.
-

La Vénétie

Vénétie, Venetia. - Région Nord-Est de l'Italie , au Nord-Est de la Gaule Cisalpine et au Nord du Padus, entre l'Ollius (l'Oglio), qui doit son nom à ses premiers habitants, les Vénètes. Aquilée, Patavium, Vérone, Vicence en étaient les villes principales. A la Vénétie on ajoutait ordinairement l'lstrie; ces deux pays, réunis sous le titre de Venetia cum Istris, formèrent sous l'empire romain une province de la préfecture d'Italie, dans le diocèse d'Italie propre. Dans les temps modernes la Vénétie a passé par divers gouvernements, d'abord gouvernée par les doges de Venise (jusqu'en 1797), elle fit successivement partie de l'empire d'Autriche (1797-1805), puis du royaume d'Italie (1805-1814), retomba sous les Autrichiens (1814-1866), et fut enfin réunie au royaume d'Italie en 1866.

Par la suite le nom a été donné à un territoire qui comprend les anciens domaines continentaux de la République de Venise et forme aujourd'hui les huit provinces de Vérone, Vicence, Padoue, Rovigo, Venise, Trévise, Bellune et Udine. Bornée au Nord par le Tyrol et la Carinthie, à l'Est par la province autrichienne de Goritz et par l'Adriatique, à l'Ouest par la Lombardie, au Sud par l'Emilie, elle s'étend sur une superficie de 24.615 km². 
 

Sa frontière Nord est constituée par la chaîne ininterrompue des Alpes, qui la séparent de l'Autriche, et dont se détachent, d'abord, au-dessus de Vérone le Montebaldo (2218 m) et les monts Lessini, au-dessus de Vicence le Pasubio (2232 m). Après la coupure que forme dans le massif le val Sugana se dresse sur la frontière la Marmnolada (3344), la seule montagne de la Vénétie qui ait des glaciers comparables à ceux des Alpes Helvétiques; puis commencent les Alpes de Cadore, avec leurs massifs calcaires et leurs formes géométriques, et après la Piave, la chaîne des Alpes Carniques, qui s'étend en demi-cercle jusqu'à Udine, et que perce le défilé de Pontebba (577 m). Après le col de Saifnitz, elles prennent le nom d'Alpes Juliennes, et se divisent en plusieurs rameaux, dont le plus occidental longe l'Isonzo et forme la frontière entre l'Autriche et l'Italie. En dehors du système alpin s'élèvent, isolés dans la plaine vénitienne, quelques petits massifs d'origine volcanique : tels sont les monts Euganéens au Sud-Ouest de Padoue (584 m) et les monts Berici au Sud de Vicence (400 m).

Tout le littoral de la Vénétie est bordé de lagunes ( La lagune de Venise). Le système hydrographique est très défectueux, à cause du déboisement des montagnes. La moindre pluie détermine des crues, et les fleuves ont un régime et un cours des plus capricieux. Le Pô n'appartient à la région que par sa rive gauche. L'Adige y pénètre au-dessus de Vérone, se dirige ensuite vers le Sud-Est, puis vers l'Est et finit dans l'Adriatique à Porto Fossone. Entre l'Adige et le Pô s'étend la Polésine, dont le sol se trouve, comme en Hollande, plus bas que les digues sans cesse exhaussées qui en empêchent les débordements. La Brenta sort du Valsugana, va près de Padoue se grossir du Bacchiglione, et près de Venise finir dans une embouchure artificielle qu'avait fait creuser la République. La Piave naît à 2340 m d'altitude dans les Alpes Carniques et arrose Bellune. Le Livenza et le Tagliamento ont un lit trop large pour leur débit ordinaire et ne se gonflent qu'au temps des crues. Les alluvions que ces fleuves apportent des Alpes donnent à la plaine vénitienne une grande fertilité. Comme la Lombardie, elle produit le riz, le blé, le maïs, les légumes, les fruits. On y trouve de plus quelques vins renommés, tels que le Bardolino, près du lac de Garde, et le Valpolicella près de Vérone. Les montagnes de la province d'Udine contiennent de magnifiques forêts de châtaigniers; dans celles de Vicence et de Bellune, la culture du tabac a donné de bons résultats. Les richesses minérales de la Vénétie sont plus abondantes que dans les autres parties de la plaine du Pô. On trouve des mines de houille près de Vicence, des mines de cuivre et de plomb près de Bellune, du marbre estimé près de Vérone, du kaolin et de la pierre calcaire dans le voisinage des monts Berici, des salines près des lagunes, enfin des eaux minérales abondantes sur le flanc des monts Euganéens. 

La population de la Vénétie est d'origine latine, mais on y trouve des traces d'un peuplement teutonique qui se sont maintenues spécialement dans les districts des Sept-Communes (Vicence) et des Treize-Communes (Vérone). Elle parle un dialecte d'une douceur singulière, que caractérisent de nombreuses syncopes et la transformation constante du g en z. 

Très agricole, elle a lontemps été soumise au régime du métayage; gagnant peu et souffrant beaucoup du poids des impôts, la population à fourni autrefois un contingent important à l'émigration. Les habitants du Frioul (prov. d'Udine), pénétrés par les Slovènes, parlent une langue distincte. (A. Pingaud).

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.