.
-

Les cypéracées
Cypérales
Les cypéracées (ordre de cypérales) constituent une famille de plantes-
Monocotylédones, dont les représentants sont des herbes ordinairement vivaces, à souche souterraine constituée tantôt par des rhizomes rameux, rapprochés en une masse compacte plus ou moins considérable (souche fibreuse), tantôt par un ou plusieurs rhizomes obliques ou horizontaux, souvent longuement traçants. Les tiges aériennes ou chaumes, tantôt triangulaires, tantôt cylindriques, sont, le plus ordinairement, pleines et dépourvues de noeuds. Elles portent des feuilles tristiques, composées d'une gaine dont les bords sont presque toujours concrescents dans toute leur longueur en un tube fermé, et d'un limbe linéaire plus ou moins canaliculé, quelquefois nul, très rarement pourvus d'une ligule. 

Les fleurs, hermaphrodites ou unisexuées, et dans ce dernier cas monoïques, plus rarement dioïques, sont solitaires à l'aisselle de petites bractées écailleuses, distiques ou multifariées, réunies en petits groupes dont l'ensemble constitue un épillet. Les épillets, rarement solitaires et terminaux, sont, le plus souvent, groupés à l'extrémité des tiges en épis, en grappes simples ou composées, en ombelles, etc., quelquefois accompagnées à leur base de bractées plus ou moins développées formant une sorte d'involucre ou de spathe.

Le plus ordinairement, la fleur est dépourvue de toute trace de périanthe; mais, dans certains cas, elle est accompagnée à sa base d'un nombre variable d'écailles ou de soies que la plupart des auteurs considèrent comme un périanthe rudimentaire. L'androcée se compose de trois, plus rarement de deux étamines hypogynes, à filets filiformes, à anthères basifixes et introrses, déhiscentes par des fentes longitudinales. L'ovaire, uniloculaire et uniovulé, devient à la maturité un achaine à péricarpe membraneux ou crustacé, contenant une seule graine, dont l'embryon très petit, lenticulaire ou turbiné, est pourvu d'un albumen amylacé abondant.

Voisines des Graminale, les Cypérales s'en distinguent très nettement par leurs tiges aériennes dépourvues de noeuds, par la concrescence en tube des gaines foliacées, par les anthères basifixes et par la nature du fruit. Elles renferment un nombre considérable d'espèces (près de 2 500), qui sont répandues, dans toutes les régions du globe et qui croissent de préférence dans les lieux marécageux, sur le bord des eaux, sur les plages maritimes, dans les prairies humides, plus rarement dans les terrains sablonneux arides. 

On répertorie environ 5000 espèces de Cypérales. Ces espèces se répartissent dans soixante genres environ, dont les principaux sont : Cyperus L., Carex L., Cladium P. Br., Heleocharis R.. Br., Scirpus L., Schaenus L., Eriophorum L., Fimbristylis Vahl, Elyna Schrad., etc. 

Quelques grands Carex, des Scirpus, etc., ont pris une large part à la formation des tourbières. On en rencontre çà et là à l'état fossile dans les terrains tertiaires; Schimper désigne sous le nom de Cyperacites tous les restes, fragments de rhizomes, de chaumes et de feuilles de Cypéracées. Ce nom remplace avantageusement celui de Cyperites Lindl. et Hutt, qui se rapporte à des plantes. carbonifères qu'on considère comme voisines des Sigillariées. (Ed. Lef. / Dr L. Hn.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.