.
-

Les langues > Indo-européen > langues italiques
Les langues d'oc
L'Occitan
A l'origine, la langue d'oc est une des langues romanes (ou néo-latines) formée par l'évolution du latin parlé du Sud de la Loire aux Pyrénées. On la distingue de la langue d'oïl, parlée au Nord de la Loire, ainsi que de l'espagnol, de l'italien et du portugais, désignés sous le nom de langues de si, distinction tirée des particules oc, oïl (oui), si, par lesquelles les Français du nord et du midi, les Espagnols, les Italiens et les Portugais font une réponse affirmative. La particule oc est le neutre de l'adjectif latin hic, hoec, hoc, qui signifie "cela," comme le si des Espagnols et des Italiens est l'adverbe latin sic, qui signifie "ainsi." 

Bien des auteurs on prétendu que la langue d'oc provint de la corruption du latin amenée par la conquête germanique : c'est une erreur. Elle est bien un latin décomposé; mais cette décomposition remonte jusqu'au temps de la conquête de Jules César, où le latin fut introduit dans la Gaule. Les peuples de cette contrée, amenés par la politique de Rome à adopter le latin, y transportèrent la structure de la langue celtique, parlèrent et écrivirent la nouvelle langue selon cette base. Les gens instruits purent parler un latin correct; mais la masse de la population dut insensiblement créer un idiome qui, dans le midi de la Gaule, ne devait pas beaucoup différer de la langue d'oc. La langue d'oc a dû garder des traces des langues divers parlés en Gaule au moment de la conquête romaine. Outre le latin, qui devint la principale langue, on y parlait, au Ve siècle, le celte, le grec et l'ibérien, qui n'est autre que le basque. On retrouve dans la langue d'oc des échantillons nombreux de ces langues, auxquels s'ajoutèrent, mais en petit nombre, certains vocables germaniques. 

La langue d'oc a été quelquefois exclusivement désignée par le nom de langue romane ou de langue provençale; c'est, en effet, les termes par lequel les troubadours nommaient toujours leur propre langue. II est certain que les pays de langue d'oc furent ceux qui perdirent les derniers les traditions romaines; d'où vient que la renaissance de la poésie eut lieu dans leurs limites. Toutefois, ces appelations ne sont plus utilisées; car le dialecte du nord, qui est devenu le français, est une langue tout aussi romane, c.-à-d. tout aussi formée du latin, langue des Romains, que le dialecte du midi. Le terme de langues romanes s'applique donc aujourd'hui à toutes les langues qui sont dans ce cas. Par ailleurs, la langue d'oc s'est diversifiée au fil du temps pour donner naissance à ce qu'on appelera l'occitan ou les langues d'oc au pluriel; le terme de langue provençale ou de provençal s'appliquant alors à une seule de ses nouvelles langues.

Outre le provençal, avec ses diverses variantes (marseillais, toulonais, varois, niçois, transalpin, dromois, gavot (alpin, gapien, forcalquierain, etc.), nimois, rhodanien), les langues d'oc (occitan lato sensu) comprennent aussi l'ensemble de langues et dialectes regroupés sous le nom d'occitan (stricto sensu) ou d'occitanien :  le Gascon (variétés dialectales : ariégeois  béarnais, gascon du Val d'Aran, toulousain (= agenais), landais); le languedocien; l'auvergnat;  le périgourdin, etc.

Quoique plus analytiques que le latin, puisqu'elles possèdent l'article et les verbes auxiliaires, les langues d'oc que l'on vient de citer présentent moins de caractère que le français, et se rapprochent beaucoup plus, en général, du latin. Ainsi, elles supprime le pronom dans la conjugaison, et désignent les personnes par des flexions particulières. Leurs locutions sont, en général, moins chargées de mots, plus concises que celles du français; ce qui explique la volubilité qu'apportent les méridionaux dans la prononciation de la langue française. (E. B.).

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.