.
-

Aix-les-Bains

Aix-les-Bains (Aquae Allobrogum, Aquae Domitiana, Aquae Gratianae) est une ville de France, dans le département de la Savoie, à 13 km au Nord de Chambéry, près de la rive Est du lac du Bourget, dans une large vallée dominée par de hautes montagnes. Eaux thermales sulfureuses, en renom dès les temps les plus anciens. Vestiges antiques. Population : 28 000 habitants.

Histoire.
Aix dut à ses eaux thermales, sous la domination romaine, une certaine importance, dont témoignent d'assez nombreux vestiges. Incendiée au IVe siècle par les barbares, elle demeura longtemps sans se relever de ses ruines. Après le démembrement de l'Empire romain, elle revint à la Bourgogne; c'est là qu'eut lieu la cession de la Savoie et de la Maurienne à Bérold de Saxe, par Rodolphe, roi de Bourgogne, l'an 1000.

Sous la féodalité, sa possession fut longtemps contestée entre les comtes de Genevois et les comtes de Savoie, auxquels l'assura un traité passé en 1295. Les comtes de Savoie l'inféodèrent à la maison de Leyssel, au profit de laquelle elle fut érigée en marquisat en 1575. 

Sous la République et l'Empire, Aix fit partie du département du Léman. En 1814, le général Marchand en délogea les Autrichiens qui s'y étaient établis ; mais l'année suivante elle dut être rendue au Piémont. Rétrocédée à la France par le traité du 2 avril 1860, elle fait depuis partie du département de la Savoie.

Monuments.
L'arc de Campanus, tombeau de L. Pompeius Campanus et de sa familIe, s'élève sur la place en avant de rétablissement thermal. C'est un monument romain d'ordre toscan et ionique, en forme d'arc de triomphe, où huit niches étaient disposées pour recevoir les urnes de la famille Pompéia. Il est haut de 9,16 m, large de 6,75 m; l'ouverture de l'arc est de 3,02 m. Les nombreuses inscriptions qui le couvrent sont autant de dédicaces en l'honneur des membres de la famille; le nom de celui qui le fit élever est sous l'architrave L. POMPEIVS CAMPANVS VIVVS FECIT. 

Le temple de Diane ou de Vénus, caché en partie dans les constructions du vieux château, est composé de pierres superposées sans ciment; sa largeur intérieure est de 10,30 m; la longueur de la cella est de 10,70 m. 

Ruines des Thermes, alimentés autrefois par la source dite aujourd'hui Saint-Paul.  C'était un octogone soutenu par de très nombreux piliers quadrangulaires, entouré de gradins de marbre; autour des piliers circulaient les eaux dont la vapeur, traversant le plafond percé de conduits rectangulaires, pénétrait dans le vaporarium supérieur. D'autres substructions romaines des anciens bains romains ont été retrouvées, lors de la reconstruction de l'établissement moderne. Le docteur Despine a même prétendu, en son temps, avoir retrouvé la piscine des Allobroges, antérieure à la domination romaine. 

Le château, aujourd'hui l'hôtel de ville, ancienne résidence des marquis d'Aix, construit au XVIe siècle. Il contient un curieux escalier de la Renaissance. La bibliothèque et le musée y ont été installés. Dans le musée sont les antiquités lacustres trouvées dans le lac du Bourget. 

L'établissement thermal, commencé en 1779 par Victor-Amédée Ill, roi de Sardaigne, agrandi de 1857 à 1870 par l'architecte Jules Pellegrini et l'ingénieur François. C'est un vaste édifice à deux étages, d'aspect lourd et massif. 

L'hospice de la reine Hortense, fondé en 1813, rebâti en 1860 par l'architecte Revel, s'élève au-dessus de l'établissement thermal; il contient 110 lits. 

Le casino, construit en 1848, lorsque Diaz installa à Aix la roulette et le trente et quarante, restauré en 1875.

La promenade du Gigot à la jonction des routes de Genève et du lac du Bourget, avec des arbres magnifiques. 

L'avenue Marie, ouverte au public au XIXe siècle, après le morcellement de la propriété de Mme de Solms. 

Le Parc, ancien jardin du marquis d'Aix-Sommariva. (X. X. X.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

©Serge Jodra, 2005 - 2016. - Reproduction interdite.