.
-

L'utérus

L'utérus, spécial à la femelle, est un organe de l'appareil génital (Anatomie). . Il est creux et destiné à contenir le produit de la conception. Appelé aussi matrice, il est situé dans le petit bassin, dans le bas-ventre. L'utérus est dirigé d'avant en arrière et de haut en bas. Cet organe est aplati d'avant en arrière. Il a la forme d'un petit ballon ou d'une poire aplatie, à sommet inférieur. On distingue à l'utérus la partie la plus volumineuse, appelée corps, et la partie étroite, effilée, le col, contenue en partie dans le vagin. La forme de cet organe permet de lui décrire une face antérieure ou vésicale, une face postérieure ou rectale, deux bords et un fond. Le fond de l'utérus peut être senti par la palpation chez les femmes dont la paroi abdominale est souple.
-
-
Utérus.
Utérus de la femme. - 1. Un des ligaments larges ou ailes de l'utérus. - 2 et 3. Ligaments ronds terminés en patte d'oie. - 4. Ovaire et son ligament. - 5. Trompe utérine ou de Fallope, terminée par une expansion frangée, morceau frangé, ou pavillon de la trompe. - 6. Corps de l'utérus. - 7. Col. - 8. Extrémité inférieure de l'utérus ou museau de tanche.

Par sa face antérieure, le corps de l'utérus est en contact immédiat avec la vessie, par le tiers inférieur du corps et la moitié supérieure du col ou portion sus-vaginale. Au-dessus du tiers inférieur du corps, le péritoine pénètre entre l'utérus et la vessie et forme le cul-de-sac vésico-utérin. La face postérieure de l'utérus est en rapport avec le rectum. Elle est revêtue, dans toute son étendue, par le péritoine, qui descend plus bas et recouvre 2 ou 3 centimètres de vagin. En se réfléchissant du vagin sur le rectum, cette membrane forme un cul-de-sac appelé cul-de-sac de Douglas ou recto-vaginal. De chaque côté de ce cul-de-sac, on voit deux replis étendus des parties latérales du col de l'utérus au sacrum. Ce sont les ligaments utéro-sacrés ou replis de Douglas. Ordinairement, les anses intestinales remplissent le cul-de-sac de Douglas, mais dans l'état de réplétion du rectum, cet organe refoule les anses intestinales et se rapproche de l'utérus. Les bords de l'utérus sont arrondis, épais. A leur niveau, le péritoine des deux faces de cet organe forme deux replis qui se portent sur les parties latérales du bassin, sous le nom de ligaments larges. Les ligaments larges sont donc formés par deux feuillets du péritoine entre lesquels on trouve les annexes de l'utérus, la trompe de Fallope, l'ovaire avec son ligament et le ligament rond. Le fond de l'utérus est arrondi. Il est recouvert par le péritoine qui se continue avec celui des deux faces de cet organe. Pendant la grossesse, l'utérus change de forme. En grossissant, il devient globuleux, ses bords s'effacent. Il monte dans la cavité de l'abdomen, en refoulant les intestins, emportant avec lui, dans son ascension, la trompe, l'ovaire et le ligament rond.

Une partie du col est contenue dans le vagin, c'est la portion intra-vaginale, que les anciens ont nommée museau de tanche parce qu'ils la comparaient au museau d'un poisson. On y voit une ouverture, c'est l'orifice externe du col, petite et circulaire chez les vierges, élargie en forme de fente transversale chez les femmes qui ont eu un ou plusieurs enfants. On appelle lèvre antérieure et lèvre postérieure du col la partie de la portion intra-vaginale située en avant et en arrière de l'ouverture. La portion intra-vaginale du col est limitée par le fond du vagin, qui s'insère solidement tout autour du col, un peu plus haut en arrière qu'en avant. Cette insertion produit autour du col un cul-de-sac, plus profond en arrière, en raison de l'insertion plus élevée du vagin à ce niveau. On appelle cul-de-sac vaginal antérieur la partie de ce cul-de-sac située en avant du col. Ou trouve en arrière le cul-de-sac vaginal postérieur. La portion sus-vaginale ou extra-vaginale du col est la partie de l'utérus qui s'étend de l'insertion du vagin au corps de l'utérus; elle est courte et ne mesure pas plus de 4 centimètres 1/2 en avant et de 1 centimètre en arrière. Cette partie de l'utérus est adhérente à la vessie en avant, elle est limitée en bas par l'insertion du vagin, et, en haut, par le cul-de-sac vésico-utérin. Eu arrière, elle est complètement recouverte par le péritoine et se continue directement avec la face postérieure du corps. Latéralement, la portion extra-vaginale du col est en rapport avec la partie inférieure des ligaments large et avec l'artère et les veines utérines. A une certaine distance des parties latérales du col, on trouve un ganglion lymphatique qui reçoit les vaisseaux lymphatiquesdu col et du fond du vagin.
-

