.
-

Concert

Concert, n. m. - Exécution musicale publique ou privée donnée en dehors de l'église ou du théâtre par un seul ou plusieurs musiciens. Dans le premier cas, on tend à adopter le mot anglais recital, en réservant le mot concert à l'acception de pluralité que comporte son étymologie, du latin concentus, concinere. La Chronique du Religieux de Saint-Denis, décrivant l'entrée de Charles VI à Paris après son sacre (1380), dit : 
« Et ubique musicorum concentus instrumentorum auditus ». 
C'est, en effet, dans la participation des bandes de ménestrels aux fêtes de cour, aux cortèges, aux processions, aux divertissements populaires, qu'il faut chercher l'origine des concert, dans toutes les contrées de l'Europe. A Paris, les premiers concerts régulièrement organisés furent ceux de l'Académie fondée en 1570 par Baïf. Ils eurent une courte existence et furent remplacés, pendant le XVIIe s., par des entreprises individuelles, également éphémères. Les « maîtres pour jouer des instruments » donnaient des concerts chez eux « pour s'attirer pratique », et les riches amateurs tenaient pour élégant de réunir chaque semaine, en leurs salons, des « assemblées de concerts ». 

Le 18 mars 1725 fut inauguré dans la salle des Suisses, au palais des Tuileries, le fameux concert spirituel fondé par Anne Danican Philidor et dont les séances, données aux jours où l'observation des fêtes religieuses suspendait les représentations de l'Opéra, ne prirent fin qu'à l'entrée de la Révolution. Son répertoire, pendant cet espace d'environ soixante ans, s'alimenta d'oeuvres vocales et instrumentales composées par des maîtres français, et d'importations étrangères, que leurs auteurs venaient souvent apporter ou exécuter en personne. En 1762, les musiciens ordinaires du concert étaient au nombre de 93, dont 53 chanteurs et 40 instrumentistes, non compris le premier et le second chefs d'orchestre, Dauvergne et Aubert. Les séances servaient de modèle à celles des académies de province, et leur succès fit naître à Paris, vers 1775, une entreprise rivale, le concert des amateurs, appelé Concert de la loge olympique, du nom du local où il se transporta en 1780. Pendant la Révolution, le public parisien fréquenta le Concert de la rue de Cléry et les « exercices » publics des élèves du Conservatoire, où furent pour la première fois entendus en France quelques fragments des Symphonies de Beethoven

Vers 1825-1830, les séances de l'école de Choron procurèrent la connaissance de plusieurs oeuvres de Haendel et de maîtres anciens. Le 9 mars 1828 eut lieu, sous la direction de Habeneck, la première séance de la Société des Concerts du Conservatoire. On y exécuta la Symphonie héroïque de Beethoven. La perfection des exécutions a placé au premier rang des orchestres du monde cette société, qu'ont dirigée successivement, depuis 1828, Habeneck; 1849, Girard; 1860, Tilmant; 1864, Hainl; 1872, Deldevez; 1885, Garcin; 1892, Taffanel; 1901, Marty; 1908, Messager. Plusieurs tentatives furent faites, vers le milieu du XIXe s., pour établir d'autres concerts, auprès du Conservatoire et dans des conditions plus accessibles. La Société dés jeunes artistes, la Société Sainte-Cécile précédèrent, sans réussir, les Concerts populaires fondés et dirigés par J. Pasdeloup; dont la première séance eut lieu le 27 octobre 1861 et qui rendirent pendant un quart de siècle les meilleurs services. 

L'Association artistique, plus connue sous les noms de Concerts du Châtelet, ou Concerts Colonne, fut fondée en 1874 par Ed. Colonne, la Société des nouveaux Concerts, par Lamoureux, en 1880.

Après sa construction en 1878, la salle des fêtes du palais du Trocadéro a abrité de nombreux festivals et des concerts d'orgue, entre lesquels ceux d'Alexandre Guilmant méritent une mention particulière.  Auprès d'eux, les Concerts de la Schola Cantorum, succédant aux séances des « Chanteurs de Saint-Gervais », ont développé le goût des auditions . historiques et préparé un public à la Société Bach, à la Société, Haendel, à la « Société des instruments anciens ». 

On ne doit pas oublier l'activité des groupements consacrés à la musique de chambre et notamment le travail de la Société des derniers quatuors de Beethoven, pour la diffusion de ces suprêmes chefs-d'oeuvre. Le rôle des concerts dans la vie musicale ne s'est pas développé d'une façon moins continue ni moins large dans les autres nations de l'Ancien et du Nouveau Monde. Les concerts se sont donnés d'abord en Italie dans les églises et dans les « hôpitaux » ou orphelinats, qui furent le berceau des Conservatoires; en chaque grande ville de la péninsule se sont créé de brillantes institutions symphoniques ou chorales. 

En Belgique, les Concerts du Conservatoire de Bruxelles ont tenu, sous la direction de Gevaert, une place importante dans la culture de l'art. La Grande-Bretagne a compté de bonne heure un nombre élevé de sociétés et d'entreprises de concerts, entre lesquelles on nommera, à Londres, l'Academy of ancient music (Académie de musique ancienne) (1710-1792), le Professionnal Concert (1785), la Philharmonic Society (1813), les Concerts du Cristal Palace, les Monday and Saturday popular Concerts (Concerts populaires du lundi et du samedi), la Sacred harmonic Society, etc., et, dans les grandes villes du Royaume-Uni, le Manchester orchestra, les unions chorales de Glasgow, Edimbourg, etc. 

La plus célèbre des institutions de concerts de l'Autriche, celle de la Société des Amis de la musique, à Vienne, date de 1772. Les Concerts du Gewandhaus (halle aux draps) de Leipzig furent fondés en 1781, comme suite à des séances inaugurées en 1743; dirigés successivement par Holler, Mendelssohn, Reinecke, ils furent la citadelle du classicisme en Allemagne, pour la musique instrumentale. La Singakademie (Académie de chant) de Berlin représentait les mêmes traditions pour la musique vocale. 

Chicago, où se donnent les séances de l'orchestre fondé en 1869 par Théodore Thomas, Boston, New York, Philadelphie, Cincinnati rivalisent depuis longtemps avec les cités de la vieille Europe pour l'activité de leurs concert. 

Partout, aux grandes séances symphoniques, s'ajoutent les auditions de musique de chambre, de musique purement vocale, et celles que donnent individuellement les virtuoses. 

Le nom de concert a servi quelquefois de titre à des oeuvres musicales, par exemple aux Concerts sacrés (Geistliche Concerte), à plusieurs voix avec basse continue, de Henri Schütz (1636 et 1639), à la Sérénade ou « Concert divisé en 3 suites », de Montéclair (1697), au Concert pour piano, violon et quatuor à cordes, d'Ernest Chausson (1891). (Michel Brenet).
.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.