réuni à la Laconie et passe avec elle sous le gouvernement des Pélopides ou Atrides.

Lors de la conquête dorienne, dont le chef aurait été Cresphonte, celui-ci aurait pris non seulement la plaine orientale, mais aussi Pylos d'où furent chassés les Néléides. La capitale devint Stenyclaros, mais dans les chefs-lieux des quatre autres districts des droits égaux furent concédés aux anciens habitants et aux Doriens, lesquels mécontents se concentrèrent à Stenyclaros. Cresphonte fut tué avec ses fils, sauf le jeune Aepytus réfugié près de son grand-père Cypselus en Arcadie. Aepytus fut rétabli sur le trône et fonda une nouvelle dynastie. Ce récit légendaire paraît indiquer un retour offensif d'une dynastie locale artificiellement soudée à celle des Héraclides, chefs des Doriens. 

Après six générations marquées, par les règnes d'Aepytus, Glaucus, lsthmius, Dotadas, Sybotas et Phintas, éclata la première guerre de Messénie (743-724). Elle fut provoquée par une querelle de frontière au temple d'Artémis Limnatis où périt le roi de Sparte Téleclus. Les Doriens de Laconie, plus solidement organisés eurent l'avantage; abandonnant la plaine, les Messéniens se fortifièrent sur le mont lthome, sanctuaire du Zeus pélasgique et citadelle naturelle du pays. Malgré le courage de leur roi Aristodème, ils finirent par succomber. 

La lutte reprit de 685 à 668, ce fut la seconde guerre de Messénie, soutenue par les montagnards du Nord, retranchés à Ira; leurs hardies incursions poussées par Aristomène jusqu'à Sparte, ne purent que retarder la défaite, lorsqu'ils eurent été délaissés par leurs alliés arcadiens. Les plus énergiques émigrèrent en Arcadie, en Italie où ils fondèrent en face de Rhegium une nouvelle Messène (Messana, auj. Messine). Ceux qui restaient furent assimilés aux hilotes de Laconie, durent labourer les lots de terres attribués aux Spartiates. Les côtes furent laissées désertes, les pâturages s'étendirent aux dépens des champs. 

Une troisième guerre de Messénie éclata en 464 et se prolongea jusqu'en 455, après un tremblement de terre qui avait démoli Sparte; les hilotes de Laconie et de Messénie se soulevèrent; ceux-ci luttèrent dix ans retranchés sur le mont Ithome; à la fin, les Spartiates négocièrent leur retraite; les Athéniens établirent les exilés à Naupacte où ils furent d'actifs ennemis de Sparte durant la guerre du Péloponnèse. Quand elle prit fin, ils émigrèrent les uns à Messine ou Rhégium, les autres en Afrique. Mais, en 370, Epaminondas, vainqueur des Spartiates, reconstitua la nation messénienne autour de la cité de Messène; d'Italie, de Sicile, d'Afrique les exilés revinrent. 

Philippe de Macédoine rendit à la Messénie ses limites naturelles, obligeant Sparte à lui rétrocéder les districts de Limnae, Alagonie, Gerenia, Cardamyle, Leuctra. Ces territoires, compris entre le Pamisus inférieur et le Taygète, demeurèrent objet de contestations ultérieures à Antigone, puis Mummius, un jugement arbitral des Milésiens, le préteur Atidius Germinus les assignèrent aux Messéniens; Octave les leur ôta après Actium, mais libère les leur rendit. La Messénie suivit depuis lors les destinées du reste de la Grèce. (A.-M. Berthelot).

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.