.
-

Le Charroi de Nîmes

Le Charroi de Nîmes (ou de Nismes), est une chanson de geste. C'est la sixième branche de la chanson de Guillaume-au-Court-Nez.  Ce roman est conservé à la Bibliothèque nationale de Paris et dans cinq manuscrits du XIIIe siècle.

La chanson du Charroi de Nîmes est postérieure, mais de peu années sans doute, à Aliscans. Les événements, racontés dans les deux poèmes, sont liés entre eux par un rapport inverse : c'est le Charroi de Nîmes qui précède la Bataille d'Aliscans. Dans la chanson du Charroi, Guillaume n'est encore ni le maître d'Orange, ni l'époux de Guibourc, ni le beau-frère de l'empereur Louis. Au moment où commence le récit, le comte Guillaume revient de la chasse, par un beau jour de mai. Il rentre à Paris par le Petit Pont, accompagné de nombreux chevaliers; il a tué deux cerfs et chevauche tout joyeux. Sur son chemin, il rencontre son neveu Bertrand, qui lui apprend que l'empereur Louis vient de distribuer des fiefs  : 

« mais vous et moi, ajoute-t-il, nous avons été oubliés. » 
Cette nouvelle remplit Guillaume de colère; il se dirige en toute hâte vers le palais royal, descend de cheval, monte les degrés de marbre, entre dans la salle où se tient le roi Louis, et fait trembler le plancher sous ses pas : 
« Seigneur Louis, dit-il à l'empereur, je t'ai toujours servi loyalement, et tu me fais bien attendre la récompense de mes services; c'est à peine si je puis nourrir mon cheval. Et cependant, si j'avais voulu, le roi de Pouille Gaifier m'aurait donné, avec sa fille, la moitié de sa terre; je serais puissant et pourrais guerroyer contre le roi de France. Tu ne te souviens pas du combat que j'ai livré pour toi, sous les murs de Rome, à l'émir Corsolt : c'est là que j'ai reçu cette blessure qui m'a valu le nom de Guillaume au court nez. Lorsque Charlemagne, ton père, voulut te donner la couronne, tu demeuras longtemps sans oser la prendre : les Français virent bien que tu ne valais guère, et ils allaient faire de toi un moine, le traître Ernaïs allait saisir la couronne, lorsque je vins à ton aide. d'abattis Ernaïs sur les dalles de marbre, je pris la couronne et la mis sur votre tête. Vous en est-il souvenu quand vous avez sans moi distribué vos fiefs ? » 
Le roi Louis est fort embarrassé; il essaie d'abord de calmer Guillaume en lui promettant le premier fief vacant, puis il s'irrite de ses menaces, puis il redevient humble et lui fait de nouvelles offres : 
« Prenez la terre et épousez la femme du feu comte Bérenger. » 
Cette proposition met Guillaume hors de lui, il se tourne vers les chevaliers présents, et d'une voix haute et claire : 
« Ecoutez, nobles chevaliers, et apprenez comment mon seigneur Louis sait récompenser ceux qui le servent. Un jour, dans un combat, le roi fut abattu de son cheval. Il allait périr, quand le marquis Bérenger accourut, dégagea son suzerain, le releva et lui permit de s'enfuir. Mais peu après, Bérenger succombait lui-même sans qu'il fût possible de lui porter secours. Il a laissé un héritier, le petit Bérenger; c'est lui dont l'empereur veut me donner le fief! Je n'en veux point, sachez-le bien! Et par saint Pierre, si quelqu'un s'attaque au petit Bérenger, je lui trancherai la tête avec cette épée! » 

Après ce beau discours, la colère de Guillaume s'apaise :
« Laissons cela, dit-il au roi; pour cette fois, je ne réclame plus. Quand il vous plaira, vous me donnerez des places fortes et des terres. »
Puis il s'éloigne. Mais son neveu Bertrand le blâme d'avoir tenu tête à son seigneur. Sensible à ces reproches, il revient au palais, et comme l'empereur, effrayé de ce retour, lui offre la moitié de son royaume : 
« Non, répond-il, je vous demande seulement le royaume d'Espagne avec Orange et Nîmes. - Mais, dit Louis, l'Espagne et Nîmes sont occupées par les Sarrasins! - Je les en chasserai », réplique Guillaume.
Puis il réunit une armée et part pour Nîmes. En route, il s'avise d'un stratagème renouvelé du cheval de Troie il se procure un millier de tonneaux, les charge sur des voitures, y cache ses chevaliers, et se déguise lui-même en marchand pour conduire le charroi. Le stratagème réussit : les portes de Nîmes s'ouvrent toutes grandes devant cet immense convoi de marchandises. Une fois les voitures entrées dans la ville, Guillaume sonne de son cor. A ce signal, tous les chevaliers sortent des tonneaux en poussant leur cri de guerre; ils massacrent les païens et restent maîtres de la ville.
-
Le comte Guillaume et l'empereur Louis

