.
-

La pensée et ses outils > Philosophie > Psychologie / Morale / Métaphysique

Le mal

En philosophie, le mot mal a trois sens bien différents : ou il signifie la douleur sensible, c'est le sens le plus naturel et celui dont les autres paraissent dériver, on l'appelle alors mal physique; ou il signifie l'imperfection des êtres que nous voyons et dont aucun ne remplit toute son essence et ne correspond à l'idée pure que nous pouvons nous en faire, on l'appelle alors mal métaphysique; ou enfin il veut dire une perturbation apportée à l'ordre naturel des choses par une volonté libre, on l'appelle alors mal moral ou péché. C'est une des plus graves questions de la philosophie que celle qui consiste à se demander quelle est l'origine du mal, et quelle place tient le mal dans l'organisation de l'univers.

Les uns ont dit que le mal l'emportait sur le bien, ce sont les pessimistes; les autres ont dit que le bien l'emportait sur le mal, ce sont les optimistes. Quelques-uns ont vu dans le mal une nécessité inhérente aux êtres; d'autres ont voulu que le mal et le bien eussent chacun une origine distincte, ce sont les dualistes, partisans de Zoroastre ou manichéens. Les déistes expliquent comment Dieu, bien que souverainement bon, a pu permettre le mal. Ils s'attachent à réfuter, ainsi que le fit Leibniz dans ses Essais de théodicée, les arguments tirés de l'existence du mal contre la Providence. Ils insistent sur ce point que le mal métaphysique n'est pas un vrai mal, que le mal physique peut être une conséquence du mal moral et que le mal moral à son tour, tirant son origine du libre arbitre de l'humain, ne saurait être imputé à Dieu. (G. Fonsegrive).
--

L'origine du mal, selon Leibniz

« On demande d'abord d'où vient le mal? Si Deus est, unde malum? Si non est, unde bonum? Les anciens attribuaient la cause du mal à la matière, qu'ils croyaient incréée et indépendante de Dieu; mais nous qui dérivons tout être de Dieu, où trouverons-nous la source du mal? La réponse est qu'elle doit être cherchée dans la nature idéale de la créature autant que cette nature est renfermée dans les vérités éternelles qui sont dans l'entendement de Dieu indépendamment de sa volonté. Car il faut considérer qu'il y a une imperfection originale dans la créature avant le péché, parce que la créature est limitée essentiellement, d'où vient qu'elle ne saurait tout savoir et qu'elle se peut tromper et faire d'autres fautes.

Platon a dit dans le Timée que le monde avait son origine de l'entendement joint à la nécessité. D'autres ont joint Dieu et la nature. On y peut donner un bon sens. Dieu sera l'entendement, et la nécessité, c'est-à-dire la nature essentielle des choses, sera l'objet de l'entendement, en tant qu'il consiste dans les vérités éternelles. Mais cet objet est interne et se trouve dans l'entendement divin. Et c'est là-dedans que se trouve non seulement la forme primitive du bien, mais encore l'origine du mal : c'est la région des vérités éternelles qu'il faut mettre à la place de la matière, quand il s'agit de chercher la source des choses. Cette région est la cause idéale du mal, pour ainsi dire, aussi bien que du bien; mais, à proprement parler, le formel du mal n'en a point d'efficiente, car il consiste dans la privation, comme nous allons voir, c'est-à-dire dans ce que la cause efficiente ne fait point. C'est pourquoi les scolastiques ont coutume d'appeler la cause du mal déficiente.

On peut prendre le mal métaphysiquement, physiquement et moralement. Le mal métaphysique consiste dans la simple imperfection, le mal physique dans la souffrance, et le mal moral dans le péché. Or, quoique le mal physique et le mal moral ne soient point nécessaires, il suffit qu'en vertu des vérités éternelles ils soient possibles. Et comme cette région immense des vérités contient toutes les possibilités, il faut qu'il y ait une infinité de mondes possibles, que le mal entre dans plusieurs d'entre eux, et que même le meilleur de tous en renferme; c'est ce qui a déterminé Dieu à permettre le mal. »

(Leibniz. Essais de théodicée. Partie I, 20).
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2019. - Reproduction interdite.