.
-

Cameroun
République du Cameroun

6 00 N, 12 00 E
Le Cameroun est  un Etat de l'Afrique de l'Ouest, riverain de l'Atlantique (golfe de Guinée) et frontalier avec le Nigeria, le Tchad, la république Centrafricaine, le Congo-Brazzaville, le Gabon et la Guinée Equatoriale. D'une population de 20,13 millions d'habitants (2012), il a une superficie de 475.440 km². Capitale : Yaoundé (1,30 million d'habitants); autres villes importantes : Douala (11,34 million d'habitants), Garoua (434 000 hab.), Kousséri (435 000), Bamenda (394 000), Maroua (319 000), etc. D'un point de vue administratif, le Cameroun se divise en 10 régions :

Les régions du Cameroun

Adamaoua
Centre
Est
Extreme-Nord
Littoral
Nord
Nord-Ouest
Ouest
Sud
Sud-Ouest

Les régions du Cameroun

La zone côtière.
La zone côtière est basse et marécageuse, couverte végétation serrée de roseaux, de palétuviers, de raphias. Mais il est intéressant de signaler que la barre est moins redoutable sur la côte du Cameroun que dans le reste du golfe de Guinée; de plus, un estuaire large et profond permet aux bateaux de 6 mètres à 6,50 m de tirant d'accéder à Douala, d'où partent deux voies ferrées vers l'intérieur. 

La forêt dense.
A la zone côtière succèdent des terrains plissés, mais sans relief encore précis, occupés par la forêt dense. La forêt du Cameroun est particulièrement humide et la végétation y est d'une étonnante vigueur; de très nombreux cours d'eau la traversent, se dirigeant soit vers la côte, soit vers la Sangha, mais ils ne sont navigables que sur quelques kilomètres à partir de leur embouchure. Elle abonde en produits riches : le caoutchouc; le palmier à huile, qui non seulement occupe toute la région forestière mais la dépasse largement et représente un produit de haute valeur; les bois (ébène, acajou, okoumé, azobé, bang, etc.); dans les régions qu'on a éclaircies, le cacao, le tabac, le kolatier, le ricin, des textiles comme le fourcroya et le sisal, des fruits (bananes, ananas).
-

Carte du Cameroun.
Carte du Cameroun. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une grande carte).

Les hauts massifs.
A l'ouest et au sud-ouest, la grande forêt est flanquée d'une zone de hauts massifs, ligne de fracture des monts de Cristal, jalonnée de volcans. 

« Le moutonnement des montagnes herbeuses, quelquefois boisées, apparaît sur d'immenses horizons. Les ruisseaux torrentiels dévalent des cônes de déjection vers les cours d'eau qui se précipitent dans les vallées d'équilibre en bonds tumultueux et grandioses, à travers la sauvagerie des roches énormes amoncelées, chaotiques. Ici, un cratère avec son lac suspendu [...]; sur les flancs, les plantations dessinant des rectangles montent jusqu'à ses lèvres. Là, une gorge étroite, d'où la végétation touffue de fougères arborescentes, de parasoliers, d'arbres gigantesques, de dracaena à longues feuilles en bouquets s'élance, droite et raidie, vers la lumière à travers le brouillard des altitudes. Un climat doux et frais, un air légerr, un sol remarquablement fertile, cultivé avec soin [...]. Des huttes hautes, spacieuses, calfeutrées, couvertes d'un chaume épais, percées d'une porte minuscule, sont dispersées dans la campagne parmi les champs de taro,de maïs, de patates, de manioc, d'arachides, de pommes de terre, au milieu de touffes de bananiers. Plus loin, une jungle immense, habitat de troupeaux d'éléphants et de buffles, inondée une partie de l'année, infestée de mouches et de moustiques, couverte de hautes herbes andropogon, ou l'homme rarement s'aventure... En parcourant ce beau pays montagneux où les épanchements volcaniques et les cratères avec leurs orgues basaltiques voisinent les massifs de granite et de schiste cristallin, on ne peut s'empêcher de le comparer [au] Massif Central. " (Gaston-Joseph, début du XXe s.).
A 200 kilomètres environ de la côte, le sol de la forêt, qui n'était encore qu'à 200 mètres d'altitude, commence à s'élever par gradins : il atteint de 500 à 750 mètres dans les régions de la Kadei, du Njong et de la Sangha, de 750 à 900 mètres au cours supérieur de la Sanaga, de 800 à 1000 mètres dans la région de Banjo, Yoko, Tibati et Ngaoundéré. Par l'effet de ce changement d'altitude, la forêt fait place aux steppes plus ou moins boisés du plateau central de l'Adamaoua. Paysage monotone, à peine varié par des îlots montagneux qui n'ont pas perdu tout caractère volcanique. Puis viennent les plaines du Cameroun septentrional, au sol argileux et parfois sablonneux, couvert d'une petite brousse épineuse et troué de mares dont le fond à la saison sèche se fendille et se transforme en un lit de poussière noire.

Le plateau central.
Le plateau central de l'Adamaoua et la plaine du Cameroun septentrional se prêtent à la culture du mil, de l'arachide, de textiles comme le fourcroya et le sisal, à l'exploitation des nombreux peuplements de karité, à l'apiculture et  même à la sériciculture.

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.