.
-

Hector

Hector (personnage de l’Iliade). - Célèbre défenseur de Troie; était fils de Priam et d'Hécube, d'autres disent d'Apollon, qui n'apparaît dans Homère que comme son protecteur. Il épousa Andromaque, et en eut Scamandrius Les traditions posthomériques lui donnent encore pour fils Laodamas on Amphineus. 

L'oracle ayant prédit que tant qu'Hector vivrait, l'empire de Priam résisterait aux attaques des Grecs, ceux-ci firent de ce terrible adversaire le but de tous leurs assauts; mais leur valeur fut infructueuse pendant neuf années, et trente-un des plus distingués d'entre eux (Ajax, Diomède, etc) périrent en voulant faire mordre la poussière au protecteur de Troie. La dixième année du siège, Hector, profitant de l'inaction d'Achille, commença à mettre le feu aux vaisseaux ennemis, et tua Patrocle qui était venu lui présenter le combat. Achille, au désespoir d'avoir perdu son ami, jura la perte du vaillant chef troyen, qui se refusa aux larmes d'Hécube et aux sollicitations de Priam, lorsque ces amis dévoués voulurent l'empêcher de courir à la mort. 

Abandonné par les dieux, pour avoir désobéi à Apollon, Hector, arrivé en face de son ennemi, ne se sentit plus cette énergie qui l'avait soutenu pendant dix années de périls. Sachant d'avance que l'heure de sa mort est venue, il faiblit devant Achille, qui le poursuit. Trois fois il font le tour de la ville. Zeus et Athéna décident que le moment de la mort est venu pour le héros troyen, auquel Athéna, sous la forme de Déiphobe, s'efforce en vain de rendre quelque force, mais pour mieux le perdre. Enfin Hector tombe atteint à la gorge d'un coup mortel, et Achille lui perçant les talons, l'attache à son char et le traîne dans son camp. Là, il jette le cadavre dans la poussière, et le destine à être la proie des chiens dévorants. Puis, chaque matin,  aux premiers rayons de l'Aurore, il attelle de nouveau à son char le corps de son malheureux rival, et le traîne par trois fois autour du tombeau de Patrocle. 

Mais Apollon, dit Homère, touché de compassion pour Hector, quoiqu'il ne fût plus, éloignait de son cadavre tout ce qui pouvait le corrompre, et il le couvrait tout enter de son égide d'or, pour empê. cher qu'Achille, en le traînant tant de fois autour du tombeau, ne le mit en pièces. A la fin, les dieux, touchés de compassion pour un héros qui les avait toujours honorés, inspirèrent à Priam d'aller redemander le corps de son fils; Achille se laissa fléchir, et le cadavre d'Hector, transporté solennellement dans Troie, y fut réduit en cendre, pendant qu'Andromaque, Hécube, Hélène, et tous les habitants de la ville faisaient entendre des chants de deuil. 

Homère dépeint Hector comme le plus brave des Troyens, dont il est le principal appui, Quoique sensible aux émotions douces, son coeur est ferme et intrépide dans le combat; il est fils obéissant, tendre époux, père affectueux, ami fidèle, et redoute plus la honte que la mort. 

Son casque était un don d'Apollon. Désigné le plus fréquemment par l'épithète de corythaiolos, au casque riche, il possédait un attelage composé des magnifiques coursiers Xanthus. Podargus, Lampus et Aéthon.

Les auteurs postérieurs ont apporté quelques changements à la fable homérique que nous venons de rapporter succinctement. Ainsi Dictys de Crète prétend que le héros troyen fut tué par Achille, en se portant à la rencontre de l'amazone Penthésilée. Quelques-uns veu lent que le cadavre d'Hector ait été traîné, non autour du tombeau de Patrocle, mais autour de Troie, et cette dernière version a occasionné dans le temps une discussion assez vive sur le sens du mot peri, que Le Chevalier assurait devoir être traduit par devant et non par autour. Eustathe dit que Priam racheta le cadavre au poids de l'or, tandis qu'Homère ne parle que de magnifiques pré sents. 

Selon Philostrate, les Troyens, après avoir rebâti leur ville, rendirent à leur ancien protecteur les honneurs divins, Les Thébains se vantaient, de leur côté, de posséder les cendres d'Hector, à la conservation desquelles était attaché, suivant un oracle, le salut de leur république.

 Ce célèbre guerrier, auquel Homère a assuré une gloire immortelle, a été réduit à des proportions humaines par Dion Chrysostome, qui s'accorde à peu près avec Homère jusqu'à la proposition de la paix, également désirée par les Grecs et les Troyens. Ici le rhéteur s'écarte de la donnée épique primitive; il prétend qu'Hector s'efforça d'empêcher la conclusion d'une trêve; que la paix n'en fut pas moins conclue entre les deux peuples rivaux, nous le serment de ne jamais por ter la guerre, les uns en Grèce, les autres en Asie. Après le départ de l'armée grecque, continue Dion, Hector fit épouser la veuve de Pâris, Hélène, à son frère Dèlphobe. Le vieux Priam mourut bientôt. Hector lui succéda, et, après avoir soumis à sa domination une grande partie de l'Asie, laissa le trône à son fils Astyanax ou Scamandrius.

Hector était représenté sur le coffre de Cypsélus et dans la Lesché de Delphes. Sur les vases, les médaillons et les pierres gravées, il est remarquable par sa haute stature. Luce de Lancival a fait une tragédie d'Hector.


.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.