.
-

Bruges

Bruges (en flamand Brugge) est une ville de Belgique, en Flandre occidentale;  à 100 kilomètres de Bruxelles et à 43 kilomètres de la mer du Nord; au point de jonction des canaux de Gand, de l'Écluse et d'Ostende.

Le territoire de Bruges faisait partie de l'ancienne Ménapie; saint Chrysole vint y prêcher l'évangile vers la fin du IIIe siècle;  quatre cents ans plus tard Bruges avait pris un accroissement assez considérable pour obtenir le titre de ville, Baudouin Bras de fer, premier comte de Flandre, l'entoura de murs vers 867 et protégea l'industrie et le commerce de sa nouvelle capitale. Au XIe siècle, Bruges était déjà en relations avec l'Angleterre, le Danemark et l'Allemagne du Nord; du XIIIe siècle au XVIe il fut l'entrepôt des villes Hanséatiques et dut une prospérité extraordinaire à ses fabriques de draps, de soie, de velours, de toiles et de tapis. Lorsque Philippe le Bel eut confisqué la Flandre et foulé aux pieds les privilèges des villes, ce fut Bruges qui donna le signal du soulèvement; le 18 mai 1302, jour des matines brugeoises, plus de 4000 Français furent massacrés. C'est à Bruges que Philippe le Bon institua, en janvier 1430, l'ordre de la Toison d'or. La capitale de la Flandre était alors une des plus opulentes cités de l'Europe. En 1486, le même jour, cent cinquante navires étrangers entrèrent dans son port. Malheureusement, à la fin du XVe siècle, la situation politique troublée amena des émeutes; elles effrayèrent les marchands étrangers qui émigrèrent à Anvers, et d'autre part les ports de la Flandre commencèrent à s'ensabler; les vaisseaux ne pouvant plus arriver à Bruges, si ce n'est au prix de difficultés énormes, prirent la route de l'Escaut, et bientôt de l'antique splendeur brugeoise il ne resta plus que le souvenir, quelques monuments admirables et des chefs-d'oeuvre de peinture.

 
Les armes de Bruges sont : fascé d'argent et de gueules de huit pièces, au lion d'azur, accolé d'or, brochant sur le tout. 
Les monuments.
Bruges est la ville de Belgique qui a le mieux conservé la physionomie caractéristique du Moyen âge. On y rencontre presque à chaque pas de vieilles demeures féodales couvertes de sculptures charmantes. A partir du dernier quart du XIXe siècle, on a procédé à de nombreuses restaurations architecturales souvent très heureuses. 
-
Bruges : façades de maisons.
Girouettes, fenêtres hautes, et pignons caractéristiques
de maisons le long d'un canal, à Bruges.

L'Hôtel de ville, de style gothique très élégant et très pur, date du XIVe siècle; il est de proportions plus modestes que les hôtels de ville de Bruxelles et de Louvain construits à la même époque. Il renferme des tableaux de valeur et une riche bibliothèque. 

Les Halles, de style gothique, ont été construites au XIIIe siècle, mais ont subi beaucoup de modifications malheureuses au point de vue artistique; elles sont surmontées d'un beffroi superbe haut de 107 m, qui contient un carillon de quarante-huit cloches réputé un des plus beaux de l'Europe
-


Beffroi et Halles de Bruges.

Le Palais de justice, dont la façade a été reconstruite au XVIIIe siècle, n'a rien de remarquable à l'extérieur, mais dans une de ses salles se trouve la fameuse cheminée du Franc, chef-d'oeuvre de sculpture, où figurent, au milieu d'une foule d'ornements, d'écussons et de portraits, les statues en pied de Charles-Quint, de Maximilien, de Marie de Bourgogne et de Charles le Téméraire. Ce magnifique mélange de pierre, de marbre et de bois porte la date de 1559.

Les églises. Les principales églises sont la cathédrale de Saint-Sauveur, de style gothique, mais surmontée d'une tour romane; elle a été plusieurs fois détruite par des incendies; on y voit des sculptures de Quellyn et de Fulinckx, des tableaux de Stuerbout, de van Orlcy, de Devos, de van Oost, etc. 

L'église Notre-Dame, du XIIe siècle, à la fois romane et gothique, dont la tour s'élève à 122 m; cette église mérite surtout l'attention par les trésors artistiques qu'elle possède : les tombeaux de Charles le Téméraire et de Marie de Bourgogne, décorés de statues et de bas-reliefs de cuivre; une statue de la Vierge avec l'enfant Jésus, attribuée à Michel-Ange; la tribune, en chêne sculpté, des sires de Gruthuyse, des tableaux de Pourbus, de Crayer, de Zeghers, etc.
-

Bruges : l'église Notre-Dame.
Le chevet de l'église Notre-Dame de Bruges.

La chapelle de Saint-Basile ou du Saint-Sang; ce nom lui vient de ce qu'on y conserve une relique présentée comme étant quelques gouttes de sang du Christ rapportées, dit-on, de Jérusalem par Thierry d'Alsace; d'après les chroniqueurs, ce sang se liquéfiait tous les vendredis; le miracle supposé cessa en 1340. La chapelle a une jolie façade gothique surmontée d'une tour mauresque. La châsse du Saint -Sang est une admirable pièce d'orfèvrerie du XVIIe siècle. 

La chapelle de Jérusalem, construite au XVe siècle, sur le modèle de l'église du Saint-Sépulcre. Les églises de Saint-Jacques, de Sainte-Walburge et de Sainte-Anne sont riches en tableaux anciens.

Le séminaire épiscopal est installé dans les bâtiments de l'ancienne abbaye des Dunes; sa bibliothèque est considérable; elle possède de nombreux manuscrits du Moyen âge ornés de splendides miniatures

L'hôpital Saint-Jean contient un musée de peinture de premier ordre; on y montre plusieurs tableaux de Memling  et notamment le chef-d'oeuvre de ce peintre : la châsse de Sainte-Ursule

Le musée communal renferme des tableaux d'un mérite éminent, parmi lesquels des oeuvres capitales de Memling et de Van Eyck. (L'école de Bruges)

Bruges a érigé des statues à Memling, à Van Eyck, à Simon Stevin; les deux premières sont l'oeuvre de Pickery, la dernière est due à Simonis. Le sculpteur Devigne a créé un groupe de dimensions colossales, représentant Breydel et de Coninck, les chefs du mouvement patriotique de 1302;.

Bruges a donné naissance à un grand nombre de personnages célèbres; citons notamment : Louis van Berken, inventeur de l'art de tailler les diamants, né en 1476; Colard Mansion, qui introduisit la typographie à Bruges, mort en 1484; Pierre de Witte, peintre, sculpteur et architecte, plus connu sous le nom de Candido, né vers 1548 ; François Pourbus, peintre d'animaux, mort en 1580; Josse Damhouder, jurisconsulte, mort en 1581; Simon Stevin, inventeur du calcul décimal, mort en 1635; Grégoire de Saint-Vincent, mathématicien, mort en 1667; Jacques et Jean-Jacques van Oost, père et fils, peintres du XVIIe siècle; Ch. de Brouckere, homme d'État, mort bourgmestre de Bruxelles, en 1860. (E. H. / Paul Leprieur).
-

Bruges : un canal.
Un canal tranquille de Bruges. Le nom de Bruges, souvent surnommée la Venise du Nord
semble provenir du vieux norrois mot Bryggia  (= lieu d'amarrage). Autrefois, les canaux étaient
importants pour l'acheminement des marchandises. Aujourd'hui, ils sont empruntés
exclusivement par les bateaux touristiques. Photos : The World Factbook.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.