.
-

Cartothèque > Atlas classique
Unité italienne

Vidal-Lablache
ca. 1910
L'Italie, depuis l'antiquité jusqu'au XIXe siècle, n'a jamais formé une unité politique. Même aux temps où des souverains ont repris le nom de rois d'Italie (après le démembrement de l'empire de Charlemagne, IXe et Xe siècles), après les victoires des Français (1804-1814), ces royaumes d'Italie n'ont jamais compris qu'une partie de la péninsule : le Sud est toujours resté séparé du Nord. Après 1814, Metternich pouvait sans exagérer dire que « l'Italie est une expression géographique ».
-
Unité italienne.

Les règlements de 1814 avaient rétabli en Italie les anciennes souverainetés, excepté les deux républiques : celle de Gênes (donnée au royaume de Sardaigne) et celle de Venise (réunie au Milanais pour former le royaume lombard-vénitien, possession de l'Autriche). Par ce domaine direct et par l'influence exercée sur les princes de Toscane, de Modène et de Parme, l'Autriche dominait l'Italie du Nord et du Centre. Elle y a écrase toutes les tentatives de révolte et a maintenu jusqu'en 1859 l'état de choses établi en 1814.

La France, en expulsant les Autrichiens du Milanais et en permettant aux Italiens du Centre de se révolter contre leurs princes, a transformé, dès 1860, le royaume de Sardaigne en un royaume d'Italie, qui, par 3 autres étapes (1860-1866-1870), a achevé dès 1870 l'unité politique de la péninsule. - Les États de l'Église ont été absorbés par trois annexions successives (Romagne, Marches et Ombrie, - patrimoine de St-Pierre). (S.).

Italie de 1859 à 1870.
Italie de 1859 à 1870.

Cliquez sur les cartes pour les agrandir.



[Terre][Etats et territoires][Cartothèque][Atlas classique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.