.
-

L'ordre ionique

L'ordre ionique est un ordre d'architecture, qui tient le milieu entre ce que les architectes de la Renaissance appelaient  l'ordre mâle (ordre dorique) et solide et l'ordre délicat ou féminin (ordre corinthien). Il est le premier que les Grecs joignirent au dorique; c'est dans leurs colonies d'Asie Mineure, en Ionie, qu'il aurait, pris naissance. Il se distingue principalement par son chapiteau, composé de moulures et de deux grandes volutes ou enroulements en spirale formant coussinet entre cette partie du chapiteau et le tailloir

La plupart des ornements à moulures peuvent concourir à la décoration de cet ordre, dont la colonne est souvent cannelée et même rudentée. Il existe aussi des exemples d'ordre ionique dont la corniche d'entablement est chargée de modillons, bien que l'existence de ceux-ci puisse passer pour une licence ou une anomalie, si l'on consulte Vignole pour l'établissement de cet ordre.
-

Ordre ionique.
Ordre ionique.
1, ensemble de la colonne;
2, détails des profils;
3, entre-colonnement.

Entre-colonnement ionique sans piédestal.
On divise la hauteur donnée en vingt-deux parties et demie, et l'une d'elles sert de module que l'on divise en dix-huit parties. La colonne de cet ordre devra avoir dix-huit modules, y compris la base et le chapiteau; l'architrave, un module et quart; la frise, un module et demi, et la corniche, un module trois quarts de cette manière l'entablement, formé de ces trois parties ensemble, aura quatre modules et demi, qui font le quart de la hauteur totale de la colonne.

Portique ionique sans piédestal. 
On donne trois modules de largeur à chaque pied-droit de l'arcade, laquelle a huit modules et demi d'ouverture; sa hauteur est double de cette ouverture, c'est-à-dire qu'elle atteint dix-sept modules.

Portique ionique avec piédestal.
On divise la hauteur en vingt-huit parties et demie. Le piédestal en mesure six de hauteur; la colonne, y compris la base et le chapiteau, en a dix-huit. L'ouverture des arcades est de onze modules, leur hauteur de vingt-deux, enfin la largeur des pieds-droits est de quatre.

Entablement et chapiteau ioniques. 
Cet entablement mesure quatre modules un neuvième de hauteur, et le chapiteau un module un dixième; quant aux volutes, on les trace au moyen de deux lignes verticales distantes chacune d'un module de chaque côté de l'axe de la colonne; ces deux lignes, qui servent à déterminer le centre des yeux des volutes, se nomment cathèles.

Piédestal et base ioniques.
Le piédestal a six modules, qui se décomposent de la façon suivante : corniche, un demi-module; , cinq modules; base, un demi-module; quant aux bases de colonne, elles mesurent un module de hauteur. (Bosc).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.