.
-

L'Ain (rivière)
L'Ain (Igneous au VIe siècle, Equis au XIIe, Hinnis, Hent, Himnis, Enz, Ynnis, rivière Doyns, Ains) est une rivière de France. C'est un affluent du Rhône

L'Ain prend sa source dans le Jura, près de Conte, canton de Nozeroy, où il forme deux réservoirs très profonds creusés dans le roc, coule d'abord au Nord-Ouest puis au Sud-Ouest, passe au bourg de Sirod, où il forme, au sortir de la Porte de l'Ain, une chute de 17 m. A partir de Champagnole, l'Ain prend la direction de l'Ouest pour revenir au Sud-Ouest; passe à Pont-du-Navoy, forme au-dessus de Patornay la cascade du Port-de-la-Saisse, traverse les gorges de la Chartreuse de Vaucluse, le Saut-duMortier et entre non loin de Thoirette dans le département auquel il a donné son nom. 

Dans le département de l'Ain, la rivière coule d'abord entre le Revermont et les pentes du Bugey, fait un vaste contour au-dessous de Bolozon à la rencontre de la roche de Balvay, non loin de laquelle est le beau viaduc de Cize-Bolozon; passe à Serrères, au pied de Poncin à Neuville. Après la hauteur de Chenavel, l'Ain cesse de suivre les monts du Bugey, passe à Pont-d'Ain, longe le plateau des Dombes, formant de grandes îles jusqu'à Loyes; à partir de là, il coule tout à fait en plaine, entre la plaine du Bugey et celle de la Valbonne, et se jette dans le Rhône près de Loyettes, en face d'Anthon, 35 km au-dessus de Lyon.

Son cours total est de 190 km dont 90 dans le département de l'Ain. La rivière l'Ain a les eaux bleues et limpides; on y pèche la truite et l'ombre-chevalier. 

Ses principaux affluents sont sur la rive droite : 

• La Serpentine, qui sous le nom de Bief des Combes, sort du lac du Bief du Four et est grossie du ruisseau du Gouffre de l'Houle, et du Trébief; l'Angillon, grossi de la Doye et du Riclet;

• La Valouse, qui, grossie du ruisseau de l'Evêque, du Valouson et du Sanson, se jette dans l'Ain un peu au-dessous de la limite des départements de l'Ain et du Jura; 

• Le ruisseau de Corveyssiat; 

•  Le Surant, qui prend sa source près de Loisia, passe à Saint-Julien, Chavannes, Simandre, Bohas; à Rochefort, un tunnel lui amène les eaux de la Combe de Drom et il se jette dans l'Ain entre Pont-d'Ain et Druilliat, non loin de Varambon, après avoir reçu les eaux du Noëllan, du Ponson, du torrent de la Balme-d'Epy, les deux fontaines de la Doye et le ruisseau de Druilliat; 

• La Toison, enfin, qui tombe dans l'Ain en face du pont de Chasey. 


Sur la rive gauche : 
• La Lemme, grossie du Dombief et de la Saine; cette dernière reçoit les torrents du lac des Rouges-Truites, du bief du Bouchon et de la cascade du Saut-de-la-Pisse; 

• Le bief d'Oeuf, sorti du lac de Chalin;

• Le Hérisson, sorti du lac de Bonlieu, forme ceux de Chambly et se jette dans l'Ain à Châtillon après avoir reçu le lac de la Motte ou d'Hay; 

• La Syrène, grossie du Ronay et du Drouvenant; 

• La Frête;

• La Bienne, qui prend sa source en Suisse, sous le nom de bief de Chaille, passe à Morez, Saint-Claude, se jette dans l'Ain au-dessous de Chancia, après avoir reçu la Doye-Magnin, l'Evalude, la Doye-Gabet, le Trou de l'abîme ou Vaucluse, le Tacon, la Gire, le Fresnois, le Flumen, le Lison, le Longviry, l'Enragé, l'Héria; 

• L'Oignon, formé à Maillat du Bourrey et du Valey, reçoit à Brion, par. le bras du lac, les eaux du lac de Nantua; 

• LAnge, grossi de la Sarsonille, et se jette dans l'Ain à Coiselet; 

• Le Veyron, grossi du ruisseau de la Fouge;

• Le Riez, qui passe au pied de Jujurieux; l'Oiselon, sorti de la montagne de Luisandre, a son embouchure en face de Pont-d'Ain; 

• L'Albarine passe à Champdor, à Entrepont, forme la cascade de Charabotte, descend à Tenay, passe à Saint-Rambert, Saint-Denis-le-Chosson et se jette dans l'Ain en amont du pont de Gévrieu ; elle est grossie de la Caline, du Buizin et du Brevon. (G. G.)



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2017. - Reproduction interdite.