.
-

Le Lycée (Lykeion) était, à Athènes, un lieu, sur les bords de l'Ilissus. Il tirait son nom de Lycos, fils de Pandion, et était consacré à Apollon, qui en reçut le surnom  de Lycien (Lykeios). Son bois sacré et son gymnase (le plus ancien d'Athènes) attiraient de nombreux promeneurs et était aussi fréquenté que le Cynosarge et l'Académie.

On y trouvait des cours entourées de portiques, des salles où les philosophes et les rhéteurs réunissait leurs disciples, des pièces réservées pour les bains, des terrains préparés pour la lutte, un stade pour la course, des jardins et de beaux ombrages de platanes. C'est là qu'Aristote enseigna sa philosophie, appelée pour cette raison péripatéticienne (c.-à-d. qu'on explique en se promenant), ou simplement Le Lycée

Les murs du Lycée étaient enrichis de peintures. Plus tard, ce nom servit, notamment à Rome, pour désigner des établissements d'enseignement philosophique. Ce nom, remis à la mode par le roman du jeune Anacharsis, fut repris en France à l'époque du Consulat. En Bavière, les lycées sont des sortes d'universités inférieures et comptent peu d'élèves. A Berlin, à Darmstadt, on a désigné par ce nom des établissements féminins d'enseignement supérieur.

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.