.
-

Aucassin et Nicolette

Aucassin et Nicolette est une chante-fable,  l'unique type d'un genre de nouvelle romanesque, en partie récitée, en partie chantée, que l'on fait remonter au XIIe siècle, et qui est une des plus charmantes productions du Moyen âge (Littérature courtoise).

Aucassin, fils de Garin, comte de Beaucaire, aime Nicolette, jeune fille achetée aux Sarrasins. Son père ne veut pas la lui donner pour femme. Bientôt, le comte de Valence étant venu assiéger Beaucaire, il ne consent à combattre qu'à la condition qu'il pourra voir Nicolette et lui parler au moins une fois. Mais quand les ennemis ont été repoussés, il est jeté dans un cachot. Garin a fait enfermer aussi Nicolette; elle s'échappe, entend la voix plaintive d'Aucassin, et, après lui avoir jeté, par une crevasse du mur, une mèche de ses cheveux en signe de souvenir et d'adieu, va se cacher dans la forêt voisine. 

Aucassin, rendu à la liberté, retrouve son amie, et s'enfuit avec elle. Ils sont jetés par une tempête sur la côte de Torelore, et pris par les Sarrasins, ennemis du roi de ce pays : Aucassin, jeté pieds et poings liés dans une barque, est poussé par les flots jusqu'à Beaucaire, et, comme son père et sa mère sont morts, il en est reconnu seigneur. Quant à Nicolette, transportée à Carthage, elle découvre qu'elle est la fille du roi de cette ville; plutôt que de se marier avec un roi païen, elle s'enfuit sous un déguisement, revient à Beaucaire, et épouse Aucassin.

Ce roman d'amour, d'un auteur inconnu, est plein de naïveté, de pureté et de grâce. Il est écrit alternativement en prose et en vers de 7 ou 8 syllabes. Les couplets sont monorimes; ils étaient chantés, comme l'indiquent, sur le manuscrit, des notes de musique sur des portées de quatre lignes; chaque portée est précédée d'un signe qui ressemble à la clé d'ut. Les retours du chant et du récit en prose sont d'ailleurs indiqués respectivement par ces mots : or se cante = «- Maintenant se chante », et or, dient, content et fabloient = «-Maintenant disent et content et fabloient » (fabloir, fabulare ,= raconter une fable). (H. D.).
-

[Nous citons ici l'épisode célèbre de la rencontre du jeune homme et d'un vilain qui a perdu son boeuf; et le passage où Aucassin arrive à la logette construite par Nicolette. On remarquera le réalisme saisissant de la première partie, et la poésie délicate de la seconde.]

X. - Or dient et content et fabloient

« Aucassins ala par la forest de voie en voie, et li destriers l'en porta grant aleüre. Ne cuidiez mie que les ronces et les espines l'espargnassent : nenil noient, ainz li desrompent ses dras, qu'a peines peüst on noer dessus et plus entier, et que li sans li oissi des braz et des costez et des jambes en cinquante lieus o en trente, qu'après le vaslet peüst on sevir la trace del sanc qui cheoit sour l'erbe. Mais il pensa tant a Nicolete sa douce amie qu'il ne sentoit ne mal ne dolor, et ala tote jor par mi la forest si faitement que onques n'oï noveles de li. Et quant il vit que li vespres aprochoit, si comença a plorer, por ce qu'il ne la trovoit.

Tote une viez voie erbose chevauchoit. Il esgarda devant lui en mi la voie, si vit un vaslet tel con je vos dirai. Granz estoit et merveillos et laiz et hisdos. Il avoit une grant hure plus noire d'une charbonee, et avoit plus de pleine paume entre dous ieuz, et avoit unes granz joes, et un grandisme nés plat, et unes granz narines lees, et unes grosses levres plus roges d'une escharbocle, et uns granz denz jaunes et laiz, et estoit hauciez d'uns hoseaus et d'uns solers de buef fretez de tille dusque dessoure le genoil, et estoit afublez d'une chape a dous envers, si estoit apoiez sour une grant maçue. Aucassins s'embati saur lui, s'ot grant peor quant il le sourvit.

