.
-

Angoulême

Angoulême (Ecolism , Inculisma, Engolisma)  est une ville de France, chef-lieu du département  de la Charente, sur, une colline au pied de laquelle coule la Charente, à 443 kilomètres au Sud-Ouest de Paris; 40 900 habitants. 

On y avait établi sous la Restauration une école royale de marine qui fut transportée depuis 1827 à Brest. Angoulême est encore en grande partie entourée de ses anciens remparts du haut desquels on découvre toute la contrée environnante. Elle possède plusieurs faubourgs : l'Houmeau, Saint-Cybard, la Bussate, Saint-Ausone, Saint-Martin et Saint-Roch. Fort sur la Charente (au faubourg de l'Houmeau). Ancien château des ducs; belle cathédrale

Ville très ancienne, célébrée par Ausone dès le IVe siècle; ruinée par les Vikings au IXe siècle. Calvin y porta la Réforme en 1527; par suite, la ville eut beaucoup à souffrir dans les Guerres de religion

Angoulême a vu naître Saint-Gelais, Guez de Balzac, Poltrot, Ravaillac, le physicien Coulomb, le général Montalembert, etc.

Histoire.
La ville d'Angoulême existait à l'époque gallo-romaine; elle était au milieu du IIIe siècle le siège d'un évêché suffragant de Bordeaux. Tombée en 419 au pouvoir des Wisigoths, elle resta en leur possession jusqu'en 507. Elle passa alors aux Francs et suivit depuis le sort de l'Angoumois. 

Détruite par les Vikings au IXe siècle, elle fut réédifiée en 868. C'est l'époque de l'établissement des comtes héréditaires; le chef de la dynastie, Guillaume Ier, fut, d'après la légende, surnommé Taillefer pour avoir pourfendu d'un coup d'épée un chef viking revêtu de son armure. Angoulême fut gouverné par les descendants de Guillaume Ier jusqu'en 1208. Mais à la fin du XIIe siècle elle fut à trois reprises différentes conquise par Richard Coeur-de-Lion. La ville reçut de Jean-Sans-Terre, en 1203, ses premiers privilèges et l'année suivante fut par le même roi organisée en commune sur le modèle de Rouen. 

Le comté d'Angoulême, qui constituait le douaire de la reine d'Angleterre Isabelle, fut apporté par elle dans la maison de Lusignan, lors de son mariage avec Hugues X. En 1302, la mort de Hugues XIII de Lusignan fournit à Philippe le Bel l'occasion de réunir Angoulême à la couronne. La ville n'avait été jusqu'alors qu'une résidence féodale. En 1280, Philippe le Hardi avait décide la création d'un port sur la Charente, mais il ne paraît pas avoir jamais été établi. 

Le traité de Brétigny (1360) céda Angoulême aux Anglais. En 1373, les habitants chassèrent eux-mêmes la garnison anglaise et rendirent leur ville au duc de Berry. 

L'ancienne constitution municipale était alors depuis long temps tombée en désuétude; Charles V confirma, en 4373, les anciens privilèges en octroyant à la ville une nouvelle charte de commune. Cette charte fut confirmée successivement par les rois et les seigneurs de la ville. Le comte d'Angoulême, devenu le roi François let, accorda de nombreuses faveurs à la capitale de son apanage érigé en duché. Sans parler des droits honorifiques accordés au corps de ville, il fonda l'université et attribua au port sur la Charente des privilèges de franchise qui y attirèrent les sels de Saintonge.

Calvin séjourna à Angoulême pendant trois années (1527-1530). Pendant les guerres de religion, les protestants s'emparèrent à diverses reprises de la ville; en 1568 notamment, Coligny s'y montra d'une extrême cruauté. Pendant les guerres de la Fronde, la ville témoigna au roi une fidélité qui lui valut le maintien de ses privilèges qu'elle conserva ainsi que son ancienne organisation municipale jusqu'en 1765. 

Angoulême suivit sous l'ancienne monarchie les vicissitudes du comté, puis duché, dont elle était la capitale. Au XVIIIe siècle, elle était la capitale de le province d'Angoumois. chef-lieu dune élection, comprise dans l'intendance de Limoges, siège d'une prévôté royale, d'une sénéchaussée et d'un présidial.

Les armes d'Angoulême sont semé de France, à la bande composée d'argent et de gueules. L'évéché d'Angoulême remonte à saint Ausone qui y prêcha le christianisme au IIIe siècle. Supprimé en 1793, il fut rétabli en 1802.

Monuments.

Hôtel de Ville.
L'Hôtel de Ville a été construit de 1858 à 1863, par Abadie, sur l'emplacement de l'ancien château des comtes dont on a conservé la tour polygonale, de la fin du XIIIe siècle, et la tour de Valois du XVe siècle. 

Cathédrale saint-Pierre.
La Cathédrale a été bâtie par l'évêque Gérard, mort en 1136, est un type remarquable d'église romane à coupoles ; elle a été l'objet d'une restauration complète de 1866 à 1875, sous la direction d'Abadie. 

Cette église est à une seule nef, surmontée de trois coupoles qui attestent l'influence byzantine. Les bas côtés du choeur et les fenêtres du côté méridional de la nef datent de la période ogivale. Le choeur est terminé par une abside semi-circulaire. L'espace compris entre le choeur et la nef est éclairé par une lanterne dominant sur le toit et percée de 12 fenêtres en plein cintre. Les deux bras de la croix étaient primitivement plus allongés qu'aujourd'hui, et à l'extrémité de chacun d'eux s'élevait une coupole: celle de gauche ou du nord est surmontée d'une tour à 7 étages superposés en retraite; la tour de droite fut renversée par les calvinistes en 1568.

La longueur de la cathédrale d'Angoulême est de 75 m à l'extérieur, et de 72 m dans oeuvre. La portion la plus intéressante de l'édifice est la façade, d'un développement de 20 m. Elle offre à sa partie inférieure 5 arcades séparées par des colonnes à chapiteaux ornés de feuillages, et dont l'une, celle du milieu, plus large et plus élevée que les autres, donne entrée dans l'église, les quatre autres sont aveugles. 
-

Angoulême : la cathédrale Saint-Pierre.
La cathédrale Saint-Pierre, d'Angoulême.

Au-dessus de la porte se trouve la seule, fenêtre de la façade, ayant de chaque côté, dans des arcades cintrées, 6 figures debout. Plus haut encore, dans une vaste arcade, il y a une statue de Jésus, avec les symboles des évangélistes; dans l'archivolte on voit 8 anges en adoration. A droite et à gauche sont encore 3 arcades cintrées, plus petites, et décorées de statues. Un entablement droit, à corniche saillante supportée par 4 consoles, couronne tout l'édifice; à ses extrémités s'élèvent deux campaniles de forme ronde.

Les autres églises.
Saint-Ausone, église romane de transition où se trouvent de remarquables sculptures. 

Saint-Martial, oeuvre de l'architecte Abadie, en style roman fleuri. 

Evêché.
L'Evêché, au Nord-Est de la cathédrale, a été également restauré par Abadie; il y reste quelques parties romanes. (GE / B.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2013. - Reproduction interdite.