.
-

Théâtre
La féérie
Une féérie est une pièce de théâtre dans laquelle l'intervention d'une fée, d'un génie, d'un être surnaturel, produit, complique et dénoue l'action dramatique. Là l'emploi du merveilleux autorise et nécessite le luxe des décors, la richesse des costumes, les changements à vue, les transformations, les surprises des machines, etc. La tragédie employa quelquefois ce moyen d'intérêt : ainsi, dans l'Andromède de Corneille, on eut lieu d'admirer beaucoup moins le poète que le machiniste et le décorateur. Mais l'opéra, où l'Armide de Quinault introduisit le merveilleux, se réserva le monopole des merveilles de la mise en scène, déployées principalement dans les sujets mythologiques. Moncrif et Cahuzac composèrent les meilleures féeries du XVIIIe siècle. Les autres théâtres ayant obtenu la suppression du monopole, l'Opéra-Comique donna quelques opéras-féeries, La fées Urgèle, Zémire et Azor, Cendrillon, etc. 

C'est du temps de l'Empire que date la féerie célèbre du Pied de mouton, par Martainville; elle a fait naître une foule d'imitations, dont les principales ont été les Pilules du diable, et la Poudre de Perlinpinpin au Cirque-Olympique, Peau d'âne et la Biche aux bois à la Porte Saint-Martin, les Sept châteaux du diable à la Gaîté, les Contes de la mère l'Oie à l'Ambigu-Comique, les Bibelots du diable aux Variétés. Dans toute féerie, les personnages sont protégés par des puissances supérieures, bonnes ou mauvaises, dont les influences se balancent, se combattent, se vainquent tour à tour, et qui arment leurs favoris de talismans plus ou moins efficaces. Cet antagonisme peut amener une foule d'effets variés et de complications étranges; l'auteur n'a d'autres limites dans les fantaisies de son imagination que les possibilités de l'exécution. (B.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.