.
-

Biarritz
Biarritz (en basque Miarritze, langue de rocher) est une commune de la France, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, à l'extrémité intérieure du golfe de Gascogne. Population : 30 000 habitants

La ville de Biarritz, vieille localité basque, appartenait jadis au pays de Labourd. Mentionnée dans l'histoire dès le XIIe siècle, elle avait déjà à cette époque une certaine importance. On se livrait alors à la grande pêche dans le golfe de Gascogne. Les Basques du littoral, hardis marins, allaient sur leurs galères traquer et harponner les baleines, qui venaient en ces temps-là, de septembre à juin, s'aventurer nombreuses dans ces parages. Biarritz était un des grands entrepôts où s'entassaient dans de vastes magasins les produits de ces expéditions périlleuses. Son importance en devint considérable. Ses habitants, riches de leur fructueuse industrie, payaient chaque année de fortes dîmes au chapitre de Bayonne. Malheureusement, cette prospérité n'eut qu'un temps. 
-

Biarritz.
Biarritz au début du XXe siècle.

A la fin du XIIIe siècle déjà, les baleines, poursuivies avec trop de vigueur sans doute, commençaient à déserter le golfe et émigraient vers le Nord. En 1272 notamment, la pêche à la baleine devenait si peu productive que le gouvernement anglais, qui régnait alors en Guyenne, en concédait le droit, droit régalien, à tous les marins de Biarritz et d'Anglet indistinctement, moyennant la redevance annuelle très minime de 15 livres de Morlaas. De plus en plus, les baleines disparurent; les grandes pêches de jadis ne furent bientôt plus qu'un souvenir, et Biarritz, autrefois si riche, si animé, tomba pour des siècles au rang d'un pauvre hameau sans importance.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, après quatre cents ans d'oubli, Biarritz devint une petite ville splendide aux magnifiques hôtels, aux somptueuses villas. C'est surtout pendant la période du second Empire que Biarritz s'est merveilleusement développée. Les séjours annuels qu'y faisait la famille impériale ont été la cause de bien des améliorations; ils y attiraient principalement de toutes les parties de l'Europe les plus hauts personnages et la société la plus élégante. Sa situation magnifique, sa température agréable et très peu variable, les distractions nombreuses qu'on y rencontre, amènent tous les ans à Biarritz, de nombreux touristes.

Les baigneurs de l'été ont à leur choix trois plages différentes, toutes à fond de sable : le Port-Vieux, l'ancien port de Biarritz, aujourd'hui rapetissé et encaissé entre des rochers verticaux, dominé à droite par l'Atalaye, promontoire au haut duquel sont les ruines d'un château-fort, construit au XIIIe siècle, qui protégeait jadis les entrepôts de Biarritz et que la tradition locale appelle le fort Ferragus : les vagues n'y sont grosses qu'aux marées équinoxiales; la Côte des Basques au sud, bordée de hautes falaises, longue de plusieurs kilomètres, où les lames sont violentes et à forte percussion; enfin la Grande Plage, au nord, successivement appelée la Côte du Moulin, la Côte des Fous et la Côte de l'impératrice, où la percussion des lames est médiocre, et qui est la plage la plus fréquentée. 
-

Biarritz : le rocher de la Vierge.
Le rocher de la Vierge, à Biarritz.

Biarritz possède, comme monuments, les ruines du Fort Ferragus dont nous venons de parler; l'église paroissiale, en partie du XIIe siècle (nef et bras du transept), en partie du XVIe (piliers et travées voisines de l'entrée principale); la vieille chapelle Notre-Dame de Bon Secours, non loin du Port-Vieux, réédifiée en 1855 dans le style roman sous le vocable de sainte Eugénie; la Villa Eugénie, ancienne résidence impériale devenue un casino, construite en 1855 sur l'ordre de Napoléon III et dont le style appartient à la dernière période de la Renaissance; le Grand-Casino, avec sa superbe terrasse qui domine l'Océan Atlantique, incendié en 1886, et rebâti depuis avec plus de magnificence. Il faut citer encore les premières assises d'une jetée, commençant aux Rochers de la Vierge, qui devait faire de Biarritz un port de mer, dans les projets de l'empereur. Cette oeuvre a été interrompue depuis. Enfin, sur le cap Saint-Martin dont les rochers cachent des grottes profondes, s'élève le phare à feu tournant de Biarritz, construit en 1834, haut de 44 mètres. La plateforme de ce phare, « d'où la vue est merveilleusement belle  », est située à 74 mètres au-dessus du niveau de la mer. Non loin de là, à 4 km environ, s'ouvre sur l'Océan la grotte célèbre, la Chambre d'amour, où, d'après la touchante légende bien connue, deux jeunes Basques amoureux, traversés dans leurs projets d'union, allaient souvent se réfugier. La mer les y surprit un jour. On les retrouva morts le lendemain, leurs corps étroitement enlacés. (L. Flourac). 

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.