.
-

Yémen
Al Jumhuriyah al Yamaniyah

15 00 N, 48 00 E
Le Yémen est un Etat du Sud-Ouest de l'Asie (péninsule Arabique). D'une superficie de 527,968 km², le pays est riverain de l'Océan Indien (golfe d'Aden) et de la Mer Rouge, et il a des frontières avec Oman et l'Arabie Saoudite.
Littéralement le mot Yémen en arabe veut dire la terre située « à main droite » de celui qui regarde à l'Est. L'appellation d'Arabie heureuse est une mauvaise traduction de l'arabe; elle nous vient du grec eudaimôn  de Ptolémée et des autres géographes de l'Antiquité. L'Arabie se divisait alors en trois parties : Arabie déserte, aujourd'hui désert syrien, Arabie Pétrée, péninsule du Sinaï, et Arabie heureuse comprenant tout le reste de l'Arabie, c.-à-d. que le Nedjd, l'Oman et le Hidjâz y étaient également compris, comme d'ailleurs dans le terme Yémen à l'époque de Mohammed. Les géographes musulmans, prenant La Mecque comme point central, commencèrent à établir des divisions en Arabie et à restreindre le Yémen dans le Sud. La démarcation de la frontière yéménite fut d'ailleurs très changeante : Al-Asmat la fait courir de l'Oman à Nedjrân, tandis que Hamdàni la fait partir plus au Nord de l'Oman et passer par Al-Houdjaira, Tathlith, Djourach et Koudoummoul à 17° 52' de latitude nord. Le Hadramaut était d'ailleurs une dépendance du Yémen.
Pour son administration, le Yémen est divisé en 21 gouvernorats (muhafazat) :

Les gouvernorats du Yemen

Abyan
'Adan (Aden)
Ad Dali'
Al Bayda'
Al Hudaydah (Hodeida)
Al Jawf
Al Mahrah
Al Mahwit
Amanat al 'Asimah (Sanaa-Ville)
'Amran
Dhamar
Hadramaut
Hajjah
Ibb
Lahij
Ma'rib (Marib)
Raymah
Sa'dah
San'a' (Sanaa)
Shabwah
Ta'izz (Taïs)

Sanaa (San`a', 1,94 million d'habitants) est la capitale du Yemen. Les autres villes importantes sont : Al Hudayday (Hodeida, 618.000 hab.), Ta`izz ( Taïs, 615.000), Aden (551.000), Al Mukalla (Moukalla, 258.000), Ibb (235.000). Population totale : 24,77 millions d'habitants (2012).

-
Carte du Yemen.
Carte du Yemen. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Géographie physique.
La conformation physique du Yémen ressemble plus à celle de l'Ethiopie qu'à celle de l'Arabie septentrionale. La côte de la mer Rouge est d'abord basse et sablonneuse et s'élève peu à peu en avançant vers le détroit, tandis que les montagnes se rapprochent de la côte. Sur cette côte on trouve les ports de Hodeïdah et de Moka. Les îles présentent des mouillages avantageux; ce sont Kamaran, Zougour, et Périm qui commande le détroit de Bâb-el-Mandeb (la porte de l'affliction) et qui est séparée de la côte d'Arabie par la passe de Menheli, large de 3200 m. 

Le littoral de la mer d'Oman est bordé de falaises et de récifs. Le seul bon port est Aden, au fond du golfe du même nom. On y rencontre aussi quelques mouillages abrités par les montagnes, Haoura, Makalla, Kéchin et Dafar.

L'aspect orographique du Yémen est assez semblable à celui du Hidjâz. Un plateau montueux en occupe la plus grande partie, limité au Nord-Est par le Dahna, désert de feu; il est surmonté de chaînes distinctes s'alignant parallèlement au golfe arabique et continuant ainsi les montagnes du Hidjâz. Elles élèvent leurs cimes, formées de granit, de trachyte et d'autres roches, à des hauteurs considérables. Le Nakil el-Hadda, entre Kattaba et Sidda, est à 2225 m, le Nakil-Lessel, au Sud de Sanaa, est à 2260 m. D'Aden à Sanaa, il y a des cols à plus de 2000 m d'altitude. 

Le mont Kaoukeban, au Nord de Sanaa, s'élève à 3050 m Au Sud se dressent des foyers volcaniques de peu d'altitude : le djebel Chamchan, à 351 m seulement, abrite la ville d'Aden, c'est un volcan dans une presqu'île; le djebel Hasan avec deux aiguilles que les marins ont surnommées les Oreilles d'âne, le djebel Khaou et le djebel Kharaz (845 m), tous au bord de la mer. Enfin les montagnes de Yafia, se prolongeant jusqu'au Ras Fartak, terminent au Sud le système orographique du Yémen.

Climat.
Le plateau du Yémen, comme celui de l'Assir, qui le sépare du Hidjâz, jouit d'un climat tempéré tout différent de celui des plaines environnantes. Alors que le désert de Dahna, exposé au souffle du simoûn, est réputé comme une fournaise inaccessible, c'est tout au plus si les plateaux atteignent la température maxima de la zone tempérée. A Sanaa, cette température est de 29 à 30°C en juillet à l'ombre; en hiver il gèle souvent, tandis qu'à Loheiyah, sur le littoral, le thermomètre monte jusqu'à 30°C en hiver. Aussi les habitants du Yémen ont-ils été de longue date sédentaires et on y trouve beaucoup de villes à une altitude considérable : Sanaa est à 2.130 m.

Flore et faune.
La végétation rappelle celle d'Europe du Sud; les plateaux sont recouverts de gazon et ombragés d'arbres, et les pentes sont cultivées en terrasses. Le Yémen n'est pas en proie à la sécheresse comme la plus grande partie de l'Arabie ; la mousson du Sud-Ouest y apporte des pluies. Les pluies périodiques de l'été tombent de la mi-juin à la fin de septembre; les habitants les reçoivent dans des réservoirs, car elles ne suffisent pas à, alimenter le cours des wâdis. Le littoral n'est pas favorisé par les pluies d'été, mais les hivers y sont très pluvieux.

La flore offre de grandes similitudes avec celle du midi de l'Europe. Le plus précieux des végétaux est le caféier, cultivé sur les pentes tournées vers le Sud.

La faune n'est pas moins variée que la flore : on y trouve des chevaux, des chameaux, des moutons, des boeufs, des chèvres, des mulets et, parmi les animaux sauvages, des loups, chacals, sangliers, gazelles, renards, hyènes, etc. 

Le sol offre peu de ressources au point de vue minéral; on exploite du fer dans le Nord, mais on n'y trouve pas de métaux précieux. (GE).

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.