.
-

La cathédrale Saint-Etienne, à Toulouse

La cathédrale Saint-Etienne, à Toulouse, est formée d'un choeur et d'une nef entièrement différents d'aspect et non construits sur le même axe. En effet, la nef a été bâtie à partir de 1211 sous l'impulsion du comte Raymond VI, dont on voit encore les armoiries sculptées sur l'une des clefs de la voûte; c'est une imposante construction de briques comportant trois travées de plan barlong, larges de 19,24 m, voûtées de massives ogives au profil rectangulaire, dont l'arc est à peine brisé, et d'arcs doubleaux très puissants, qui sont actuellement dépourvus de piédroits, bien qu'à la naissance de la voûte soient encastrés dans le mur de forts chapiteaux. Ces chapiteaux, ainsi que ceux qui forment l'arcature de la galerie intérieure du mur de façade, sont d'un très beau style roman, imités du type corinthien, la perfection et le relief de leur sculpture ne permettent pas d'y voir, comme le voudraient les érudits toulousains, des restes de l'église' cathédrale bâtie par l'évêque Izarn (1070-1105).

Cette nef est décorée d'une clef de voûte, où la croix de Toulouse est sculptée, et d'une rosace de 6,76 m de diamètre, à compartiments nombreux, ciselés avec délicatesse, et dont le remplage rappelle celle de la façade de Notre-Dame de Paris, mais avec plus de lourdeur, et qui peut être datée de 1230. Il a quelques beaux vitraux. Un jubé à bas-reliefs et à arabesques de mauvais goût le sépare de la nef. Le portail est du XVe siècle; il a beaucoup souffert des injures du temps, et du vandalisme de la Révolution. On devait construire une nef latérale; mais ce projet fut abandonné : de là l'irrégularité de la disposition générale. 
-

Toulouse : cathédrale Saint-Etienne.
La cathédrale Saint-Etienne, à Toulouse.
 (Photo : S. Jodra, 2008).

L'évêque Bertrand de l'Isle conçut le projet de construire une cathédrale semblable à celles du Nord de la France, et il fit commencer en 1273 la construction d'un choeur avec collatéral et chapelles sur le pourtour, bâti en pierre de Roquefort (50 m de longueur); il n'eut le temps d'en pousser la construction. que jusqu'à la galerie en forme de triforium. A la mort de cet évêque (1286), les travaux furent presque complètement arrêtés, une toiture provisoire fut posée et ses successeurs s'occupèrent seulement des chapelles; en 1449, on commença à bâtir le grand portail qui s'ouvre sur la façade de la vieille nef. L'archevêque Jean d'Orléans reprit les travaux dans le choeur, dont il termina les chapelles; les contreforts en furent surélevés pour permettre la construction d'arcs-boutants.

Le clocher fut commencé à cette époque sur le côté de la vieille nef, c'est une tour rectangulaire très massive. Le choeur, brûlé dans les premières années du XVIIe siècle, fut reconstruit de 1609 à 1612; il représente le commencement d'une nouvelle église qui n'a pas été continuée, et son axe ne répond pas à celui de la nef. Le chapitre, avec l'aide du Parlement et des Etats de Languedoc, fit construire la voûte par P. Levesville, maître maçon d'Orléans, qui la termina en 1611; alors on sculpta les stalles et les boiseries de l'orgue. De 1664 à 1669, l'architecte Pierre Mercier éleva le grand retable du maître autel; dans ce retable de pierre et de marbre, Gervais Drouet sculpta le groupe de la lapidation de saint Etienne. (Martin).
-

Toulouse : cathédrale Saint-Etienne.
La nef de la cathédrale Saint-Etienne, à Toulouse.
 (Photo : S. Jodra, 2008).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.