.
-

Pont Saint-Michel, à Paris (IVer'arrondissement et Ver'arrondissement). - Ce pont relie le Boulevard du Palais entre les quais du Marché-Neuf et des Orfèvres (Ile de la Cité), et la Place-Saint-Michel, située les quais Saint-Michel et des Grands-Augustins. 
« En 1378, dit Sauval, on proposa de faire le pont Saint-Michel. L'Elu de Sens, et Ferry de Metz, conseillers de la cour, furent nommés commissaires par le roi, pour avoir l'avis là dessus, aussi bien du parlement, du chapitre Notre-Dame, que du prévôt de Paris et des bourgeois. On s'assembla au palais où se trouvèrent deux présidents, soixante-sept conseillers, le doyen, le chantre, le pénitencier, avec quatre chanoines, et de plus cinq bourgeois. »
D'un commun accord il fut décidé qu'il était utile d'entreprendre ce pont, et sur-le-champ il fut ordonné au prévôt de Paris d'en commencer les travaux.On y employa les vagabonds, les joueurs et les escrocs. Ce pont, construit en pierre, ne fut terminé qu'en 1387, sous Charles VI. Il fut d'abord appelé Petit-Pont, ensuite Petit-Pont-Neuf, et simplement Pont-Neuf. Cet édifice, mal construit, fut le 31 janvier 1408 entraîné par les glaces, qu'un hiver rigoureux avait amoncelés. Les registres du parlement mentionnent ainsi cet accident : 
« Iceux glaçons par leur impétuosité et heurt ont aujourd'hui rompu et abattu les deux petits ponts (le Petit-Pont et le pont Saint-Michel). L'un étoit de bois, joignant le petit Chastelet, l'autre de pierre appelé le Pont-Neuf, qui avoit été fait puis 27 ou 28 ans; et aussi toutes les maisons qui estoient dessus, qui estoient plusieurs et belles en lesquelles habitoient moult ménagiers de plusieurs états et mestiers, comme taincturiers, escrivains, barbiers, cousturiers, esperonniers, fourbisseurs, frippiers, tapissiers, chasubliers, faiseurs de harpes, libraires, chaussetiers et autres. N'y a eu personnes de périllées, Dieu merci ! » 
Ce pont fut rebâti en pierre cette même année. En 1424, il prit la dénomination de pont Saint-Michel, en raison de sa proximité de la chapelle de ce nom. En 1547 il fut emporté par les glaces et rebâti en bois; détruit une troisième fois le 30 janvier 1616, une compagnie se présenta pour le reconstruire; elle s'engageait à bâtir le pont en pierre, à faire élever de l'un et de l'autre côté trente-deux maisons, à condition qu'elle jouirait des revenus de ces propriétés, pendant 60 années. Cette compagnie promettait en outre de payer un écu d'or de redevance annuelle. A l'expiration de cette concession, la propriété devait retourner au roi. En 1657, on modifia les termes de cette convention. En 1672, le roi abandonna la propriété de ce pont moyennant une somme de 200.000 livres 12 deniers de cens et 20 sous de rente par chacune des trente-deux maisons. Un édit du roi, de septembre 1786, rappelant un autre édit de 1769, porte : que les maisons élevées sur les ponts de Paris, seront abattues. Une nouveau décret commandant cette démolition fut publié sous l'empire : 
« Au camp de Tilsit, le 7 juillet 1807. Napoléon, empereur des Français et roi d'Italie. Sur le rapport de notre ministre de l'intérieur, nous avons décrété et décrétons : 
Article Ier. Les maisons domaniales et autres qui couvrent le pont Saint-Michel, celles qui obstruent les abords du petit cours de la Seine, sur les rues Saint-Louis, du Hurepoix et de la Huchette, ainsi qu'en retour sur le Marché-Neuf, seront démolies.

Art. 2°. Les démolitions commenceront par les maisons qui couvrent le pont Saint-Michel, le 1er septembre prochain, et pour les autres maisons désignées dans l'article ci-dessus, le 1er janvier 1808. Signé Napoléon » . 
Cette amélioration n'a été exécutée qu'en 1809. Ce pont se compose de quatre arches à plein cintre. Sa longueur entre les culées est de 57,60 m; sa largeur entre les têtes est de 25,10 m. (L.).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.