.
-

Raoul de Cambrai

Raoul de Cambrai, avant d'être le titre d'une chanson de geste, est le nom d'un personnage historique. D'après le chroniqueur Flodoard, Une vieille haine de famille met Raoul, fils d'un certain Raoul, comte dans le pays de Cambrai, aux prises avec les descendants du comte de Vermandois. Pour s'emparer du fief de Vermandois. Il attaqua en 943 (règne de Louis d'Outre-mer) les fils du feu comte de Vermandois. Herbert, pour les dépouiller de leur héritage; il fut vaincu et tué. 

La chanson de geste qui conte les aventures de ce personnage est due à certain Bertolais de Laon, qui vivait sans doute vers le milieu du Xe siècle. Mais le récit composé par Bertolais est perdu. La chanson qui nous est parvenue est un remaniement versifié à la fin du XIIe siècle. 

L'oeuvre jouit au XIIe siècle d'une véritable popularité. Le renouveleur de l'ancien poème sur Raoul de Cambrai n'était pas un homme de talent; sa langue est pauvre, pénible et banale; mais il ne paraît pas avoir rajeuni le fond de la narration au même degré que la forme : 

« Les moeurs féodales, dans la première partie du Raoul, portent en plus d'une strophe les marques d'une certaine antiquité ». 
On  peut diviser Raoul de Cambrai en quatre parties : 
• Dans la première, Raoul dévaste le pays et met le feu au monastère d'Origny, où plusieurs personnes sont brûlées vives, entre autres la mère de son écuyer Bernier; 

• Dans la deuxième, Bernier tue Raoul pour venger la mort de sa mère; 

• Dans la troisième, Bernier se réconcilie avec les parents de Raoul, et épouse la fille de Gerin le Sor; 

• Dans la quatrième, il est tué par Gerin. 

Le poème de Raoul de Cambrai, avec sa continuation, qui est un simple roman d'aventures, a été publié pour la Société des anciens textes français par  P. Meyer et A. Longnon (Paris, 1882, in-8).
-
Raoul de Cambra (extrait)

[Nous citons le passage où Raoul combat Ernaut, comte de Douai, le blesse grièvement, le poursuit, massacre tous ceux qui s'opposent à sa vengeance, et finit par succomber lui-même sous les coups de son écuyer Bernier. On notera la beauté rude et sauvage de ce fragment épique.]

« La terre est mole, si ot un poi plëu;
Li brai espoisse del sanc et del palud. 
Li bon destrier sont las et recréu;
Li plus corant sont au pas revenu. 
Li fil Herbert i ont forment perdu. 
Es vos Ernaut le conte de Doai 
Raoul encontre le signor de Cambrai.
- « Par Dieu, Raous, ja mais ne t'aimerai 
De ci que mort et recrëant t'aurai. 
Tu m'as occis mon neveu Bertolai, 
Et Richerin que durement aimai, 
Et tant des autres que nes recoverai. »
- «Voir, dist Raous, encore en ocirai :
Ton cors meesmes, se aisement en ai. »
[...]
Li cuens Ernaus fu chevaliers gentis,
Et por ses armes vasals et de grand pris.
Vers Raoul torne de mal talent espris, 
Grant colp li done, com chevalier gentis, 
Parmi son elme qui fu a or floris; 
Trenche le cercle qui fu a flor de lis. 
Ne fust la coife de son haubert treslis, 
De ci es denz li ëust le branc mis. 
Del cop Ernaut fut Raous si aquis, 
Sanglant en ot et la bouche et le vis.

Li cuens Raous fu molt de grant vertu; 
En sa main tient le bon branc esmolu,
Et fiert Ernault parmi son elme agu
Que flors et pieres en a jus abatu. 
Devers senestre est li colps descendu, 
Del bras senestre li a le poing tolu,
A tout l'escu l'a et champ abatu. 
Quant Ernaus sise sent tout confondu
Et voit gesir a terre son escu, 
Son poing senestre qui es enarmes fu,
Le sanc vermel a la terre espandu, 
Tost il remonte sur son coursier crenu, 
Fuiant s'en torve lez le bruellet ramu; 
Oui puist le blasme; ot tut le sens perdu.
Raous l'enchauce qui de preis l'a sëu.

- « Mercit! Raous, por Dieu qui tot créa. 
Se ce vos poise que fera vos ai la, 
Vos hom serai ensi corn vos plaira. 
Quite vos claim tot Braibant et Hainau,
Que ja mes oirs demi pié n'en tendra. »
Et Raous jure que ja neI pensera 
Desqu'a cele heure que il ocis l'aura.