Utérus.
Organes génitaux internes de la femme extraits du bassin et vus par la face antérieure. - V, le vagin ouvert en avant. U, l'utérus présentant la forme d'un cône aplati d'avant en arrière, dont la base est en haut et le sommet en bas. Il se divise en deux parties : le corps et le col; mais cette division est à peine marquée à l'extérieur. Le vagin, en prenant ses insertions sur le col utérin, le partage en portion sus-va ginale et portion vaginale. Celle-ci fait saillie dans la cavité du vagin et présente une ouverture qui porte le nom de museau de tanche, M.

Le feuillet du péritoine, 1, qui recouvree la face antérieure de l'utérus, en s'unissant sur les bords latéraux de l'organe avec le feuillet qui revêt la face postérieure, forme les ligaments larges qui renferment d'avant en arrière : L, le ligament rond coupé vers le milieu de sa longueur; T, la trompe utérine décrivant une courbe à concavité postérieure et interne, et terminée par une extrémité évasée, P, en forme de pavillon; O, l'ovaire. Celui-ci est uni à l'utérus par le ligament de l'ovaire, 2, et à la trompe par un autre ligament, 3, appelé tubo-ovarien.

Chez la femme qui n'a pas eu de grossesse (nullipare), l'utérus offre les dimensions moyennes suivantes : 62 millimètres de longueur, 40 millimètres de largeur et 23 millimètres d'épaisseur. Chez la femme multipare, il a 68 millimètres de longueur, 43 millimètres de largeur et 25 millimètres d'épaisseur. La largeur du col est égale à son épaisseur. Le poids de l'utérus est de 45 grammes en moyenne.
-

Utérus divisé en moitié antérieure et moitié postérieure : on a conservé cette dernière. -1. Cavité du corps de l'utérus : elle se continue avec - 2. la cavité des trompes utérines et - 3. la cavité du col. Dans cette dernière cavité , on voit une saillie arborisée, arbre de vie de la matrice (ou de l'utérus). - 4. Ligament de l'ovaire.
Utérus divisé en deux moitiés latérales : on a conservé la moitié gauche. - 1. Lèvre antérieure du museau de tanche. - 2 Lèvre postérieure.

La cavité du corps a une forme triangulaire. Ses trois angles présentent trois ouvertures les trompes de Fallope s'ouvrent dans les angles latéraux, l'orifice interne du col forme l'angle inférieur. Les trois bords de la cavité correspondent aux deux bords et au fond de l'utérus. Ces bords sont rentrants, c.-à-d. convexe du côté de la cavité utérine. Cette cavité a, d'avant en arrière, des dimensions très restreintes, attendu que ses deux parois arrivent presque au contact. La cavité du col, on cavité cervicale, est plus large au milieu qu'à ses deux extrémités; son extrémité inférieure, qui se voit dans le vagin, est l'orifice externe du col. L'extrémité supérieure forme un détroit entre la cavité utérine et la cavité cervicale; c'est l'orifice interne du col, isthme ou canal intermédiaire. Dans la grossesse, il se produit une substance glutineuse, bouchon gélatineux de la grossesse, qui ferme cette ouverture et sépare la cavité utérine de la cavité cervicale pendant les sept ou huit premiers mois. Les trois ouvertures de la cavité utérine sont obstruées pendant la grossesse, l'inférieure par le bouchon gélatineux, les latérales par la caduque réfléchie. Sur les parois antérieure et postérieure de la cavité du col, on voit une saillie longitudinale ramifiée; on donne le nom d'arbre de vie à cette saillie de la muqueuse et à ses ramifications.

