.
-

Zurich
Zurich, Thuricum, est une ville de Suisse, à l'extrémité Nord du lac de Zurich, et à 87 kilomètres de Berne, sur la Limmat, ainsi que sur la Sihl; ces deux rivières y opèrent leur confluence. C'était, avant 1848, l'un des trois sièges alternatifs de la diète et du gouvernement fédéral. La ville est restée la capitale économique de la Suisse  et possède des établissements financiers de premier ordre. Population : 342 000 habitants, en 2014. 

La ville est en plaine sur la rive gauche de la Limmat, tandis qu'elle s'élève, sur la rive droite, en gradins qui gravissent le versant du Zurichberg. Le site est très pittoresque; du quai élevé le long du lac on jouit d'une magnifique vue sur les Alpes. 

Les rues sont étroites et irrégulières et les maisons et les édifices sont généralement anciens et pittoresques. Zurich possède deux églises dont la construction remonte au XIe siècle, la cathédrale ou Gross-Munster, sur un monticule, avec deux clochers presque entièrement modernes,  et le Fraumunster (Frauenmunster),  sur l'autre rive, qui jouissait de privilèges importants que lui avait conférés un roi d'Allemagne. 

On remarque aussi l'église de Saint-Pierre, de 1705, sur une petite colline; l'hôtel de ville, de la fin du XVIIe siècle, avec une grande porte ornée de marbre noir et diverses curiosités; la tour de Wellenberg, la prison où furent enfermés les comtes de Habsburg et de Rapperschwyl, le bourgmestre Waldmann et le ministre Waser; l'hôtel de la Diète; la promenade en terrasse nommée Lisdenhof; le Hirtzengarten et le Freschengraben; le Katze, bastion élevé d'où l'on a une vue splendide; le Platz, avec la statue de Gessner, qui était natif de cette ville, tout comme Pestalozzi, Lavater, Bodmer, etc.
-

Zurich
Zurich son lac; en médaillon : ancienne vue de la cathédrale.
-
Les environs de la ville sont très agréables et offrent plusieurs belles promenades, entre autres le grand parc de Belvoir, donné à la ville par un de ses bourgeois, et l'Utliberg, sommet de la chaîne de l'Albis d'où l'on jouit d'une vue magnifique sur la ville et sur les Alpes.

Le lac de Zurich a 40 kilomètres de longueur et 3 de largeur; sa profondeur atteint 200 mètres en certains endroits : le détroit de Rapperschwyl le divise en lacs supérieur et inférieur. C'est un des plus beaux lacs de l'Europe à cause de l'aspect riant et varié de ses rives; il reçoit le Linth et donne naissance à la Limmat. 
-

Photo de Zurich.
Ancienne photo de Zurich et du lac.
-
Le canton de Zurich

Zurich est le chef-lieu du canton de Suisse du même nom. Celui-ci est borné au Nord par le Rhin et le canton de Schafthouse, à l'Est par la Thurgovie et Saint-Gall, au Sud par les cantons de Zug et de Schwytz, à l'Ouest par l'Argovie; superficie : 1723 km²; population 1,4 million habitants (en 2014) de langue allemande, en majorité protestants.

Géographiquement, le caton de Zurich appartient au plateau suisse et au bassin du Rhin. Il y a cependant aux frontières Sud et Est quelques sommets, dont le plus élevé a 1295 m. Quelques chaînes de collines traversent le pays : le Pfannenstiel, le Zurichberg et l'Albis. 

Les vallées ne sont pas profondément tracées; la plus importante est celle de la Limmat. Les principales rivières sont, outre le Rhin qui forme la frontière sur une longueur de 25 km environ, la Limmat, la Thur, la Toess, la Glatt. Il y a plusieurs lacs : ceux de Zurich, de Greifensee et Pfaeffikon sont les plus grands.

Le climat est variable, assez doux sur les rives du lac, plus froid dans le reste du pays. Une grande partie du territoire est agricole et vinicole; beaucoup d'arbres fruitiers. Cependant l'industrie et les services sont les occupations dominantes de la population. Les usines les plus considérables de la Suisse sont d'ailleurs dans le canton de Zurich.

Le canton de Zurich est une république démocratique représentative avec referendum et droit d'initiative populaire (constitutionde 1869). Le pouvoir législatif est exercé par le conseil cantonal élu pour trois ans par le peuple au suffrage universel; le pouvoir exécutif, par le conseil exécutif élu également pour trois années par le peuple; le pouvoir judiciaire, par la cour suprême composée de neuf membres nommés pour six ans par le conseil cantonal. Le canton est divisé en douze districts.

Histoire.
Zurich a pour origine un château romain autour duquel s'étendit une ville à l'époque du royaume franc. Les droits de suzeraineté appartenaient en partie au roi, en partie à l'abbesse de Notre-Dame. Le pays fit partie du duché de Souabe, puis retourna à l'Empire. L'empereur Frédéric II, donna à la ville une charte de ville impériale (1218). Les menées de la maison de Habsbourg-Autriche engagèrent Zurich à s'allier avec les cantons forestiers, ce qui ne l'empêcha pas de poursuivre une politique hostile aux confédérés, notamment à l'époque du bourgmestre Brun et de Stussi qui s'allièrent avec la maison d'Autriche contre les Suisses. La bataille de Saint-Jacques sur la Birse (1444) fut la conséquence de cette politique. 

Zurich fut l'initiateur de la réforme religieuse en Suisse; Zwingli,  qui y introduisit la Réforme en 1523, était curé dans cette ville. 

Masséna y battit les Austro-Russes en 1709.

Il y eut en 1794 une révolte, qui fut promptement réprimée, de la campagne contre la ville dont la domination était très dure. Sauf à de rares intervalles de peu de durée, le gouvernement fut aristocratique et oligarchique jusqu'en 1830. A cette époque, Zurich se mit avec Berne à la tête du parti radical suisse. Il y eut en 1839, à cause de la nomination du rationaliste David Strauss comme professeur à l'Université de Zurich, une émeute populaire fomentée par un pasteur, à la suite de laquelle le parti conservateur vint au pouvoir, mais il n'y resta que six ans. 

Zurich joua avec Berne un rôle prépondérant dans la guerre civile du Sonderbund et dans la question de la révision fondamentale des institutions politiques de la suisse, qui aboutit à la constitution fédérale de 1848.  (Dr Gobat).
-

Le Traité de Zurich

On connaît sous le nom de Traité de Zurich le traité conclu le 10 novembre 1859 entre l'Autriche, la France et la Sardaigne sur les bases des préliminaires de Villafranca (11 juillet); il préparait l'unité italienne. L'Autriche cédait à la France, qui les rétrocédait à la Sardaigne, ses droits sur la Lombardie, excepté les places de Peschiera et Mantoue; la Sardaigne prenait à sa charge les trois cinquièmes de la dette lombardo-vénitienne et 40 millions de florins de l'emprunt de 1854. Le projet de confédération italienne et les réclamations des princes expulsés de Parme, Modène et Toscane, visées dans les préliminaires, furent passés sous silence. 

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2014. - Reproduction interdite.