.
-

Clavier

Clavier, n. m. - Partie de l'orgue, du piano, du clavecin, du carillon, etc., formée de la réunion des touches; primitivement appelées claves, qui, sous la pression des mains ou des pieds, commandent le mécanisme producteur du son. Quelques représentations figurées des claviers de régales, ou orgues portatives, que nous ont laissées les peintres de la fin du Moyen âge, montrent les touches, en forme de bâtonnets, sortant du corps de l'instrument, sans châssis ni soutien. Cette construction est restée partiellement en usage pour les claviers de carillons. Les mêmes documents font apercevoir la nature exclusivement diatonique de certains claviers d'orgue, dont Praetorius (1619) cite encore des exemples et qui ne comprenaient par octave qu'une seule note altérée, le B rond, ou si bémol. Mais dès le XIVe s. existaient cependant des claviers chromatiques de 12 touches par octave, disposées, ainsi que de nos jours, sur deux rangs mélangés, sept d'entre elles, correspondant aux sons de la gamme diatonique, étant de plus grande longueur, et les 5 autres, appelées feintes, placées un peu en retrait, avec une légère différence de niveau, correspondant aux notes altérées, classées dans la musica ficta. La dimension des touches, ou marches, variait assez sensiblement pour que la largeur passât, selon l'instrument, de 0,144 m à 0,180 m par octave. 

On distinguait non seulement par leur position, mais par leur couleur, les feintes des notes diatoniques, celles-ci étant généralement de bois blanc, et les autres d'ébène ou de bois noirci, comme dans les claviers modernes, et parfois inversement. Les instruments de luxe comportaient des touches revêtues d'argent, de nacre, d'ivoire ou de bois gravé, quelquefois très désagréables au toucher. L'étendue du clavier, suivant le genre ou l'importance de l'instrument, a varié de une octave (régales) à quatre (orgues ou clavecins) dès le XVe s. et a suivi depuis ce temps une progression constante. Les clavecins « à ravalement » de Dumont, avaient 5 octaves. Le piano de Broadwood, de Londres, que jouait Beethoven en 1817, en avait six, de ut en ut. Le clavier de 7 octaves est normal aujourd'hui. A l'orgue, on est passé peu à peu du primitif clavier de régales à des systèmes de 2, 3, 4 et 5 claviers manuels comptant chacun 7 octaves, ou 67 touches, plus un clavier de pédales de 32 notes. 

Les claviers manuels sont étagés à des distances et à des hauteurs calculées pour la. commodité du jeu. Le clavier de pédales fonctionnant par simple tirasse ou appel des notes du clavier manuel était en usage dès le XVe s. Mais le clavier de pédales indépendant, par lequel on actionne sans le secours des mains un nombre donné de notes et de jeux, était une nouveauté en France au temps de Titelouze (1623) et ne fut acclimaté en Angleterre qu'en 1790. Les marches y consistaient en courtes chevilles établies sur deux rangs et inclinées vers l'organiste; on les remplaça avec avantage par les leviers allongés des facteurs allemands, qui permettent la liaison des sons par l'emploi alterné, pour les touches voisines, de la pointe du pied et du talon. Dans tous les claviers, s'est maintenu l'ordre de succession chromatique adopté depuis l'origine et qui intercale à leur rang les 5 touches, colorées et raccourcies, des notes altérées, parmi les 7 touches blanches et allongées de la gamme naturelle. 

Des modifications à cet ordre ont été plusieurs fois proposées par des théoriciens désireux d'introduire un partage des sons de la gamme autre que celui du tempérament, ou par, des inventeurs se flattant de faciliter le jeu. Au premier ordre d'idées appartenaient l'arcicembalo de Vicentino, (1555), le clavicembalo de l'organiste Luython, qui avait 77 touches, en trois claviers, pour quatre octaves, et devait, permettre l'usage des trois genres, diatonique, chromatique et enharmonique. Les tentatives analogues de l'époque moderne sont pareillement restées à l'état de curiosités scientifiques. On y range les claviers de Bosanquet (1848 et 1853), qui divisaient l'octave en 48 ou en 53 sons, celui de Perronet Thompson (1850), en 40 sons. Le clavier de Winzenhörlein, dit Vincent, excita quelque sensation en Allemagne (1874); qualifié de chromatique, il disposait deux rangées égales de touches de manière à fournir chacune une gamme de six tons entiers (touches noires : ut# mib fa sol la si; touches blanches : ut ré mi fa# la bémol si bémol ut).

Le clavier du facteur hongrois Paul von Janko (1882) avait pour but, en réduisant la largeur occupée par les touches, de permettre l'exécution des accords plaqués de douzième, treizième, etc.; il présentait un aspect analogue à celui de la machine à écrire, avec six rangs de courtes touches. Le double clavier renversé de Mangeot (1878), que jouait, le pianiste Zarembski, superposait dans une seule caisse deux mécanismes complets de pianos établis en sens contraire, l'un selon l'ordre habituel, l'autre ayant les sons graves à droite, les sons aigus à gauche du virtuose. 
Le clavier transpositeur, dont l'adaptation à l'harmonium est fréquente, consiste en un second clavier mobile qu'un système de glissières permet de transporter à, un ou plusieurs degrés au-dessus ou au-dessous du clavier normal; ses touches transmettent à celui-ci la pression exercée par les doigts de l'exécutant, qui joue dans un autre ton sans opérer de transposition mentale ni écrite, comme s'il se servait d'un corps de rechange. Le clavier muet que l'on fabrique pour soulager les parents et les voisins du bruit des études enfantines est, comme son nom l'indique, une boîte garnie de touches semblables à celles d'un piano, mais qui n'agissent pas sur un mécanisme sonore; il n'est d'aucune utilité pédagogique, puis qu'il néglige l'éducation de l'oreille et celle de la sensibilité tactile. 

Le mot clavier ou Klavier (pron. clafîre) désigne dans la langue allemande, depuis le XVIIe s., tous les instruments à cordes et à clavier, en sorte que la spécification du clavecin. ou clavicymbel et du clavicorde reste souvent douteuse. Les méthodes d'Emmanuel Bach (1753) et de Marpurg (1755) laissent cette spécification dans l'ombre. Sur le frontispice gravé du Clavierübung de Kuhnau (1689) on voit une épinette, et sur celui de son Zeitvertreib destiné au même instrument, on aperçoit un grand  clavecin. De nos jours, le mot Klavier désigne uniformément le piano. (Michel Brenet).
.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.