La structure de l'utérus.
L'utérus est un muscle qui sommeille tant qu'il est à l'état de vacuité, c.-à-d. qu'il ne manifeste d'aucune façon sa contractilité. Mais lorsqu'il est dilaté par le produit de la conception, vers le troisième mois de la grossesse, les fibres musculaires se modifient, s'accroissent, et l'utérus peut déjà se contracter. Le muscle utérin prend de la force, et, au moment de l'accouchement, il est doué d'une force assez considérable pour expulser le foetus par ses propres contractions. L'utérus est formé par une couche musculaire très épaisse, doublée à l'intérieur par une muqueuse, et recouverte par le péritoine, couche séreuse.

Couche musculeuse. - Elle est très épaisse. Cette couche est formée par plusieurs plans de fibres musculaires lisses, Des faisceaux musculaires passent d'un plan dans un autre, de sorte que la couche musculaire de l'utérus forme un treillage presque inextricable. Pendant la grossesse, ces fibres augmentent considérablement de volume. On peut décrire dans cette couche trois plans de fibres : un plan superficiel, un moyen et un profond. Le plan superficiel est formé par des fibres transversales et des fibres longitudinales. Les fibres transversales parcourent les deux faces de l'utérus et pénètrent de chaque côté dans les ligaments larges : les unes se continuent avec celles de la trompe, du ligament de l'ovaire et du ligament rond; les autres se perdent entre les deux feuillets des ligaments larges. Les fibres longitudinales, faisceau ansiforme, forment un ruban qui s'étend de la face antérieure à la face postérieure de l'utérus en passant sur le fond, à la manière d'elle bretelle. Ce faisceau a 4 centimètres de large environ; il commente à la partie antérieure du col, croise les fibres transversales, passe sur le fond de l'utérus, et descend sur la face postérieure en s'élargissant, pour se terminer à la face postérieure du col et dans l'épaisseur du vagin, où il se continue avec les fibres musculaires de ce conduit.

Le plan moyen, le plus épais, est formé de faisceaux entre-croisés et tellement mêlés qu'on ne peut les poursuivre pour la dissection. C'est pour cela qu'on l'appelle plan plexiforme. Le plan profond, qui touche la muqueuse, présente aussi un véritable réseau de fibres musculaires. Au niveau des trois angles de la cavité utérine, ces fibres forment des anneaux autour des trompes et de l'orifice interne du col. Ces anneaux s'agrandissent de plus en plus autour de l'ouverture qui en forme le centre. Au niveau de l'orifice interne du col, elles forment une saillie, un véritable sphincter. Le col utérin est presque uniquement formé de fibres circulaires. On y voit quelques fibres longitudinales superficielles; celles de l'extérieur du col se continuent en partie avec les fibres du vagin; celles de la surface interne partent de l'orifice externe du col et pénètrent dans la cavité utérine en soulevant la muqueuse. Ces fibres constituent l'arbre de vie. 

Couche muqueuse. - Cette couche est tellement adhérente à la couche musculaire que les anatomistes l'ont méconnue jusqu'au milieu du XIXe siècle. La muqueuse utérine est rosée dans le corps, blanchâtre dans le col. Un épithélium cylindrique simple, à cils vibratiles, recouvre la muqueuse utérine. Les cils vibratiles ont un mouvement de bas en haut; ils sont destinés à faciliter le mouvement des spermatozoïdes qui pénètrent par l'orifice externe du col et qui sont attirés vers l'ovule. A mesure qu'on se rapproche du vagin, l'épithélium change de nature. Vers le milieu de la cavité du col, il perd ses cils et présente des cellules caliciformes. Vers l'orifice extérieur du col, il devient pavimenteux.

