.
-

Saint-Amand

Saint-Amand-de-Coly est une commune de France, dans le département de la Dordogne; population : 360 habitants. Ruines d'une abbaye d'augustines et d'une église (mon. hist.).
Saint-Amand-en-Puisaye est une commune de France, dans le département de la Nièvre, arrondissement de Cosne; population : 1400 habitants. Château de la Renaissance bâti, de 1530 à 1540, par Catherine de Faudoas veuve d'Antoine de Rochechouart.
Saint-Amand-les-Eaux est une commune de France, dans le département du Nord, arrondissement de Valenciennes, au confluent de la Scarpe et de l'Elnon, sur les deux rives de la Scarpe canalisée, au Nord des forêts de Raismes et de Vicoigne; population : 17.200 habitants. 
-
Saint-Amand-les-Eaux : hôtel de ville.
Façade de l'hôtel de ville de Saint-Amand-les-Eaux, au début du XXe s.

A 3 km, à l'Est, établissement thermal avec 5 sources sulfatées calciques (source Fontaine-Bouillon) de 19° à 25° C, connues des Romains, délaissées au Moyen âge, captées en 1697 sur l'initiative du maréchal de Boufflers et de Vauban : on trouva alors dans le gouffre plus de 200 statues colossales mutilées qui n'ont pu être conservées. Eglise paroissiale de 1785. Ancienne abbaye bénédictine, dont il subsiste un pavillon (qui sert d'hotel de ville, avec salle en rotonde peinte par Louis Watteau en 1782), et une façade monumentale, de la plus riche architecture, avec coupole, élevée de 80 m, oeuvre de mauvais goût, parade à l'espagnole, sur les plans de Dubois, abbé de Saint-Amand (1632-1640), et qui masque une petite église. 
-

Saint-Amand-les-Eaux : ancienne église.
L'ancienne église abbatiale 
de Saint-Amand-les-Eaux

L'antique forêt d'Elnon, qui subsistait encore an temps où saint Amand, apôtre des Flandres, évêque de Tongres et de Maastricht, l'ami de Dagobert, fonda le monastère (647) qui a donné son nom (XIe siècle) à la localité portant auparavant le nom d'Elnon, n'est plus représentée que par les bouquets de bois des forêts de Raismes et de Vicoigne. La ville fut d'abord une place forte, prise et reprise, qui souffrit beaucoup des guerres internationales au XVIe siècle et eut ses remparts détruits par les Français au XVIIe siècle (1667) : ses eaux lui ont amené une prospérité constante depuis lors.

Saint-Amand-Montrond est une commune de France, dans le département du Cher, sur la rive droite du Cher, en face d'Orval, à l'embouchure de la Marmande et dans le canal de Berry, au pied de la colline isolée de Mont-Rond (196 m); population : 11.500 habitants. Eglise des XIIe et XIIIe siècles : porte en plein cintre du XIIIe siècle. Ancien couvent des Carmes. Maisons du XVe au XVIIe siècle. Sur la colline, ruines informes du château de Mont-Rond, forteresse puissante, à laquelle la ville doit son origine et qui jusqu'à la Fronde a gardé son importance. Ce château, fondé au Xe siècle par un seigneur de Charenton, appartint à Sully qui s'y retira sous la régence de Marie de Médicis. Le grand Condé y séjourna pendant son enfance et s'y appuya dans sa révolte; prise en 1652 par les troupes royales, la forteresse fut démantelée. A 4 km Est-Nord-Est, sur une crête boisée, à droite de la Marmande, tour Malakoff, élevée en souvenir de la guerre de Crimée, considérée comme le centre géométrique de la France avant l'annexion de la Savoie et la perte de l'Alsace.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2009. - Reproduction interdite.