.
-

Nef

Le mot nef, qui vient du latin navis, vaisseau, indique surtout la partie d'une église située en avant de l'autel et dans laquelle se tiennent les fidèles pour suivre les offices. C'est le plus souvent un grand espace rectangulaire, s'étendant depuis l'entrée principale jusqu'à la croisée du transept, et, quand il n'y a pas de transept, jusqu'au choeur

En dehors des églises circulaires, des églises polygonales et de certaines églises de l'Orient; dans lesquelles la nef, de forme diverse, est peu étendue en longueur, la nef du plus grand nombre des églises rappelle assez bien la grande salle des basiliques antiques, ce qui se conçoit, car les basiliques furent les édifices païens qui s'adaptèrent les premiers et aussi le mieux à la célébration du culte chrétien après la conversion de l'empereur Constantin

Dans les basiliques romaines, devenues églises latines, puis dans les églises romanes construites à l'imitation de ces basiliques, deux rangées de colonnes et, plus tard, deux rangées d'arcades, divisaient, dans le sens de la longueur, la grande salle en trois nefs parallèles : une grande ou maîtresse nef, la nef principale, au milieu, et deux nefs, les nefs latérales, moins larges et moins élevées et situées à droite et à gauche de la première. 

Cependant quelques églises n'ont qu'une seule nef, et les archives du chapitre de la cathédrale de Girone (Espagne) conservent encore les discussions d'une junte d'architectes réunie par l'évêque en 1416 pour décider s'il convenait de réédifier la cathédrale de cette ville à une seule nef ou à trois nefs.

D'autres églises, appartenant à des ordres monastiques, se composent de deux nefs égales en longueur, en largeur et en hauteur, semblables en cela à certaines salles affectées à des services monastiques ou civils : l'ancienne salle du réfectoire du prieuré de Saint-Martin-des-Champs, devenue ensuite la bibliothèque du Conservatoire des arts et métiers à Paris, et l'ancienne grand-salle du Palais, la salle des Pas-perdus du Palais de Justice sur le boulevard du Palais, à Paris.

Les premières grandes cathédrales gothiques du XIIIe siècle avaient le plus souvent une nef principale et deux nefs collatérales allant du portail occidental jusqu'au choeur; car, dans beaucoup de ces églises, écrit Viollet-Le-Duc (Dictionnaire de l'Architecture, VI, p. 413), les transepts ne furent ajoutés qu'à la fin du XIIIe siècle ou au commencement du XIVe siècle. Mais, à partir de cette époque, des chapelles furent établies entre les massifs saillants servant de base aux contreforts ou arcs-boutants et dépassant les murs des basses-nefs, et les dernières travées de la maîtresse nef, celles rapprochées du choeur, furent sacrifiées à la création des transepts. 
-

Cesky Krumlov : nef d'une église.
La nef d'une église de Cesky Krumlov (République Tchèque).Photo : © Angel Latorre, 2008.

Puis le nombre des nefs fut porté de trois à cinq, comme aux cathédrales Notre-Dame de Paris et de Bourges, et même jusqu'à sept, comme à la cathédrale d'Anvers. The Dictionary of Architecture (Londres, 1877, in-4, XX, N, pp. 18-19, Nave) donne un relevé des principales églises avec indication du nombre de leurs nefs et aussi des dimensions relatives de leur maîtresse nef, relevé auquel on peut se reporter; mais le lecteur trouvera, au sujet des dispositions les plus habituelles des nefs des églises, à la page Église de ce site, les plans de l'ancienne basilique de Saint-Pierre, à Rome; de la cathédrale d'Angoulême (une seule nef); de la cathédrale de Noyon (trois nefs), et de la cathédrale de Cologne (cinq nefs). 

Dans les églises latines, on appelle quelquefois avant-nef la partie comprise entre la nef et le portail, ou aussi celle placée en avant de ce portail, partie dont le véritable non est pronaos ou narthex. (Charles Lucas).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.