.
-

Histoire de l'Europe > La France > Géographie historique de la France

La Narbonnaise

Narbonnaise, Gallia Narbonensis ou Braccata, est le nom donné par les Romains à la partie de la Gaule transalpine dont la capitale était Narbo (Narbonne), et qui fut soumise à leur domination antérieurement à César. Elle s'étendait, du Nord au Sud, de la Lyonnaise à la Méditerranée et aux Pyrénées, et, de l'Est à l'Ouest, des Alpes à l'Aquitaine

La Narbonensis , devenue sous Auguste  province romaine, forma sous Constantin cinq des dix-sept provinces entre lesquelles la Gaule fut divisée : 1° la Narbonaise Ire (partie du Languedoc); 2° la Narbonaise Ile (partie de la Provence et du Dauphiné, non contigue à la précédente); 3°la Viennoise; 4° les Alpes maritimes, et 5° les Alpes pennines et grecques.

Narbonaise  Ire , Narbonensis prima.
Lorsque en 118 av. J.-C. les Romains eurent conquis une partie de la Gaule celtique, ils la désignèrent d'abord sous le nom de Province romaine de la Gaule Transalpine et bientôt sous celui de Gallia braccata, puis une colonie romaine ayant été établie dans l'ancienne capitale des Volces Tectosages, à laquelle on donna le nom de Narbo Martius (Narbonne),  lorsque cette ville fut devenue la métropole de la province (28 av. J.-C.), celle-ci prit le nom de Narbonnaise.

Elle s'étendait des Alpes à la Garonne et comprenait au IIIe siècle sept colonies romaines et trente peuples auxquels avait été concédé le droit latin. Elle fut démembrée a la fin du IIIe ou au commencement du IVe siècle, et la partie occidentale s'arrêtant à l'Ardèche et au Rhône retint seule le nom de Narbonnaise.

On lui donna à partir du règne de Gratien le nom de Narbonnaise première pour la distinguer d'une autre province de même nom créée à cette époque. Elle comprenait les Volcae Tectosages et Arecomici, les Bebryces, les Sardones, les Atacini, les Tolosates, les Garites, les Lutevani et peut-être les Umbranici, répartis en six cités : Civitas Narbonensium (Narbonne), métropole de la Province, Tolosatium (Toulouse), Beterrensium (Béziers), Nemausensium (Nîmes), Lutevensium (Lodève) et Uceciensium (Uzès). Ce territoire s'inscrirait aujourd'hui dans les départements de l'Ariège, des Pyrénées-Orientales, de l'Aude, du Gard, de l'Ardèche, de la Haute-Garonne, du Tarn et de Tarn-et-Garonne.

Narbonaise IIe , Narbonensis secunda.
L'empereur Gratien, à la fin du IVe siècle, détacha de la Viennoise la portion du Sud-Est, située au delà des Alpes du Dauphiné, pour en former une province nouvelle qui prit le nom de Narbonnaise seconde. Cette province comprit les Tricorii, les Memini, les Albiaeci, les Reii Apollinares, les Vulgientes, les Salyi, les Oxybii, les Suelteri, les Commoni, etc., répartis en sept cités : Aquensium (Aix), métropole de la province, Aptensium (Apt), Reiensium (Riez), Foro juliensium (Fréjus), Vapincensium (Gap), Segesterionum (Sisteron), Antipolitanorum (Antibes). Cela correspondrait aujourd'hui aux territoires des département du Var, des Bouches-du-Rhône, des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes.

Au Ve siècle, les deux  Narbonnaises furent comprises dans le vicariat des sept provinces. (GE).

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2016. - Reproduction interdite.