.
-

Hastings

Hastings. - Ville  d'Angleterre, située sur le Pas de Calais, à 86 kilomètres au Sud-Sud-Est de Londres, dans une vallée qui s'ouvre par le Sud vers la mer. La douceur du climat, le caractère romantique et pittoresque du site, sa belle plage en ont fait une ville balnéaire très fréquentée. Elle est située dans un creux entre deux ravins, dans un amphithéâtre de rochers, et, très abritée des vents du Nord. Par sa situation sur la côte; elle a de grands hôtels, des théâtres, etc. Hastings comprend la petite ville de Saint-Léonard, fondée en 1828 et qui est maintenant un des faubourgs; on y entre par une porte en forme d'arc de triomphe; on trouve à Saint-Léonard la marina, rangée de beaux édifices, avec une colonnade couverte qui s'étend sur le bord de la mer. Sur la falaise occidentale s'élèvent les ruines pittoresques du château; deux tours, l'une ronde, l'autre carrée, et les ruines d'une chapelle du style normand.
-
Hastings : les ruine du château.
Les ruines du château d'Hastings.

La ville d'Hastings était, dès l'époque anglo-saxonne, une des plus importantes de la côte méridionale de l'Angleterre. Lors du débarquement de Guillaume le Conquérant, elle se rendit sans coup férir. L'envahisseur bâtit sur les rochers un fort de bois, plus tard reconstruit en pierre. C'est de là qu'il partit, le 14 octobre 1066, pour aller attaquer le roi anglo-saxon Harold, retranché sur la colline de Senlac, à 9 kilomètres au Nord-Ouest de la ville (en un lieu qui a conservé le nom de Battle et où on peut encore voir les ruines de l'abbaye de Saint-Martin, bâtie par Guillaume en mémoire de sa victoire). La grande bataille qui livra l'Angleterre aux Normands de France a conservé le nom d'Hastings. 
-

La bataille d'Hastings

« Dès que les dous oz s'entrevirent,
Grant noise e grant temolte firent.
Mult oïssiez graisles suner,
E buisines e cors corner;
Mult veïssiez genz purfichier,
Escuz lever, lances drecier,
Tendre lur ars, saètes prendre,
Prez d'assaillir e de deffendre.
Engleis a estal se teneient,
E li Normant tuz tens veneient.
Quant il virent Normanz venir,
Mult veïssiez Engleis fremir.
Genz esmuveir, ost esturmir,
Les uns ruvir, les uns palir,
Armes saisir, escuz lever,
Hardiz saillir, cuarz trembler.

Taillefer, qui mult bien cantout,
Sur un cheval qui tost alout,
Devant le duc alout cantant
De Karlemaigne e de Rollant,
E d'Olivier e des vassals
Qui munirent en Rencevals.
Quant il orent chevalchié tant
Qu'as Engleis vindrent apruismant,
« Sires, dist Taillefer, merci,
Jo vus ai lungement servi,
Tut mun servise me devez;
Hui, se vus plaist, le me rendez.
Pur tut guerredun vus requier
E si vus voil forment preier :
Otreiez mei, que jo n'i faille,
Le premier colp de la bataille. »
Li dus respundi : « Jo l'otrei. »
E Taillefer puinst a desrei,
Devant tuz les altres se mist,
Un Engleis feri, si l'ocist;
Desuz le piz parmi la pance
Li fist passer ultre la lance :
A terre estendu l'abati.
Puis traist l'espée, altre en feri.
Puis a crie: « Venez, venez!
Que faites vus? ferez, ferez! »
Dunc l'unt Engleis aviruné.
Al secunt colp qu'il out duné,
Ez vus noise levée e cri,
E d'ambes parz pueple esturmi.
Normant a assaillir entendent,
E li Engleis bien se deffendent;
Li un fiérent, li altre butent,
Tant sunt hardi, ne s'entredutent.
Ez vus la bataille assemblée,
Dunt encor est grant renumée.
Mult oïssiez grant corneïz,
E de lances grant cruisseïz,
De maçuës grant fereïz,
E d'espées grant capleïz.
A la feiée Engleis rusoënt,
A la feiée recuvroënt;
E cil d'ultre mer assailleient
E bien suvent se retraieient.
Normant escrient : « Deus aïe! »
La gent engleise « out, out » escrie.
Ço est l'enseigne que jo di,
Quant Engleis saillent hors a cri.
Lors veïssiez entreservanz
Geldes d'Engleis e de Normanz,
Granz barates e granz meslées,
Buz de lances e cols d'espées.
Quant Normant chiéent, Engleis crient,
De paroles se cuntralient,
E mult suvent s'entredefient,
Mais ne sévent que s'entredient.
Cist vunt avant, cil se retraient,
De mainte guise s'entrassaient;
Hardi fiérent, cuart s'esmaient;
Normant dient qu'Enngleis abaient,
Pur la parole qu'il n'entendent.
Cist empirent e cil amendent;
Hardi fiérent, cuart gandissent,
Cum hume funt qui escremissent;
A l'assaillir Normant ententendent,
E Ii Engleis bien se deffendent.
Halbers percent et escuz fendent,
Granz cols receivent, granz cols rendent... 

Engleis qui del camp escapérent,
De ci a Londres ne finérent;
Ço diseient e ço cremeient,
Que li Normant près les siveient.
Grant presse out a passer le punt,
E l'ève fu desuz parfunt;
Pur la presse li punz fruissa,
E maint en l'ève trebucha.

Guillelmes bien se cumbati,
En mainte presse s'embati,
Maint colp duna, maint colp reçut,
E par sa main maint en murut.
Dous chevals out suz lui ocis,
E le tierz a par besuing pris,
Si que a terre ne caï,
Ne de sanc gute ne perdi.
Cument que chascuns le feïst,
Qui que murust, qui que vesquist, 
Veir est que Guillelmes venqui. » 

(Wace, Roman de Rou).

Le nouveau roi réunit Hastings et Hythe aux ports de Sandwich, Douvres et Romney, pour former le groupe des Cinque-Ports. Hastings fut le plus considérable et fournit, au XIIIe siècle, 21 des 57 vaisseaux de la flotte de guerre. Brûlée en 1377 par les Français, la ville déclina. Son ancien emplacement a été envahi par la mer; elle a été reconstruite plus loin. La ruine de sa jetée, emportée par une tempête à la fin du XVIe siècle, acheva sa décadence. Au début du XIXe siècle, elle se composait de deux rues. La vogue grandissante de ses bains de mer lui rouvrit une nouvelle ère de prospérité.
-

Hastings vers 1900.
Hastings vers 1900 : Le front de mer avec ses cabines de plage sur roues...
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.