.
-

 
Indiana
de George Sand
Indiana est un roman de George Sand (1832, 2 volumes). Ce premier plaidoyer contre le mariage est écrit avec la verve et l'imagination des jeunes années; l'auteur, dans la longue série de ses oeuvres, n'en a dépassé ni la fraîcheur ni l'énergie. Indiana, jeune créole aux passions vives, au coeur ardent, est mariée au vieux colonel Delmare; en tiers, dans ce mariage triste et ennuyé, où les soirées se passent au coin du feu, ne se trouve d'abord qu'un Anglais impassible et muet, sir Ralph. Le séduisant amoureux, en faveur de qui doit s'engager la lutte entre la passion et le devoir, apparaît catin sous le nom de Raymond de Ramières, un égoïste fort bien peint, qui ne demande à l'amour que des distractions. Dès qu'il entrevoit la caractère d'Indiana :
« Pourvu qu'elle ne m'aime pas! », s'écrie-t-il. 
Il voudrait seulement la posséder, et commence par séduire Noun, la femme de chambre, créole aussi et soeur de lait de sa maîtresse. Noun se tue en apprenant qu'elle n'est pour Ramières qu'un amusement, et ce qui devait ouvrir les yeux d'Indiana est précisément ce qui l'aveugle davantage. Ramières parvient à allumer ses sens en avouant son amour pour Noun et en racontant leurs nuits d'ivresses. Indiana enfin veut être à lui; elle quitte le mari pour l'amant; mais celui-ci la repousse : ce n'est pas ainsi qu'il veut l'avoir, et il lui ordonne de ne plus commettre à l'avenir de pareilles imprudences. Sir Ralph a tout deviné : il sauve les apparences vis-à-vis du colonel, qui, tout entier à ses spéculations industrielles et autres, n'a rien découvert de l'intrigue. Indiana, le coeur brisé, les accompagne tous les deux aux colonies, où son mari veut refaire sa fortune; mais elle ne peut trouver le repos et revient en France; elle trouve Raymond marié. L'impassible sir Ralph se décide alors a ouvrir la bouche; il aime Indiana, et après lui avoir proposé un double suicide qui les délivrerait l'un et l'autre de tant d'agitations stériles, au moment où ils vont faire de compagnie le grand voyage, ils s'aperçoivent que la vie a deux serait meilleure encore. Comme, dans l'intervalle, le colonel Delmare est mort, ils vont dans le Nouveau Monde, à l'abri des regards curieux, cacher un bonheur qu'ils avaient sous la main sans s'en douter.
« Ce livre, a dit Gustave Planche, devait finir avec le mariage de Raymond. C'était un dénouement sombre, impitoyable, à la manière d'Eschyle, l'expiation pour le crime voulu, le châtimeut terrible pour une faute à qui le temps seul avait manqué. Le bonheur est de trop dans les dernières pages; mais Indiana n'en demeure pas moins un magnifique développement de adultère, où bien des familles peuvent lire la destinée qui les attend. » 
(PL).
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2020. - Reproduction interdite.