« Beaus frere, Dieus l'i aït! - Dieus vos beneïe! » fait cil. - « Se Dieus t'aït, que fais tu iluec? - A vos que monte? » fait cil. - « Noient », fait Aucassins.
« Je nel vos demant se por bien non. - Mais por quoi plorez vos, » fait cil, « et faites si grant duel? Certes, se j'estoie aussi riches om con vos estes, toz li monz ne me feroit mie plorer. - Ba! me conoissiez vos? » fait Aucassins. - « Oie, je sai bien que vos estes Aucassins, li fiz le conte, et se vos me dites por quoi vos plorez, je vos dirai que je faz ci. - Certes », fait Aucassins, « je le vos dirai mout volentiers. Je vin ui matin chacier en ceste forest, s'avoie un blanc levrier, le plus bel del siecle, si l'ai perdu; por ce pior je. - Oz? » fait cil, « por le cuer que cil sire ot en son ventre! que vos plorastes por un chien puant? Mal dehé ait qui ja mais vos prisera, quant il n'a si riche ome en ceste terre, se voz pere l'en mandoit dis o quinze o vint, qu'il ne les envoiast trop volentiers, et s'en esterdit trop liez! Mais je doi ployer et dueil faire. - Et tu de quoi, frere? - Sire, je le vos dirai. J'estoie loez a un riche .vilain, si chaçoie sa charrue : quatre bues i avoit. Or a trois jorz qu'il m'avint une grant malaventure, que je perdi le meillor de mes bues, Roget, le meillor de ma charrue, si le vois querant. Si ne manjai ne ne bui trois jorz a passez, si n'os aler a la vile, qu'on me metroit en prison, que je ne l'ai de quoi soudre. De tot l'avoir del monde n'ai je plus vaillant que vos veez sour le cors de moi. Une lasse mere avoie, si n'avoit plus vaillant que une coutisele, si li a on sachiee de dessoz le clos, si gist a pur l'estrain, si m'en poise assez plus que de moi. Car avoirs va et vient : ce j'ai or perdu, je gaaignerai une autre fois, si soudrai mon buef quant je porrai, ne ja por ce n'en plorerai. Et vos plorastes por un chien de longaigne [ = chien de latrine]! Mal dehé ait qui ja mais vos proisera! - Certes, tu iés de bon confort, beaus frere. Que beneoiz soies tu! Et que, valoit tes bues? - Sire, vint souz m'en demande on; je n'en puis mie abatre une sole maaille. - Or tien », fait Aucassins, « vint souz que j'ai ci en ma borse, si sol ton buef. - Sire », fait il, « granz merciz! Et Dieus vos laist trouer ce que vos querez! »

Il se part de lui. Aucassins si chevauche. La nuit fu bele et coie, et il erra tant qu'il vint près de la ou li set chemin aforchent, si vit devant lui la loge que vos savez que Nicolete avoit faite, et la loge estoit forree defors et dedenz et par dessoure et devant de flors, et estoit si bele que plus ne pooit estre. Quand Aucassins la perçut, si s'aresta tot a un fais, et li rais de la lune feroit enz.

« E Dieus! » fait Aucassins, « ci fu Nicolete, ma douce amie, et ce fist ele a ses beles mains. Por la douçor de li et por s'amor me descendrai je ore ci et m'i reposerai anuit mais. »

Il mist le pie fors de l'estrier por descendre ; et li chevaus fu granz et hauz : il pensa tant a Nicolete, sa très douce amie, qu'il cheï si durement sour une pierre que l'espaule li vola hors del lieu. Il se senti mout blecié, mais il s'esforça tot al mieuz qu'il pot et atacha son cheval a l'autre main a une espine, si se torna sour costé tant qu'il jut toz sovins en la loge. Et il garda par mi un trou de la loge, si vit les estoiles el ciel, s'en i vit une plus clere des autres, si comença a dire :

XI. Or se cante

« Estoilete, je te voi,
Que la lune trait a soi.
Nicolete est avuec toi, 
M'amiëte o le blont poil. 
Je cuit Dieus la vout avoir 
Por la lumiere de soir, 
Que par li plus bele soit. 
Et! amie, entent a moi. 
Pleüst ore al sovrain roi, 
Que que fust del recheoir,
Oue fuisse la sus o toi!
Se j'estoie fiz a roi, 
S'aferriez vos bien a moi,
Suer, douce amie. »

 (Aucassin et Nivolette).



En bibliothèque - Le roman d'Aucassin existe dans un seul manuscrit à la Bibliothèque nationale de Paris. Lacurne de Sainte-Palaye le mit en français moderne sous le titre des Amours du bon vieux temps, en 1756. Le vieux texte a été publié par Méon, dans son Recueil de Fabliaux. Voir aussi : Histoire littéraire de la France, t. XIX; Fauriel, Hist. de la poésie provençale, t. lII.
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2015. - Reproduction interdite.