.
-

Les signes Plus (+) et Moins (-)

Plus et Moins (mathématiques). - L'usage des expressions plus et moins et des signes + et - qui leur correspondent est si général en algèbre que nous n'imaginons pas comment on a pu jamais faire des mathématiques sans le secours de cette notation. Il est cependant incontestable que cette façon de représenter l'addition et la soustraction est relativement moderne. Cantor l'a établi dans ses remarquables Leçons sur l'histoire des mathématiques, où il rapporte les travaux de Le Paige et Zangemeister sur cette question d'histoire.

À ce sujet, et précisément à l'instigation de Cantor, une note fort intéressante a été publiée par G. Eneström dans l'Intermédiaire des mathématiciens (1894, p. 119). Il en résulte que l'usage des signes + et - n'est pas antérieur au XVe siècle, tandis que celui des mots plus et moins remonte au moins à Léonard de Pise (commencement du XIIIe siècle). Il semble, et Eneström est de cet avis, que les signes + et - sont de simples abréviations des mots plus et moins ou peut-être des lettres p et m déformées. 

Le premier ouvrage où on les ait rencontrés, autant que nous le sachions, est la Behende und hübsche Rechnung de Widmann (1489). Estienne de La Roche, dans son Arismétique (Lyon, 1520, 1538) note plus et moins, respectivement, de la façon suivante : p, m. L'introduction des signes a été opérée d'abord en Allemagne, et elle paraît n'avoir été adoptée que plus tard par les Français et les Italiens, après les publications de Stifel. (C. A. L.).

.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.