Fuit s'en Ernaus broichant a esperon; 
Raous l'enchauce qui cuer a de felon. 
Ernaus regarde contremont le sablon, 
Et voit Rocoul le nobile baron
Qui tint la terre vers le val de Soisons. 
Ernaus le voit, vers lui broiche a bandon;
Merci li crie por avoir garison.
[...]
Raous le vit, le sens quida changier,
Par mal talent tint l'espee d'acier,
Et fiert Rocoul sor son elme a or mier,
Pieres et flors en fist jus trebuchier. 
Devers senestre cola li brans d'acier; 
Tout son escu li fait jus reoingnier,
Sor l'estriviere fait le branc apuier, 
Soz le genoil Ii fait le pié tranchier, 
O l'esperon l'abat et sablonier.
- « Or vos donrai un mervillous mestier; 
Ernaus ert mans, et vos voi eschacier : 
Li uns ert gaite, de l'autre fas portier. 
Ja ne porrés vostre honte vengier. »
[...]
Fuit s'en Ernaus broichant a esperon ; 
Raous l'enchauce qui cuer a de felon. 
Il jure Dieu qui soufrit passion, 
Por tout l'or Dieu n'aroit-il garison
Que ne li toille le chief sor le menton 
Ernaus esgarde contreval le sablon 
Et voit venir dan Herbert d'Ireçon,
Wedon de Roie, Loëys et Sanson, 
Le comte Ybert le pere Berneçon.

Ernaus escrie, poor ot de morir.
- « Signors, dist-il, bien ne devés garir 
Envers Raoul qui ne me veut guerpir : 
De vos parents nos a fait tant morir...
[...]
Lors vëissiés une dure meslee, 
Tant hanste fraindre, et tant targe troee, 
Et tante broigne desmaillee et faussee; 
Tant pié, tant poing, tante teste colpee,
Tant bon vassal gesir goule baee. 
Des abatus est joinchié la pree, 
Et des navrez est l'erbe ensangletee. 
Raous le voit, grant goie en a menee. 
Espee traïte par molt grant airee, 
Fiert en la preisse ou dure est la meslee. 
Ce jor en a mainte anme desevree 
Dont mainte dame remest veve clamee. 
Plus de quatorze en a mors a l'espee.
[...] En Bernier ot uns molt bons chevaliers
Forz et hardis et riubiles guerriers :
- « E! Raous sires, fils de franche mollier, 
Tu m'adoubas, ce ne puis-je noier, 
Mais durement le m'as puis vendu chier 
Ocis nos as tant vaillant chevalier!
Ma mere arsistes en Origni mostier!
E! Raous, sires, por Dieu le droiturier, 
Pitié te pregne; laisse nos apaisier,
Et cel mort home ne te chaut d'enchaucier. 
Qui le poing pert, n'a en lui qu'a irier. » 
Raous l'oï, le sens quida changier. 
Si s'estendi que ploient li estrier; 
De soz lui fait le destrier archoier. 
- « Bastars, dist-il, bien savez plaidoier; 
Mais vos losenges ne vos aront mestier; 
N'en partirés sans la teste tranchier. »
- « Voir! dist Berniers, bien me doi corecier 
Or ne me vuel huimais humelier. » 
Quant Berniers voit Raoul le combatant, 
Que sa priere ne li valoit un gant,
Par vertu broiche desouz lui l'auferrant; 
Et Raous vient vers lui esperonant. 
Grans colps se donent sor les escus devant : 
Desoz les boucles les vont toz porfendant. 
Berniers le fiert qui droit i avoit grant.
Le bon espieu et l'enseigne pendant 
Li mist et cors, n'en pot aler avant. 
Raous fiert lui par si grant maltalant, 
Escus n'aubers ne li valut un gant; 
Ocis l'ëust, sachiés a esciant, 
Mais Diex et drois aida Berneçon tant, 
Lez le costé li va li fers frotant : 
Et Berniers fait son tor par maltalent,
Et fiert Raoul parmi l'elme luisant
Que flors et pieces en va jus craventant. 
Trenche la coife del bon haubert tenant. 
En la cervele li fait couler le brant. 
Le chief enclin chaï de l'auferrant : 
Li fil Herbert en sont lie et goiant...
[...]
Li cuens Raous pense del redrecier.
Par grant vertu trait l'espee d'acier. 
Qui le vëist amont son branc drecier, 
Mais il ne trueve son colp ou emploier. 
Des qu'a la terre fait son bras asaier, 
Dedens le pré fiert tot le branc d'acier :
A molt grant peine l'en pot il resaichier. 
Sa bele bouche il prent a estrecier,
Et si vair oïl prenent a espessier. 
Dieu reclama qui tout a à baillier :
- « Glorious peres, qui tout pués justicier, 
Com je voi ore mon cors afoibloier! 
Secores moi douce dame del ciel! »...
[...]
L'annne s'en part dol gentil chevalier : 
Dame-Diex l'ait, se on l'en doit prier. 
Berniers escrie : « Saint-Quentin et Doai! 
« Mors est Raous li sires de Cambrai! »
 

( Raoul de Cambrai).
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2015. - Reproduction interdite.