.
-

Ménage

Ménage (Gilles). - Fils d'un avocat du roi, né Angers en 1613, mort en 1602, refusa de suivre la profession de son père pour se livrer entièrement aux lettres. II prit alors la tonsure, et fut pourvu de bénéfices avantageux. Il fut successivement le favori du cardinal de Retz et du cardinal Mazarin
-
Ménage.
Gilles Ménage.

Savant, bel esprit, mais mauvais poète, il figura à l'hôtel de Rambouillet, où on lui fit honte quelquefois de briller surtout par sa mémoire. Molière l'a ridiculisé dans le rôle de Vadius des Femmes savantes. Il eut des querelles littéraires avec plusieurs écrivains de son temps, notamment avec l'abbé d'Aubignac et avec Baillet, et son humeur satirique l'empêcha d'être admis à l'Académie française

Il fut le maître de latin, d'italien et de littérature de madame de Sévigné et de madame de Lla Fayette, Il aimait, disait-il, la première en prose et la seconde en vers. Il fut aussi en relation avec Guez de Balzac, Benserade, Chapelain et mademoiselle de Scudéry

Ses principaux ouvrages sont : les Origines de la langue française, que déparent un grand nombre d'étymologies fausses; et dont on a une bonne édition, Paris, 1750, 2 vol. in-fol:, et les Origines de la langue italienne, qui prouvent une grande connaissance de cette langue. Un Menagiana, qui parut après sa mort en 1 vol. in-12, fut porté ensuite à 2, et enfin à 4 vol., en 1715, par la Monnoye.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.