.
-

La Moscova

La Moscova, Moskva ou Moskwa est une rivière de Russie, affluent de l'Oka, qui naît près de Smolensk, sous le nom de Konoplevka, prend au sortir des marais de Moskovrezkaia Luja celui de Moskva, se dirige vers l'Est, traverse le gouvernement et. la ville de Moscou, tourne au Sud-Est et finit en aval de Kolomna après un cours de 490 kilomètres dont 180 navigables (à partir de Moscou). Sa largeur est de 85 m près de la capitale, de 150 m plus bas. Elle gèle du 15 novembre au 15 avril. Ses affluents principaux sont : à droite, la Pachra; à gauche, l'Iskoniy, la Rousa, l'lstra.
-
Moscova.
La Moscova près du monastère de Férapontoskii.

Bataille de la Moscova.
La bataille de la Moscova ou de Borodino mit en présence le 7 septembre 1812 les armées de Koutousov et de Napoléon. Les forces étaient sensiblement égales, environ 130 000 hommes et 600 canons de chaque coté; Koutousov, barrant à l'envahisseur la route de Moscou, prit position devant Mojaïsk, au confluent de la Moskva et de la Kalouga, entre cette rivière et un grand bois traversé par la route. Il avait sa droite à Borodino, sa gauche sur la Kalouga à Semenovskoié, couverte par des retranc hements, la triple redoute de Bagration. Entre Borodino et Semenovskoiè se dressait la redoute Rajevski.

La bataille ont pour enjeu la possession de ces redoutes. Elle fut extrêmement acharnée, une indisposition empêchant Napoléon de la diriger. L'avant-veille, une redoute russe établie sur le flanc de la route fut enlevée par le 61e de ligne au prix de grands sacrifices. Les ordres de service furent donnés à deux heures du matin, et la bataille engagée par Poniatovski à six heures. Une heure après, le prince Eugène enleva Borodino sur la gauche française; Davout emporta la première, puis la seconde des redoutes Bagration, tandis que Murat balayait la plaine; la troisième et grande redoute fut prise par Morand, reprise par les Russes; Montbrun, Caulaincourt furent tués à I'attaque; Ney finit par s'en rendre maître, tandis que Grouchy et le prince Eugène prenaient le dessus à gauche. Il était trois heures; les Russes continuèrent de se défendre derrière les ravins situés plus loin.

L'épuisement des deux armées ralentit le combat. Napoléon, qui y avait assisté en spectateur affaissé, ne voulut pas laisser donner la garde impériale qui eût achevé la destruction de l'armée russe. Celte-ci put donc se retirer en bon ordre. Les pertes des Russes furent de 45000 hommes, celles des Français de 30000. Bagration tué dans la lutte fut enterré sur le champ de bataille. Le résultat de la victoire fut la prise de Moscou (A.-M. B.).

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.