« Ce fut en mai, el novel tens d'esté
Fueillissent galt, reverdissent li pré,
Cil oisel chantent belement et soé.
Li quens Guillelmes repairoit de berser,
D'une forest ou ot grant piéce esté.
Pris ot dous cers de prime graisse assez :
Trois muls d'Espaigne en avoit bien trossez.
Quatre saiètes ot li ber al costé,
Son arc d'albor raportoit de berser.
En sa compaigne quarante bacheler,
Fil sont a contes et a princes chasez,
Chevalier furent de novel adobé,
Tiénent oisels por lor cors deporter;
Muetes de chiens font avec els mener.
Par Petit Pont sont en Paris entré.
Li quens Guillelmes fut molt geniis et ber;
Sa venoison fist a l'hostel porter.
Enmi sa voie a Bertran encontré,
Si li demande : « Sire niés, dont venez? »
Et dist Bertrans : « Ja orroiz verité :
De cel palais, ou grant piéce ai esté.
Assez i ai oï et escolté.
Nostre emperére a ses barons fievez :
Cel done terre, cel chastel, cel cités,
Cel bort et vile, selonc ce que il sét.
Moi et vos, oncles, i somes oblié.
De moi ne chalt, qui sui uns bachelers,
Mais de vos, sire, qui tant par estes ber,
Et tant vos estes travailliez et penez
De nuiz veillier et de jorz jeüner. »
Ot le Guillelmes, s'en a un ris gité :
« Niés », dist li cuens, « tot ce laissiez ester;
Isnelement alez a vostre hostel,
Et si vos faites gentement couraer;
Et ge irai a Looïs parler. »
Dist Bertrans : « Sire, si com vos conmandez. »
Isnelement repaire a son hostel.
Li cuens Guillelmes fut molt gentis et ber;
Tresqu'al palais ne se volt arester,
A pié descent soz l'olivier ramé,
Puis en monta tot le marbrin degré.
Par tel vertu a le planchié passé
Rompent les hueses del cordoan soller.
N'i ot baron qui n'en fust esfraez.
Voit le li rois, encontre s'est levez;
Puis li a dit : « Guillelmes, quar seez.
- Non ferai, sire, dit Guillelmes li ber,
Mais un petit volrai a vos parler. »
Dist Looïs : « Si com vos conmandez;
Mien escïent, bien serez escoltez.
- Looïs sire, dit Guillelmes li ber,
Ne t'ai servi par nuit de tastoner,
De veves fames, d'enfanz desheriter,
Mais par mes armes t'ai servi conme ber. 
Si t'ai forni maint fort estoc champel,
Dont ge ai mort maint gentil bacheler, 
Dont li pechiez m'en est el cors entrez.
Qui que il fussent, si les ot Dex formez; 
Dex penst des anmes, si le me pardone! 
- Sire Guillelmes, dist Looïs li ber, 
Par voz merciz un petit me soffrez 
Ira yverz, si revenra estez ; 
Un de ces jorz morra uns de mes pers : 
Tote la terre vos en volrai doner, 
Et la moillier, se prendre la volez. » 
Ot le Guillelmes, a pou n'est forsenez :
« Dex! dist li cuens, qui en croiz fus penez, 
Com longe atente a povre bachelers, 
Qui n'a que prendre ne autrui que doner 
Mon auferrant m'estuet aprovender : 
Encor ne sai ou grain doie trover! 
Dex! com grant val li covient avaler 
Et a grant mont il li estuet monter, 
Qui d'autrui mort aient la richeté !.. »

« Looïs sire, dist Guillelmes li fiers,
Ne me tenissent mi per a losengier, 
Bien a un an que t'eüsse laissié, 
Que de Police me sont venu li brief 
Que me tramist li riches rois Gaifiers :
Que de sa terre me donra un quartier,
Avuec sa fille, tote l'une moitié.
Et se j'eüsse la grant terre a baillier,
Le roi de France poüsse guerroier. »
Ot le li rois, le sens cuide changier.
Dist tel parole que bien poüst laissier;
Par ce conmence li mals a engreignier,
Li maltalenz entr'els a enforcier.

« Sire Guillelmes, dist li rois Looïs,
Il n'a nul home en trestot cest païs,
Gaifier, ne altre, ne le roi d'Ipolis,
Qui de mes homes osast un sol tenir,
Tresqu'a un an qu'il n'en fust morz o pris,
O de la terre fors chaciez en essil. »....