Le derme ou chorion de la muqueuse, est formé par un tissu conjonctif homogène. Des glandes nombreuses existent dans la muqueuse utérine. Elles ont le diamètre d'un cheveu fin, et leur longueur égale l'épaisseur de la muqueuse, de sorte que le fond de ces glandes arrive au contact de la touche musculeuse. Ce sont des tubes simples, parfois ramifiés. Elles ont une paroi propre, amorphe et un épithélium cylindrique cilié. Dans la muqueuse du col, on trouve des glandes en grappe, dont les cellules épithéliales sont entremêlées avec des cellules caliciformes. Parfois, l'ouverture de ces glandes s'oblitère, et le contenu forme de petits kystes, pris autrefois pour des oeufs, et appelés depuis oeufs de Naboth. Les glandes de la muqueuse utérine sécrètent un mucus transparent et filant, le mucus utérin. Ce liquide devient plus abondant et même purulent dans la métrite interne.

Couche séreuse. - La couche séreuse est constituée par le péritoine utérin.

Vaisseaux et nerfs. L'artère utéro-ovarienne, branche de l'aorte abdominale, aborde la partie supérieure des bords de l'utérus, entre les deux feuillets des ligaments larges, et se divise en artère utérine et artère tubo-ovarienne. L'artère utérine donne un grand nombre de branches, qui se ramifient à l'infini entre les faisceaux du tissu musculaire. Ces artères ont la forme d'hélices, et sont très tortueuses. Les artères du col ont la même disposition; elles sont fournies par l'utérine, branche de l'iliaque interne. Comme les artères du corps, celles du col sont situées sur les côtés de l'utérus, ce qui doit rendre circonspect le chirurgien qui porte un instrument tranchant sur ce point. Les veines sont très nombreuses. Elles sortent de l'utérus vers ses bords; elles se jettent dans, le plexus utéro-ovarien, d'où naissent les veines utéro-ovariennes. Des veines plus petites suivent le ligament rond, et vont s'anastomoser avec la veine iliaque externe, avec l'épigastrique, et avec les veines des grandes lèvres. Les lymphatiques du corps de l'utérus, nés de la muqueuse et de la couche musculeuse, suivent la direction des veines utéro-ovariennes et se jettent dans les ganglions-lombaires. Ceux du col se rendent dans deux ganglions situés latéralement entre les deux feuillets des ligaments larges. Les nerfs du corps, fournis par le nerf sympathique, se rendent aux diverses couches qui composent l'utérus, à la muqueuse, aux fibres musculaires et aux vaisseaux. Ceux du col viennent du plexus hypogastrique et suivent le trajet des artères utérines. Le col, insensible à l'état normal, devient très douloureux dans la névralgie du col utérin et dans certaines métrites.

La physiologie de l'utérus. 
En dehors de l'état de menstruation et de grossesse, l'utérus est un organe inerte, que l'on peut même extraire sans causer de dommage à la santé de la femme. Pendant trente à trente-cinq ans, de la puberté à la ménopause, l'utérus est le siège de la menstruation. Tous les mois, au moment de la maturation de l'oeuf, les organes génitaux sont le siège d'une congestion générale, d'une poussée sanguine appelée molimen cataménial, A où moment donné, les vaisseaux-capillaires de la muqueuse utérine se déchirent, et une pluie de sang remplit l'utérus d'où il s'écoule lentement, pendant trois jours en moyenne (règles ou mentrues). En même temps la muqueuse utérine se dépouille de son épithélium. Après la menstruation, l'épithélium se renouvelle.

Après la fécondation, l'oeuf fécondé parcourt rapidement la trompe de Fallope et pénètre dans l'utérus dont la muqueuse tuméfiée remplit la cavité. L'oeuf s'arrête
sur la muqueuse, s'y greffe. L'embryon se développe sur place, en s'entourant de ses membranes, pendant que s'établit le placenta, organe de communication entre les vaisseaux de la mère et les vaisseaux nouvellement formés de l'embryon. (A19).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.