.
-

 
Introduction à l'étude de la médecine expérimentale
par Claude Bernard
Avant-propos
Première partie
 DU RAISONNEMENT EXPÉRIMENTAL

Chapitre I. - De l'observation et de l'expérience

I. - Définitions diverses de l'observation et de l'expérience.
II. - Acquérir de l'expérience et s'appuyer sur l'observation est autre chose que faire des expériences et faire des observations.
III. - De l'investigateur; de la recherche scientifique.
IV. - De l'observateur et de l'expérimentateur; des sciences d'observation et d'expérimentation.
V. - L'expérience n'est au fond qu'une observation provoquée.
VI. - Dans le raisonnement expérimental, l'expérimentateur ne se sépare pas de l'observation.

Chapitre II - De l'idée a priori et du doute dans le raisonnement expérimental

I. - Les vérités expérimentales sont objectives ou extérieures.
II. - L'intuition ou le sentiment engendre l'idée expérimentale.
III. - L'expérimentateur doit douter, fuir les idées fixes et garder toujours sa liberté d'esprit.
IV. - Caractère indépendant de la méthode expérimentale.
V. - De l'induction et de la déduction dans le raisonnement expérimental.
VI. - Du doute dans le raisonnement expérimental.
VII. - Du principe du criterium expérimental.
VIII. - De la preuve et de la contre-épreuve.

Deuxième partie
DE L'EXPÉRIMENTATION 
CHEZ LES ÊTRES VIVANTS

Chapitre I - Considérations expérimentales communes aux êtres vivants et aux corps bruts

I. - La spontanéité des corps vivants ne s'oppose pas à l'emploi de l'expérimentation.
II. - Les manifestations des propriétés des corps vivants sont liées à l'existence de certains phénomènes physico-chimiques qui en règlent
l'apparition.
III. - Les phénomènes physiologiques des organismes supérieurs se passent dans des milieux organiques intérieurs perfectionnés et doués de propriétés physico-chimiques constantes.
IV. - Le but de l'expérimentation est le même dans l'étude des phénomènes des corps vivants et dans l'étude des phénomènes des corps
bruts.
V. - Il y a un déterminisme absolu dans les conditions d'existence des phénomènes naturels, aussi bien dans les corps vivants que dans les
corps bruts.
VI. - Pour arriver au déterminisme des phénomènes dans les sciences biologiques comme dans les sciences physico-chimiques, il faut ramener les phénomènes à des conditions expérimentales définies et aussi simples que possible.
VII. Dans les corps vivants de même que dans les corps bruts, les phénomènes ont toujours une double condition d'existence.
VIII. - Dans les sciences biologiques comme dans les sciences physico-chimiques, le déterminisme est possible, parce que, dans les corps vivants comme dans les corps bruts, la matière ne peut avoir aucune spontanéité.
IX. - La limite de nos connaissances est la même dans les phénomènes des corps vivants et dans les phénomènes des corps bruts.

X. - Dans les sciences des corps vivants comme dans celles des corps bruts, l'expérimentateur ne crée rien; il ne fait qu'obéir aux lois de la nature.

Chapitre II - Considérations expérimentales spéciales aux êtres vivants

I. - Dans l'organisme des êtres vivants, il y a à considérer un ensemble harmonique des phénomènes.
II. - De la pratique expérimentale sur les êtres vivants.
III. - De la vivisection.
IV. De l'anatomie normale dans ses rapports avec la vivisection.
V. - De l'anatomie pathologique et des sections cadavériques dans leurs rapports avec la vivisection.
VI. - De la diversité des animaux soumis à l'expérimentation; de la variabilité des conditions organiques dans lesquelles ils s'offrent à
l'expérimentateur.
VII. - Du choix des animaux; de l'utilité que l'on peut tirer pour la médecine des expériences faites sur les diverses espèces animales.
VIII. - De la comparaison des animaux et l'expérimentation comparative.
IX. - De l'emploi du calcul dans l'étude des phénomènes des êtres vivants; des moyennes et de la statistique.
X. - Du laboratoire du physiologiste et de divers moyens nécessaires à l'étude de la médecine expérimentale.

Troisième partie
APPlICATIONS DE LA MÉTHODE EXPÉRIMENTALE À L'ÉTUDE
DES PHÉNOMÈNES DE LA VIE

Chapitre I - Exemples d'investigation expérimentale physiologique

I. - Une recherche expérimentale a pour point de départ une observation.
II. - Une recherche expérimentale a pour point de départ une hypothèse ou une théorie.

Chapitre II - Exemples de critique expérimentale physiologique

I. - Le principe du déterminisme expérimental n'admet pas des faits contradictoires.
II - Le principe du déterminisme repousse de la science les faits indéterminés ou irrationnels.
III. - Le principe du déterminisme exige que les faits soient comparativement déterminés.
IV. - La critique expérimentale ne doit porter que sur des faits et jamais sur des mots.

Chapitre III. - De l'investigation et de la critique appliquées à la médecine expérimentale.

I. - De l'investigation pathologique et thérapeutique.
II. - De la critique expérimentale pathologique et thérapeutique.

Chapitre IV. - Des obstacles philosophiques que rencontre la médecine expérimentale

I. - De la fausse application de la physiologie à la médecine.
II. - L'ignorance scientifique et certaines illusions de l'esprit médical sont un obstacle au développement de la médecine expérimentale.
III. - La médecine empirique et la médecine expérimentale ne sont point incompatibles; elles doivent être au contraire inséparables l'une
de l'autre.
IV. - La médecine expérimentale ne répond à aucune doctrine médicale ni à aucun système philosophique

-
 Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, par Claude Bernard (Paris, 1865). - Claude Bernard recherche dans son ouvrage les conditions scientifiques de la médecine expérimentale. Ce sont d'abord l'observation et l'expérience. L'expérimentateur part toujours d'une idée plus ou moins a priori; mais il la pose comme une interprétation anticipée de la nature, qu'il soumet au critérium des faits. Le savant doit ensuite conserver, avec le doute philosophique, une entière liberté d'esprit; mais il lui faut croire a la science, c'est-à-dire aux rapports absolus et nécessaires des choses. Quand l'expérience infirme l'idée préconçue, celle-ci doit être modifiée ou rejetée; quand l'expérience la confirme, elle n'est encore admise que sous bénéfice des nouvelles vérifications en contradiction qui peuvent surgir. Les conditions expérimentales sont communes aux êtres vivants et aux corps bruts. Mais il en est quelques-unes qui sont spéciales aux êtres vivants; la plus importante, c'est qu'il faut toujours considérer l'être animal comme un ensemble harmonique de phénomènes.
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.