.
-

Westphalie

Westphalie, all Westfalen, contrée de l'Allemagne, située entre le Rhin et le Weser, et ainsi appelée, depuis la seconde moitié du VIIIe siècle, par opposition à l'Ostphalie (Ostfalen), située entre le Weser et l'Elbe. La première de ces deux contrées formait la partie occidentale, et la deuxième la partie orientale de l'ancien duché de Saxe. A la dissolution de ce duché, lorsque le duc Henri Le Lion fut mis au ban de l'empire en 1180, le nom d'Ostpha!ie se perdit. Mais celui de Westphalie se conserva dans le cercle de Westphalie, et dans le duché de Westphalie. 

Le cercle de Westphalie, l'un des dix cercles de l'ancien empire d'Allemagne, comprenait les évêchés de Munster, Paderborn, Osnabruck et Liège, les abbayes de Stablo, de Corvei, de Werden, d'Essen et de Herfurd, les duchés de Juliers, Clèves, Berget Oldenbourg, les principautés de Minden, Verden, de la Frise orientale, de Meurs et les pays de Nassau, les comtés de la Mark, Ravensberg, Hoya, Diepholz. Blankenheim et Geroldsstein, Manderscheid, Schaumbourg, Lippe, Sayn, Bentheim, Tecklenbourg, Lingen, Steinfurt, Rietberg, Virneburg, Wied, Pyrmont. Schleiden, Gimborn, les villes impériales de Cologne, d'Aix-la-Chapelle et Dortmund, et un grand nombre de seigneuries ecclésiastiques et laïques. 

Le duché de Westphalie, qui fut donné en fief à l'archevêque de Cologne par l'empereur Frédéric Barberousse, à la dissolution dit duché de Saxe en 1180, comme annexe de l'archevêché de Cologne, ne faisait pas partie du cercle de Westphalie, mais dépendait du cercle Electoral ou du Bas-Rhin. Il fut donné à la Hesse-Darmstadt en 1803, et, attribué par le congrès de Vienne à la Prusse, dont il a contribué à former une des huit provinces, dite province de Westphalie; chef-lieu : Munster. Cette province était subdivisée en trois régences : celles de Munster, de Minden et d'Arnsberg. 

Napoléon créa, en 1807, après la paix de Tilsit, un royaume de Westphalie, qu'il donna à son frère Jérôme. Ce royaume avait Kassel pour capitale. Il se composait du duché de Brunswick, de la Hesse-Electorale, des principautés de Magdebourg et de Verden, et des provinces méridionales du Hanovre. Les alliés l'occupèrent en 1815, après la bataille de Leipzig, et le congrës de Vienne le démembra au profit de la Prusse, du Hanovre, du Brunswick, de la Hesse- Electorale, etc. 

Le Traité de Westphalie.
On donne le nom de Traité de Westphalie à un double traité, négocié à Osnabruck entre l'empire d'Allemagne et la Suède, et à Munster entre la France, l'empire et les autres puissances, et conclu en 1648, pour terminer la guerre de Trente Ans. Il devint, et resta jusqu'à la Révolution française, la base des relations diplomatiques de l'Europe, et de la constitution politique et religieuse de l'empire d'Allemagne. En religion, il inaugura officiellement la tolérance moderne, née de l'indifférence religieuse. Le libre exercice du luthéranisme, stipulé par le traité de Passau en 1552, et dans la paix de religion d'Augsbourg en 1555, fut confirmé, et étendu au calvinisme. Il fut réglé que les protestants conserveraient toutes les églises et tous les biens qu'ils possédaient par usurpation en 1624, et que la chambre impériale serait composée d'un nombre égal de conseillers et d'assistants catholiques et protestants. Ces mesures étaient applicables à tout l'empire, à l'exception de l'Autriche. Comme loi fondamentale de l'empire, le traité de Westphalie reconnut l'indépendance des princes allemands, et leur assura la pleine autorité sur leurs pays, avec le droit de faire la paix ou la guerre entre eux et avec les puissances étrangères, pourvu que ce ne fût ni contre l'empereur ni contre l'empire. Les mêmes droits furent accordés aux villes impériales. 

Par ses dispositions territoriales, le traité confirma la France dans la possession des trois évêchés de Metz, Toul et Verdun, de l'Alsace, du Sundgau, de Brisach et de Philippshourg; il attribua à la Suède la Poméranie occidentale avec Stettin, l'île de Rügen, les évêchés de Verden et de Brême et la ville de Wismar; à l'électeur de Brandebourg la Poméranie orientale avec l'archevêché de Magdebourg, les évêchés sécularisés de Halherstadt, de Minden et de Camin; au Mecklembourg les évêchés sécularisés de Schwérin et de Ratzebourg. La maison palatine fut rétablie dans ses possessions du Rhin, et un huitième électorat fut créé pour elle; mais le Haut-Palatinat fut laissé à l'électeur de Bavière. L'indépendance de la Suisse et des Provinces-Unies (L'histoire des Pays-Bas) fut reconnue. 

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.