Sor un foyer est Guillelmes montez,
Sor l'arc d'albor s'est un pou acotez,
Que il avoit aporté de berser,
Par tel vertu que par mi est froéz,
Que li tronçon en volent tresqu'al tref;
Li tronçon chiéent al roi devant le nés.
De grant oltrage conmença a parler
Vers Looïs, quar servi l'ot assez;
Si grant servise seront ja reprové,
Les granz batailles et li estor champel :
« Looïs sire, dit Guillelmes li ber,
Dont ne te membre del grant estor champel
Que ge te fis par desoz Rome es prez?
La combati vers Corsolt l'amiré,
Le plus fort home de la crestïenté
N'en paienisme que l'on poüst trover.
De son brant nu me dona un colp tel
Desor le helme, que oi a or gemé,
Que le cristal en fist jus avaler.
Devant le nés me colpa le nasel,
Tresgu'as narilles me fist son brant coler :
A mes dous mains le m'estot relever.
Grant fut la boche qui fut al renoer;
Mal soit del mire qui le me dut saner
Por ce m'apèlent tuit Guillelme al cort nés;
Grant honte en ai quant vieng entre mes pers... »

« Looïs rois, dit Guillelmes li sages,
Droiz emperére, ja fusses vos filz Charle,
Al meillor roi qui onques portast armes,
Et al plus fier et al plus justisable....
Quant Charlemaignes volt ja de vos roi faire,
Et la corone fut sus l'altel estable,
Tu fus a terre lonc tens en ton estage;
François le virent que ne valoies gaires :
Faire en voloient de toi o moine o abe,
O que tu fusses en alcun habitacle,
En un mostier o en un ermitage.
Quens Ernaïs, por son riche lignage,
Volt la corone par devers lui atraire.
Quant ge le vi, de bel ne m'en fut gaires :
Ge li donai une colée large
Que tot envers l'abatiét sor le marbre;
Haïz en fui de son riche lignage.
Passai avant, si corn la cort fut large,
Que bien le virent et Ii un et li altre,
El l'apostoiles et tuit li patriarche;
Pris la corone, sor le chief l'en portastes.
De cest servise ne vos membra il gaires
Quant vos sans moi departistes voz marches!... »

« Sire Guillelmes, Looïs li respont,
Gardé m'avez et servi par amor
Plus que nus hom qui soit dedenz ma cort.
Venez avant, ge vos donrai bel don :
Pernez la terre al pro conte Folcon;
Serviront toi troi mille compaignon.
- Non ferai, sire, Guillelmes li respont.
Del gentil conte dui enfant remés sont,
Qui bien la terre maintenir en porront.
Altre me done, que de cesti n'ai soing. »....

« Sire Guillelmes, dist Looïs li fiers,
Quant cez enfanz ne vuels desheritier,
Prent donc la terre al marchis Berengier.
Morz est li cuens, si pernez sa moillier;
Serviront toi dui mille chevalier
A cléres armes et as coranz destriers;
Del tues n'auront vaillissant un denier. »
Ot le Guillelmes, le sens cuide changier; 
A sa voiz clére conmença a huchier :
« Entendez moi, nobile chevalier,
De Looïs mon seignor droiturier, 
Come est gariz qui le sert votentiers! 
Or vos dirai del marchis Berengier.... 
Son roi servit longement sans dangier; 
Puis avint chose li rois se combatiét 
As Sarrazins, as Turs et as paiens. 
Li estorz fut merveillos et pleniers,
Abatuz fut li rois de son destrier : 
Ja n'i montast a nui jor desoz ciel, 
Quant i survint li marchis Berengiers. 
Son seignor vit malement atirié, 
Et empressé des colverz losengiers : 
Cèle part vint corant tot eslaissiez, 
En son poing tint le brant forbi d'acier. 
La fist tel parc entre les aversiers
Com fait senglers quant est entre les chiens. 
Puis descendiét de son corant destrier, 
Por son seignor et secorre et aidier.
Li rois monta, et il li tint l'estrier;
Si s'enfuït corne coarz levriers.
Einsi remest li marchis Berengiers;
La le veïmes ocirre et detrenchier,
Ne li poümes secorre ne aidier.
Remés en est uns cortois heritiers :
Icil a nom le petit Berengier;
Molt, par est fols qui l'enfant vuelt boisier;
Qui ce feroit fals seroit renoiez.
Li emperére me vuelt doner sol fief;
Ge n'en vueil mie! Bien vueil que tuit l'oiez.
Et une chose bien vos cloi acointier :
Par cel apostre qu'on a Rome requiert,
Il n'a en France si hardi chevalier,
S'il prent la terre al petit Berengier,
A ceste espée tost ne perde le chief!
- Granz merciz, sire » dient li chevalier
Qui apartiénent a l'enfant Berengier....

« Sire Guillelmes, dit Looïs li ber,
Par cel apostre qu'on quiert en Noiron pré,
Quant ceste honor reçoivre ne volez,
En ceste terre ne vos sai que doner,
Ne je ne altre ne m'en sai porpenser.
- Rois, dit Guillelmes, laissiez le dont ester;
A ceste foiz n'en quier or plus parler;
Quant vos plaira, vos me donroiz assez
Chaslels et marches, donjons et fermetez. »
A cez paroles s'en est Ii cuens tornez. »

(début du Charroi de Nismes). 

L'histoire nous apprend que Nîmes a été plusieurs fois prise et reperdue par les Sarrasins dans le courant du VIIIe siècle. (H. D. / L. C.).



En bibliothèque - Histoire littéraire de la France, t. XXII.
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2015. - Reproduction interdite.