.
-

Sabbat

Sabbat, mot biblique; de l'hébreu schabbat = repos. - La prescription du repos sabbatique fait l'objet du deuxième commandement du Décalogue :
Tu travailleras durant six jours et tu y feras toutes tes oeuvres, mais le septième jour est le repos du Seigneur ton Dieu. Tu ne feras en ce jour aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans l'intérieur de tes portes. (Exode, XX, 9, 10).
Le texte biblique donne pour raison de cette défense le souvenir du repos de Dieu après la création, et la nécessité pour l'humain de reprendre des forces après six jours de travail. La défense visait toute oeuvre servile, c'est-à-dire tout travail où le corps a plus de part que l'esprit. La violation du sabbat était punie de mort (Samedi).

Après le retour de la captivité, les Juifs s'appliquèrent à l'observation de ce précepte avec une fidélité parfois excessive. Ainsi, deux mille d'entre eux, au temps de Matathias, ayant été attaqués un jour de sabbat par les soldats du roi Antiochus, aimèrent mieux se laisser égorger que de violer le repos sacré en se défendant. Les pharisiens imaginèrent de dresser une liste de prohibitions, dites des Pères; celles-ci enfantèrent un nombre infini d'autres défenses, dites des Descendants

Dans de nombreux passages des Evangiles, on voit Jésus s'élever contre ce formalisme. Après la résurrection de leur maître, les apôtres firent du dimanche, jour de cette résurrection, le jour du Seigneur et y transférèrent les obligations propres au sabbat mosaïque. L'Eglise a conservé l'institution apostolique et mis le repos dominical au nombre des principaux devoirs du chrétien.

Sabbat. - On appelait sabbat, au Moyen âge, une assemblée nocturne que les sorciers étaient accusés de tenir sous la présidence de Satan, et dans laquelle ils accomplissaient, en même temps que des conjurations criminelles, les actes les plus immondes. La croyance populaire ajoutait que les réprouvés sortaient de leur tombeau pour se mêler à l'orgie qui se prolongeait jusqu'au chant du coq. On se rendait à cette réunion en chevauchant sur un bouc, un âne ou un manche à balai. La nuit de Walpurgis (1er mai) est l'assemblée sabbatique que le Diable, d'après les légendes allemandes, tenait sur une haute montagne pour célébrer le retour du printemps.

Le sabbat était bien, en effet, un prétexte d'orgies et de débauches; mais c'était aussi une coalition de conjurations et de maléfices. C'est dans ces réunions que sorciers et sorcières pratiquaient leurs envoûtements, jetaient des sorts, etc. La peine de mort, précédée des plus horribles tortures, fut décrétée contre ceux qui étaient soupçonnés ou qui s'accusaient eux-mêmes de se rendre au sabbat, car des fanatiques, des femmes surtout, s'en glorifiaient et bravaient les supplices. Les sorcières prétendaient que, dans la nuit du vendredi au samedi, après s'être oint le corps d'une huile magique, laissant leur fenêtre ouverte, elles étaient enlevées par le Diable, qui les transportait au sabbat, et elles racontaient tout ce qu'elles avaient vu dans le cauchemar de leur imagination en délire.
-

Sabbat.
Départ pour le Sabbat, par Albrecht Altdorfer (1506).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.