.
-

Béziers

Béziers, Biterra et Biterrae, est une ville de France dans le département de l'Hérault. Population : 66100 habitants. Cette ville, très pittoresque dans son ensemble, est située à 69 m d'altitude, sur une colline formée d'alluvions modernes, au Nord du point de rencontre du canal du Midi avec le fleuve côtier de l'Orb. Elle est à peu près à égale distance (20 km) de Pézenas, au Nord-Est et de Narbonne au Sud-Ouest, et à 74 km de Montpellier, à 756 kilomètres au Sud de Paris.

Béziers a vu naître Pellisson, Viennet, l'abbé Esprit, Riquet, Gavaux, Forcadel, Domairon,  , Vanière, Mairan, J. Bouillet, etc.. 

Les armoiries de Béziers sont : Fascé d'argent et de gueules nu chef d'azur semé de fleurs de lis d'or.

Histoire
Fondée par les Ibères, comme l'indique son vieux nom de Beterris, occupée par les Volces Tectosages, elle fut colonisée par les Romains en 120 et reçut de Jules César et d'une colonie de soldats de la septième légion le nom de Julia Biterra Septimanorum (variantes : Bittera, Betera, Biterae, Bitterrae, etc.). Le nom latin a donné lieu à un dicton ironique : Si Deus vellet habitare in terris, Biterriis. — ut iterum crucificaretur.

L'église de Béziers remonte aux premiers temps du christianisme il en est fait mention en 353 ; saint Aphrodise, son premier évêque, fut martyrisé sous Decius. Béziers et son pagus appartenaient alors à la province de Narbonaise première. 

Saccagée par les Vandales au Ve siècle, occupée par les Wisigoths aux Ve, VIe et VIIe siècles, elle fut prise par les Sarrasins en 720, mais reprise par Charles Martel vers 733. Pépin y établit un comte; le comitatus Biderrensis est mentionné sous Charlemagne en 808. 

Lorsque l'Empire carolingien tomba en dissolution, les vicomtes de Carcassonne dominèrent les seigneurs de Béziers, ou en prirent le titre vers la fin du XIe siècle. 
Au milieu du XIIe siècle, le vicomte de Béziers, Raymond Trencavel, fut poignardé par des bourgeois offensés (1167) au pied de l'autel de la Madeleine; Roger, son fils, fut chassé, ne put reprendre la ville malgré le secours des Aragonais, fut toutefois rétabli après avoir prêté serment de ne pas venger son père, et s'empressa, une fois le maître, d'ordonner un massacre général. Ce fut Raymond-Roger, son fils et successeur (1194) qui, après avoir refusé à Innocent III l'extermination des Albigeois, défendit vainement sa seigneurie contre Simon de Montfort et le légat Arnaud-Amaury. 

L'atroce journée du 22 juillet 1209, qui fit au moins vingt mille victimes, donna le vicomté à Simon de Montfort, puis à son fils Amaury; celui-ci craignant les justes revendications de Raymond-Trencavel II, fils de Raymond-Roger, abandonna tous ses droits à Louis VIII (1229); toutefois le scrupuleux et politique Louis IX eut soin d'indemniser le légitime héritier (1247). Fortifiée en 1289. Béziers vit ses murs démolis en 1632, bien qu'elle n'eût pris aucune part à la révolte de Gaston et de Montmorency contre Richelieu.

L'évêché de Béziers, de 1547 à 1669, appartint sans discontinuer à des Italiens (un Strozzi, un Médicis et cinq Bonzi se succédant d'oncle à neveu). Il dépendait de la province de Narbonne; en 1790, il devint suffragant d'Aix-en-Provence; il fut supprimé par le Concordat (1802). Le palais épiscopal est devenu sous-préfecture et palais de justice.

Monuments.
Les vieilles églises sont : Saint-Nazaire, l'ancienne cathédrale (XIIe, XIIIe et XIVe siècles) avec un beau cloître (XIVe siècle); la Madeleine (fenêtres et corniches romanes) remaniée au XVIIIe siècle; Saint-Aphrodise (crypte du Xe siècle); Saint-Jacques (XIIe siècle). Quant aux églises modernes (les Récollets, la chapelle du collège, celle du Bon-Pasteur), elles n'ont rien de remarquable. L'hôtel de ville est du XVIIIe siècle (musée); le théâtre avec ses bas-reliefs de David d'Angers, la statue de P.-P. Riquet, par le même, la colonne de l'Immaculée-Conception, sont du XIXe (1844, 1838 et 1856). 

L'Orb est traversé par le Vieux-Pont (XIIIe siècle) et par le pont-aqueduc du canal du Midi (cuvette de 8 m de large. 

« Le port de Béziers, écrivait A. Young, est assez large pour porter quatre grandes barques de front, jaugeant de 90 à 100 tonnes [...]. C'est la plus belle chose que j'aie vu en France. lci Louis XIV est vraiment grand. »
Le voyageur anglais oublie trop Riquet, créateur de ces grandes choses, et Vauban, qui les conduisit à leur perfection. L'écluse de Fonserannes, à un km au Sud-Ouest de Béziers, amène le lit du canal au niveau de la rivière (8 sas accolés rachètent une hauteur de 25 m). (H. Monin).

Les conciles de Béziers.
Le conciliabule arien assemblé en 356 est l'un des rares faits qui composent l'histoire de l'Eglise en cette ville avant 418. Plusieurs conciles y furent tenus plus tard; les plus importants sont ceux de 1233, de 1246 et de 1351. Celui de 1233 présente un véritable intérêt pour l'histoire, parce qu'il suit de quelques années seulement la fin de la guerre contre les Albigeois, et qu'il correspond précisément à l'époque où les frères prêcheurs furent chargés de l'Inquisition (1232). Vingt-six canons furent décrétés par ce concile. Les premiers édictent des mesures contre les hérétiques. — I. Tous les dimanches on excommuniera tous les hérétiques et leurs fauteurs. — Il. Tout homme pourra arrêter un hérétique, pour le remettre à l'évêque.— III. Les hérétiques convertis qui ne porteront pas de croix seront traités comme hérétiques; leurs biens seront confisqués : disposition arrêtée en exécution d'une décision du concile de Toulouse (1229), ordonnant que, pour marquer qu'ils abhorraient leurs erreurs, les hérétiques convertis porteraient deux croix sur leurs habits. — IV. Les prêtres veilleront à l'exécution des canons du concile de Toulouse; ils s'assureront que les hérétiques convertis assistent à l'office divin les dimanches et les fêtes. — La plupart des autres canons concernent le relèvement de la discipline à l'égard des moines et des clercs. L'énonciation des abus qu'ils tendent à réprimer ou à prévenir fournit des indices significatifs sur l'état de l'Eglise à cette époque. (E.-H. Vollet).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.