.
-

Hypothèse

Une hypothèse (du grec hypothesis, supposition) est, à proprement parler, une affirmation sans preuves suffisantes, et d'où l'on déduit un certain nombre de conséquences vraies ou fausses. Les hypothèses sont perpétuellement nécessaires dans une théorie-scientifique, car ce n'est point assez pour notre esprit d'observer et de connaître les phénomènes, il veut encore découvrir leurs lois, remonter à leurs causes, et les voir en quelque façon dans le principe même d'où ils sortent.

Plusieurs auteurs distinguent les hypothèses en hypothèses de loi et hypothèses de cause. 

" La première espèce d'hypothèse, dit Pellissier, consiste à admettre comme réels des faits non observés, afin d'expliquer la production de quelques phénomènes observés. Par exemple, Newton supposait, pour expliquer certains faits de réfraction de la lumière, que l'eau devait renfermer un corps combustible; et Laplace, pour expliquer la formation des planètes, supposait qu'elles résultent de la condensation de l'atmosphère. La deuxième espèce d'hypothèse consiste à admettre des forces ou agents à l'action desquels ont rapport les phénomènes observés. Tels sont, en astronomie, la gravitation, qui sert à expliquer les mouvements des corps célestes; en physique et en chimie, les fluides ou éthers, auxquels sont attribués les faits de chaleur, de lumière, d'électricité, de magnétisme, etc." 
D'autres auteurs se bornent à distinguer les hypothèses en hypothèses vérifiables et en hypothèses invérifiables. Les hypothèses vérifiables sont celles que l'on prend dans un domaine où l'expérience, l'observation, l'induction pourront parvenir et s'assurer si l'hypothèse proposée est réelle ou fausse, et si elle doit être éliminée, ou bien passer de l'état de conjecture à l'état de fait. Ainsi c'est en se posant, au sujet du mouvement des planètes, une série d'hypothèses vérifiables, que Kepler arriva à la découverte des lois qui portent son nom. Ayant lui-même vérifié successivement par l'observation et par le calcul chacune de ces hypothèses, il les élimina l'une après l'autre, et trouva enfin que l'hypothèse de l'ellipticité des orbes planétaires était la seule qui fût conforme aux faits observés et aux lois de la mécanique. Les hypothèses invérifiables sont celles qui appartiennent à un domaine où ne peuvent pénétrer ni l'observation ni l'expérience. Cette distinction des hypothèses vérifiables et invérifiables est de la plus haute importance en logique et dans toute recherche scientifique; celle des hypothèses de loi et de cause, au contraire, nous semble de peu d'utilité pratique. On peut dire cependant que la plupart des hypothèses de cause sont invérifiables, tandis que le contraire a lieu pour les hypothèses de loi.

Lorsque l'hypothèse est susceptible de vérification, elle offre par elle-même peu de dangers; en effet, l'observation et l'expérience ne tardent pas à la réduire à sa juste valeur. Une hypothèse de ce genre n'est le plus souvent que le résultat d'une induction prématurée, car ordinairement elle est fondée sur un certain nombre de faits ou sur des analogies plus ou moins probables. S'il faut, en général, un grand nombre d'observations et d'expériences pour vérifier définitivement une lui naturelle, un fort petit nombre de faits, un seul même suffit parfois pour la fonder. Or, c'est précisément cette sorte de divination qui caractérise les grandes découvertes. 

" II n'est pas inutile, disait Bacon, de tenter l'interprétation de la nature par une ébauche ou conclusion provisoire." 
Les hypothèses invérifiables n'ont pas la même fécondité que les hypothèses vérifiables. Néanmoins la science ne peut s'en passer, car elles servent à établir dans certaines séries de faits une unité provisoire, elles facilitent l'intelligence et la démonstration même des phénomènes en les coordonnant et en permettant de saisir d'un coup d'oeil leur ensemble.

Le caractère invérifiable de ces hypothèses provient de ce qu'elles sont relatives à la nature intime des choses, nature qu'il ne sera jamais donné à l'humain de connaître. Parmi ces hypothèses, les unes tombent d'elles-mêmes, parce qu'elles ne cadrent plus avec les connaissances acquises, avec le résultat des recherches nouvelles; la théorie de l'émission de la lumière de Newton nous offre un exemple d'hypothèse abandonnée, parce qu'elle ne suffisait plus à l'explication des faits. D'autres durent et se fortifient, parce qu'elles sont de plus en plus d'accord avec les faits et la manière de les envisager, sans pour cela, et il importe de ne pas l'oublier, prendre davantage de réalité-objective
"Aux hypothèses invérifiables de ce dernier genre, dit Littré, il vaudrait mieux conserver le nom d'artifice logique, afin de n'être pas exposé à se méprendre et à croire que des conceptions qui ne cessent jamais d'être du simples vues de l'esprit, répondent à quelque chose de connu objectivement."
II n'y a pas d'exagération à dire que l'astronomie, la physique et la chimie modernes, doivent tout autant à l'hypothèse qu'à l'observation et à l'expérience, tandis que, chez les Anciens, si fertiles cependant en hypothèses, ces sciences n'avaient pu sortir de d'enfance. Les brillantes hypothèses des philosophes grecs sont restées infécondes non seulement parce que la plupart d'entre elles étaient invérifiables; mais surtout parce que les faits eux-mêmes n'étaient ni observés, ni connus. Au lieu d'étudier ceux-ci en eux-mêmes, on faisait des hypothèses sur leur nature, de telle sorte que les systèmes prétendus scientifiques des Anciens n'étaient que des hypothèses édifiées sur d'autres hypothèses. Celles des modernes n'ont été fécondes que parce que déjà elles partaient de faits connus, et faisaient immédiatement appel à l'observation, à l'expérience et au calcul.

En résumé, une hypothèse pour être admissible, doit remplir certaines conditions.

1° Elle doit rendre compte d'un certain nombre de faits bien observés, celle qui en explique le plus grand nombre étant naturellement la plus probable.

2° Il faut qu'en tirant logiquement toutes les conséquences qu'elle contient, on n'arrive point à quelque déduction en contradiction avec un seul fait constaté; car alors l'hypothèse est fausse. Mais il n'est pas nécessaire qu'elle explique tous les phénomènes qu'on veut interpréter; il suffit qu'elle en rende mieux compte que toute autre hypothèse. Enfin, il est essentiel de toujours se rappeler qu'une hypothèse est une construction provisoire, et être prêt à l'abandonner dès qu'elle cesse de répondre aux besoins d'une science.

.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.