.
-

Photius, patriarche de Constantinople, né dans cette ville, avait été déjà ambassadeur en Perse et premier secrétaire de l'empereur Michel, lorsque, en 857, il fut porté, bien que laïque, au patriarcat de Constantinople, à la place d'Ignace, qui venait d'être déposé. D'odieuses violences signalèrent son intrusion, à laquelle s'opposa le pape Nicolas I. Anathématisé par le pape dans un concile, il réunit un conciliabule dans lequel il anathématisa le pape à son tour, et il persuada les évêques qui y étaient assemblés de se séparer de l'Église latine, ce qui donna naissance au grand schisme grec, 858. Basile le Macédonien rétablit Ignace, mais Photius reprit ses fonctions à la mort du patriarche; il se fit même alors approuver par le pape, à la condition d'abjurer ses erreurs; mais il n'en fit rien et fut excommunié de nouveau (869). Néanmoins, il se maintint sur son siège jusqu'à l'avènement de Léon le Philosophe, qui l'exila; il mourut en exil, dans un couvent d'Arménie, en 891. 

Photius, qu'un chroniqueur byzantin qualifiera de "pire scélérat", joignait aussi à un esprit rare et pénétrant l'érudition la plus vaste. On a de lui, sous le titre de Bibliothèque (ou Myriobiblon), une précieuse compilation qui contient une infinité d'extraits d'auteurs que nous ne connaissons que par elle (les meilleures éditions sont celle de Genève, 1612, grec-latin, et celle d'E. Bekker, toute grecque, Berlin, 1824). 

Photius a laissé de plus des Lettres (Londres, 1651, in-fol.); un Recueil des Canons de l'Église et le Nomocanon ou Accord des lois impériales et des canons (en tête du recueil des Canons ecclésiastiques, Paris, 1551); un Lexique grec (publié par Hermann, Leipzig, 1808, et par Porson, Londres, 1822); divers écrits théologiques, etc.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.